Publié le 30 avril 2021

ÉCONOMIE

Joe Biden, 100 premiers jours qui secouent l’Amérique

Joe Biden vient tout juste de passer le cap fatidique des 100 jours de présidence. Beaucoup prédisaient une politique du calme et du compromis de "Lazy Joe" ( "Joe le paresseux") - comme le surnommait une partie des Républicains - pour apaiser une Amérique agitée par les années Trump. Mais le Démocrate surprend en se positionnant en leader sur le climat et entamant des politiques fiscales et sociales ambitieuses.

Kamala Harris Joe Biden Nancy Pelosi JimWatson Pool AFP
Joe Biden dans son discours au congrés du 28 avril, entouré de Kamala Harris et Nancy Pelosi.
@JimWatson/Pool/AFP

Joe Biden se fait écolo et tourne la page environnementale Trump

Sur le climat et l’environnement, Joe Biden a détricoté les mesures phares adoptées par son prédécesseur. Dès son investiture, Joe Biden a signé le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris et soumis ses nouveaux objectifs climatiques, soit la réduction d’au moins 50 % des émissions de gaz à effet de serre en 2030, pour atteindre la neutralité en 2050. Annonces qu’il a dévoilées lors d’un sommet climat international fin avril, où il a rassemblé des dirigeants du monde entier. À destination des Américains, Joe Biden a promis la création de nouveaux emplois "verts". Le président a également bloqué deux grands projets controversés. Le premier : l’octroi de permis de forages pétroliers en Alaska, au cœur du refuge national de l’Arctique, chantier lancé à la fin de l’ère Trump. Le second, amorcé en 2008, concerne la construction de l’oléoduc Keystone XL, qui visait à accélérer l'acheminement de pétrole de l'Ouest du Canada vers les raffineries du Golfe du Mexique.

Fiscalité : Joe Biden met à contribution les Américains les plus riches

C’est un plan ambitieux. Le 28 avril, le Président américain a proposé une série de mesures visant à augmenter les impôts des 1 % les plus riches, tout en préservant les classes moyennes. Pour commencer, c’est aux pratiques de fraude fiscale que l’administration Biden veut s’attaquer, en développant les contrôles fiscaux sur les grandes entreprises et les individus à hauts revenus. Joe Biden veut également revenir sur les réductions fiscales sur les plus riches, mises en place par Donald Trump en 2017. Le taux maximal d’imposition reviendra au niveau de 39,6 % et non 37 %, pour les 1 % les plus riches (ceux qui gagnent plus de 1 million de dollars par an). Pour les 0,3 % les plus riches, ce sont aux revenus du capital que le gouvernement s’attaque, en les taxant au même niveau que les salaires. Ce programme fiscal affiche deux objectifs : une meilleure répartition des richesses et le financement du nouveau plan de 1800 milliards de dollars pour les familles les plus défavorisées.

Un virage social qui doit faire ses preuves

Les inégalités sociales et raciales se trouvent au cœur des premiers mois de la présidence de Joe Biden. Il a présenté son plan pour les Familles, présenté au Congrès le 28 avril. Éducation et santé sont les principales cibles du plan. Joe Biden veut ajouter quatre années de scolarité gratuite et publique, et deux années gratuites dans les Community College (universités publiques). Il propose également de réduire le coût des gardes d’enfants pour les familles modestes, renforcer les crédits d’impôt par enfant, augmenter les congés maladies à douze semaines et réduire le coût de l’Affordable Care Act (Loi sur la protection des patients et les soins abordables) pour les plus pauvres. Ces mesures, à faire valider par les parlementaires, s’ajoutent à celles mises en place en début de mandat dans le plan de sauvetage de 1900 milliards de dollars. Joe Biden a aussi signé plusieurs décrets pour lutter contre le "racisme systémique" dans l’accès au logement notamment, et prévoit un projet de réforme de la police, baptisé "George Floyd in Policing Act".

La mission impossible de Joe Biden sur les vaccins réussis

Début janvier, l’épidémie de Covid-19 semblait incontrôlable aux États-Unis, avec un pic à 300 000 nouveaux cas en un seul jour et plus de 500 000 morts. À son arrivée à la Maison blanche, Joe Biden a promis 100 millions de vaccinations en 100 jours. L’objectif a été dépassé. Selon les services de santé américains, 200 millions d'Américains ont reçu une première injection vaccinale, et 96 millions deux doses. Par ailleurs, la vaccination est désormais ouverte à toutes les personnes de plus de 16 ans. Joe Biden assure qu’il s’agit de "l'un des plus grands succès logistiques" de l'histoire du pays. Celui-ci a bénéficié des larges commandes passées par son prédécesseur, il a su accélérer le programme de vaccination. Celui-ci a par ailleurs invité les entreprises à accorder des jours de congé à leurs salariés pour se faire injecter. Un crédit fiscal sera même accordé pour les petites entreprises pour financer ces absences.

La Rédaction de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...

Jean Castex MArtin Bureau AFP

Climat : Le gouvernement enterre le référendum visant à inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution

La protection de l'environnement ne figurera pas dans l'article 1er de la Constitution. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé le 6 juillet que le référendum sur cette question n'aurait finalement pas lieu. Alors qu'il est essentiel pour la tenue du plébiscite que l'Assemblée nationale...