Publié le 04 mars 2021

ENVIRONNEMENT

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème édition est attendue : elle doit notamment permettre de rehausser les ambitions climatiques des pays signataires. 

Boris Johnson COP26 040220 COP26
Boris Johnson, Premier ministre britannique, lançait "l'année de l'action climatique" en février 2020.
COP26

Pourtant très attendue, la COP26 de Glasgow avait dû être reportée en raison de la pandémie de Covid-19. Initialement prévu en novembre 2020, le forum international a été déplacé d'un an, et se déroulera du 1er au 12 novembre 2021. L'évolution de la situation sanitaire étant encore préoccupante, le Président britannique de cette 26ème édition Alok Sharma a annoncé le 3 mars à l'occasion d'un déplacement à Paris qu’il "fera tout" pour que la conférence de l'ONU se tienne en présentiel. "Nous prévoyons l'événement en présence physique. C'est ce que nos interlocuteurs souhaitent", a déclaré à l'AFP l'homme politique. 

Alors que le sommet international draine en général des dizaines de milliers de personnes du monde entier "un des points clés pour nous est d'assurer la sécurité non seulement des participants, mais aussi de la population de Glasgow, a indiqué Alok Sharma. Nous ferons des plans pour toutes les éventualités, mais nous ferons tout ce que nous pouvons pour assurer que cette conférence se déroule bien en présentiel", a-t-il ajouté. La COP26 est d'autant plus attendue que l'édition précédente, la plus longue de l'histoire des COP, a été un échec. Elle a en effet révélé d'importantes fractures, avec un blocage des discussions opérés par une poignée de pays comme la Chine, le Brésil, l'Inde, ou les États-Unis, qui devraient quant à eux revoir leur position depuis l'élection de Joe Biden.

Encore " beaucoup à faire"

Alok Sharma a listé quatre priorités pour la présidence britannique, à commencer par des "objectifs ambitieux" d'engagements climatiques par pays et si possible de neutralité carbone pour limiter à 1,5 degré le réchauffement climatique. C’est l’un des objectifs de cette nouvelle COP : les pays signataires devaient soumettre avant le 31 décembre 2020 leurs engagements climatiques révisés à la hausse. L'ONU a cependant alerté fin février que ceux déjà déposés étaient "très loin" des objectifs.

Les trois autres priorités concernent l'engagement des pays développés à financer à hauteur de 100 milliards de dollars par an d'ici à 2025 les politiques climatiques des pays pauvres, les mécanismes de marché carbone, dont les discussions sont restées inabouties, et l’élaboration de plans d’adaptation aux effets du changement climatique. "Il y a beaucoup à faire ces huit prochains mois" a résumé l’homme politique. Le G7 doit se tenir en Royaume-Uni en juin, ou le sommet du G20 en Italie, juste avant la COP26.

Lors de son passage à Paris, Alok Sharma a notamment rencontré Laurent Fabius, président de la COP21 ayant conclu l'accord de Paris, et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. Selon le ministère français, les discussions ont notamment porté sur la "mise en œuvre effective" de l'accord de Paris, et les liens climat-biodiversité, alors que de grandes réunions sur la biodiversité sont prévues en 2021, dont le congrès de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en septembre à Marseille.

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP  


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Lections allemagne resultats provisoires ALEXEY VITVITSKY SPUTNIK SPUTNIK VIA AFP

Élections en Allemagne : ces défis que devra relever la nouvelle coalition pour réussir la transition écologique

Dimanche 26 septembre, les 60 millions d'électeurs allemands étaient appelés à désigner le successeur d'Angela Merkel. Si les sociaux-démocrates du SPD semblent l'emporter d'une courte tête, ils sont au coude à coude avec les conservateurs de la CDU-CSU, faisant perdurer le mystère sur l'identité du...

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...