Publié le 19 mars 2021

ÉCONOMIE

Crise du Covid-19 : la Cour des Comptes souligne le manque d’anticipation des services de l’État

Dans son rapport annuel publié jeudi 18 mars, la Cour des comptes s’est penchée sur la gestion de la crise sanitaire et en tire les "premiers enseignements". Celles-ci jugent que l’État a fait preuve d’une faible anticipation et que certains des coûts auraient pu être évités. En particulier le Premier Président de la Cour met en avant les conséquences sur les hôpitaux et l’enseignement. 

Rapport cour des comptes ELombard Cour des Comptes
La Cour des Comptes a consacré une large partie de son rapport annuel à l'année passée de crise sanitaire.
@ELombard/Cour des Comptes

Jeudi 18 mars, quelques heures avant que le gouvernement ne remette sous confinement un tiers des Français, la Cour Des Comptes a publié un rapport assez accablant sur l'impréparation de l'État en matière de lutte contre l'épidémie. Selon les sages de la rue Cambon, les hôpitaux et l'enseignement ont en particulièrement souffert, faute d’anticipation. Même si ceux-ci précisent que leur forte mobilisation a finalement permis de faire face.

La Cour constate globalement une "faible anticipation" assez générale, symptomatique du fait que "les acteurs publics n'accordent pas suffisamment d'attention à la gestion des risques, à leur préparation, quelle que soit leur nature". "Notre rapport s'attache (...) à partager certains enseignements pour renforcer notre résilience collective lors des prochains chocs, quelle que soit leur forme ou leur intensité", a commenté le premier président de la Cour, Pierre Moscovici.

"Il ne faut pas que nous soyons dans le même état d'impréparation" lorsque la prochaine crise arrivera", a-t-il ajouté, précisant que le rapport "s'attache surtout à souligner la remarquable réactivité des acteurs publics face à un choc sans précédent". "Les acteurs publics ont tenu", insiste l’ancien commissaire européen.

L’équipement hospitalier se dégrade

"Dans la plupart des cas, les dispositifs d'anticipation de crise n'étaient pas au rendez-vous : pas de plan de continuité dans les établissements scolaires, pas de plan adapté non plus dans les services de réanimation ni à la SNCF", regrette le rapport. Dans les hôpitaux, la réanimation était "un secteur mal préparé à affronter la crise", avec notamment "un taux d'équipement qui se dégrade, marqué par de fortes inégalités territoriales", indique-t-elle.

Toutefois, dans l'enseignement, la continuité scolaire a pu être assurée "rapidement" grâce aux outils numériques existants, mais ceux-ci ont montré leurs limites, notamment pour les plus jeunes et pour les élèves souffrant de handicaps. Et la Cour critique le manque d'"organisation collective" de cet enseignement à distance par les établissements. Elle souligne ainsi la grande capacité de réaction des acteurs publics, qui ont aussi su faire preuve d'innovation pour faire face à la crise.

Au plan financier, si la crise a eu un coût "élevé" pour l'État, entre 160 et 170 milliards d'euros à ce jour selon le gouvernement, la Cour insiste aussi sur l'efficacité "discutable" de certaines dépenses, par exemple pour l'hébergement d'urgence des sans-abri. Elle estime que les contrôles doivent être renforcés sur d'autres dépenses, comme le dispositif du fonds de solidarité pour les entreprises, qui a coûté 12 milliards d'euros l'an dernier.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Manifestation climat Lyon 28 septembre NICOLAS LIPONNE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Loi climat : sept points chauds qui seront au cœur des débats à l'Assemblée Nationale

Un an et demi après le lancement de la Convention citoyenne pour climat, le projet de loi Climat et résilience, issu des propositions des 150 citoyens tirés au sort, débarque à l'Assemblée Nationale. À partir de ce lundi 29 mars et jusqu'au 18 avril, les députés seront chargés de statuer sur les 69...

Manifestation marche pour le climat paris Concepcion Alvarez

Un appel à marcher pour une "vraie" loi climat dimanche 28 mars

À la veille de l'examen de la loi Climat et résilience à l'Assemblée Nationale, les membres de la Convention citoyenne pour le climat et plus de 400 organisations organisent dimanche 28 mars une marche en faveur d'une "vraie" loi climat. Parallèlement, 225 personnalités politiques ont publié le 26...

IStock Chinnapong code environnement

La création d'un "Défenseur de l’environnement" pourrait être inscrite dans la loi Climat et Résilience

Alors que la préservation de l'environnement devient omniprésente dans les débats à travers l'étude de la future loi climat et résilience, l'objectif est parallèlement de pouvoir garantir le respect et la compréhension des mesures à venir. Dans ce but, le gouvernement étudie la mise en place d'un...

Assemblee nationale hemicycle plein vue panoramique

Referendum : l'Assemblée Nationale veut "garantir" la protection de l'environnement dans l’article 1er de la Constitution

La tenue du référendum pour "garantir" la protection de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution vient de franchir une nouvelle étape. Sans surprise, l'Assemblée Nationale a voté le 16 mars en faveur du projet de loi. Mais rien n'est encore gagné : le Sénat doit encore valider l'article...