Publié le 19 mars 2021

ÉCONOMIE

Crise du Covid-19 : la Cour des Comptes souligne le manque d’anticipation des services de l’État

Dans son rapport annuel publié jeudi 18 mars, la Cour des comptes s’est penchée sur la gestion de la crise sanitaire et en tire les "premiers enseignements". Celles-ci jugent que l’État a fait preuve d’une faible anticipation et que certains des coûts auraient pu être évités. En particulier le Premier Président de la Cour met en avant les conséquences sur les hôpitaux et l’enseignement. 

Rapport cour des comptes ELombard Cour des Comptes
La Cour des Comptes a consacré une large partie de son rapport annuel à l'année passée de crise sanitaire.
@ELombard/Cour des Comptes

Jeudi 18 mars, quelques heures avant que le gouvernement ne remette sous confinement un tiers des Français, la Cour Des Comptes a publié un rapport assez accablant sur l'impréparation de l'État en matière de lutte contre l'épidémie. Selon les sages de la rue Cambon, les hôpitaux et l'enseignement ont en particulièrement souffert, faute d’anticipation. Même si ceux-ci précisent que leur forte mobilisation a finalement permis de faire face.

La Cour constate globalement une "faible anticipation" assez générale, symptomatique du fait que "les acteurs publics n'accordent pas suffisamment d'attention à la gestion des risques, à leur préparation, quelle que soit leur nature". "Notre rapport s'attache (...) à partager certains enseignements pour renforcer notre résilience collective lors des prochains chocs, quelle que soit leur forme ou leur intensité", a commenté le premier président de la Cour, Pierre Moscovici.

"Il ne faut pas que nous soyons dans le même état d'impréparation" lorsque la prochaine crise arrivera", a-t-il ajouté, précisant que le rapport "s'attache surtout à souligner la remarquable réactivité des acteurs publics face à un choc sans précédent". "Les acteurs publics ont tenu", insiste l’ancien commissaire européen.

L’équipement hospitalier se dégrade

"Dans la plupart des cas, les dispositifs d'anticipation de crise n'étaient pas au rendez-vous : pas de plan de continuité dans les établissements scolaires, pas de plan adapté non plus dans les services de réanimation ni à la SNCF", regrette le rapport. Dans les hôpitaux, la réanimation était "un secteur mal préparé à affronter la crise", avec notamment "un taux d'équipement qui se dégrade, marqué par de fortes inégalités territoriales", indique-t-elle.

Toutefois, dans l'enseignement, la continuité scolaire a pu être assurée "rapidement" grâce aux outils numériques existants, mais ceux-ci ont montré leurs limites, notamment pour les plus jeunes et pour les élèves souffrant de handicaps. Et la Cour critique le manque d'"organisation collective" de cet enseignement à distance par les établissements. Elle souligne ainsi la grande capacité de réaction des acteurs publics, qui ont aussi su faire preuve d'innovation pour faire face à la crise.

Au plan financier, si la crise a eu un coût "élevé" pour l'État, entre 160 et 170 milliards d'euros à ce jour selon le gouvernement, la Cour insiste aussi sur l'efficacité "discutable" de certaines dépenses, par exemple pour l'hébergement d'urgence des sans-abri. Elle estime que les contrôles doivent être renforcés sur d'autres dépenses, comme le dispositif du fonds de solidarité pour les entreprises, qui a coûté 12 milliards d'euros l'an dernier.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...

Sandrine Rousseau Yannick Jadot Antonin Burat Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le drapeau écologiste sera porté par Yannick Jadot qui élargit son horizon de campagne

Et si la campagne présidentielle avait vraiment commencé avec la Primaire écologiste qui, contre vents et marées médiatiques, a tenté de dessiner un nouvel agenda politique ? Yannick Jadot a battu d’une très courte tête Sandrine Rousseau lors du second tour de la primaire du parti. Un score serré...

Lections allemagne resultats provisoires ALEXEY VITVITSKY SPUTNIK SPUTNIK VIA AFP

Élections en Allemagne : ces défis que devra relever la nouvelle coalition pour réussir la transition écologique

Dimanche 26 septembre, les 60 millions d'électeurs allemands étaient appelés à désigner le successeur d'Angela Merkel. Si les sociaux-démocrates du SPD semblent l'emporter d'une courte tête, ils sont au coude à coude avec les conservateurs de la CDU-CSU, faisant perdurer le mystère sur l'identité du...

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...