Publié le 03 novembre 2020

ÉCONOMIE

Carrefour reprend Bio C’Bon : la grande distribution avale le marché du bio

Carrefour a raflé la mise. Le géant vient d'acquérir le spécialiste Bio C'Bon, placé en redressement judiciaire en septembre. Biocoop et la famille Zouari (actionnaire de Picard), eux aussi candidats, ont été écartés. Cette nouvelle acquisition marque la place grandissante de la grande distribution dans le marché du bio et est un vrai coup d'accélérateur pour Carrefour qui prend de l'avance sur ses concurrents.

Bio C bon reprise Carrefour Antoine Wdo Hans Lucas Hans Lucas via AFP
Bio C'Bon sera l'enseigne "urbaine" du groupe Carrefour.
Antoine Wdo / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Le suspense est enfin terminé. Le groupe Carrefour a annoncé le 2 novembre avoir été choisi par le tribunal de commerce de Paris pour reprendre Bio C’Bon. Il bataillait avec Biocoop et la famille Zouari (actionnaire de Picard) pour reprendre le distributeur spécialisé placé en redressement judiciaire en septembre dernier. "Vous rejoignez un magnifique projet, auquel j'attache une importance toute particulière : celui de rendre la bio accessible à tous, tous les jours", a déclaré le PDG de Carrefour Alexandre Bompard dans une lettre aux salariés de Bio C'Bon qu'il a publiée sur son compte Twitter.

Si Carrefour a raflé la mise c’est qu’il a offert le meilleur prix, donnée importante car elle permet notamment d'apurer le passif de Bio C'Bon qui s’élève à plus de 200 millions d’euros. Avec cette nouvelle acquisition, le géant de la distribution va pouvoir étendre un peu plus son réseau sur ce marché en pleine croissance. Bio C’Bon sera l’enseigne des "magasins bio, urbain, premium de moyen format", de Carrefour. Une offre qui vient en complément de sa filiale So.Bio implantée en périphérie des villes. 

C’est un gros coup d’accélérateur pour Carrefour. Avec Bio C'Bon, pour lequel le groupe a proposé 60 millions d'euros, sans compter 40 millions d'euros d'investissements, le groupe d’Alex Bompard s'offre un réseau de 107 points de vente et plus de 1 000 salariés repris ou reclassés. So.bio ne comptait, mi-octobre, que 22 points de vente. Lors de la publication de ses résultats trimestriels la semaine précédente, Carrefour avait rappelé son objectif de réaliser 4,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires en produits bio en 2022. 

Une concentration du marché

Le coup est rude pour les autres candidats. Biocoop défendait une reprise sous le signe de la "souveraineté alimentaire", d’une bio exigeante et cohérente. Surtout, le réseau coopératif voulait lutter contre "la concentration et la massification" du marché. Des arguments qui n’ont pas convaincu le tribunal de commerce de Paris. La famille Zouari, actionnaire de Picard, s’était positionnée en outsider. Contrairement aux autres candidats, elle avait reçu le soutien des centaines de particuliers qui ont investi leurs économies dans le capital de Bio C’Bon et qui se retrouvent aujourd’hui lésés par la faillite de la chaîne. Dans un communiqué, elle dit avoir pris "acte" de la décision du tribunal et reste "convaincue que Bio c’Bon est une pépite"

Cet engouement pour le spécialiste peut paraître surprenant alors que l’enseigne a fait faillite. Bio C’Bon a fait des erreurs, en se développant trop rapidement notamment. Toutefois, son atout reste l’emplacement de ses magasins très bien implantés en Île-de-France. Cette nouvelle acquisition, qui donne à Carrefour une avance considérable sur ses concurrents, confirme la place grandissante qu’occupe aujourd’hui la grande distribution dans le marché du bio, au détriment des enseignes historiques qui essayent, tant bien que mal, de résister. Naturalia, qui a été racheté il y a plus de dix par Monoprix (groupe Casino), en est un exemple concret. Le numéro deux des spécialistes du bio a d'ailleurs un temps voulu racheté Bio C'Bon avant de se rétracter.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Michel Zecler Article 24 DR

Loi de sécurité globale : Après une vidéo de violences policières, l'Exécutif revoit sa copie

L’affaire Michel Zecler, agressé semblerait-il sans raison par plusieurs policiers, émeut fortement la France. La médiatisation de l’histoire de ce producteur de musique a été rendue possible grâce à des caméras de surveillance qui ont filmé toute la scène. La diffusion de cette vidéo intervient...

Vaccin Covid 19 Byjeng

[Édito] Emmanuel Macron renonce au vaccin obligatoire pour ménager une opinion publique devenue sceptique à la science

Pour mettre fin à la pandémie mondiale du Covid-19, il faut que 80 % de la population soit immunisée. Une réalité atteignable en 2021 avec une vaccination massive. Mais le gouvernement prend le risque de retarder un retour à la normale en ne rendant pas cette vaccination obligatoire. Une trop forte...

Europe union europeenne artJazz

L’État de droit, pomme de discorde européenne en pleine négociation budgétaire du plan de relance

Avant la seconde vague de Covid-19, l’heure était à la relance économique et l’Union Européenne avait, pour la première fois, acté le principe d’un plan de 750 milliards d’euros qui doit apporter 40 milliards à la relance verte française. Mais la Pologne et la Hongrie ont bloqué le processus parce...

Elisabeth Borne Conference covid 12 novembre teletravail LudovicMarin AFP Pool

Le gouvernement maintient le confinement en l'état et appelle à un effort "citoyen" sur le télétravail

Comme promis, 15 jours après la mise en place du deuxième confinement, le gouvernement est venu devant les Français faire état de son effet sur l'épidémie de Covid-19. Si les signes sont positifs, il n'y aura pas d'allégement du dispositif alors qu'une hospitalisation due au Covid-19 a lieu toutes...