Publié le 14 janvier 2021

ÉCONOMIE

Au nom de la souveraineté alimentaire, Bercy s'oppose à un rachat de Carrefour par le canadien Couche-Tard

Carrefour passera-t-il sous pavillon étranger ? Le Canadien Couche-Tard a en effet contacté l'entreprise française en ce sens mais Bercy refuse catégoriquement un rachat du numéro 6 mondial de la distribution. C'est un enjeu de "souveraineté alimentaire" et de "sécurité d'approvisionnement", juge Bruno Le Maire qui a rappelé l'importance de ces questions à l'heure du Covid-19. 

Carrefour Aureliefrance Istock
Bruno Le Maire s'est opposé à un rapprochement entre Carrefour et Couche-Tard au nom de la souveraineté alimentaire de la France.
AurélieFrance / Istock

C’est un coup de tonnerre qui vient de frapper le monde de la distribution. La chaîne canadienne Couche-Tard, quasi inconnue en France, voudrait racheter un des fleurons tricolores de la grande distribution : Carrefour. Les deux entreprises ont en effet confirmé travailler sur un "rapprochement", comme l’avait révélé Bloomberg mardi 12 janvier. Si les discussions n’en sont qu’au stade préliminaire, elles avancent bon train. Le groupe québécois a commencé les négociations avec une offre de rachat de 20 milliards d’euros.

Les Bourses adorent ! À l’annonce de ce rapprochement, le cours de l’action de Carrefour a enregistré une hausse de 15 % jusqu’à atteindre 18 euros mercredi 13 janvier. Mais le gouvernement est beaucoup moins enthousiaste. C'est en particulier Bercy qui voit cette offre "amicale" comme la décrit Carrefour, d’un mauvais œil.

"A priori, je ne suis pas favorable à cette opération", a déclaré le ministre de l’Économie Bruno Le Maire dans l’émission C à vous. "J’ai vu pendant la crise de la Covid, lors du premier confinement, à quel point la sécurité d’approvisionnement était vitale pour tous. Le jour où vous allez chez Carrefour, chez Auchan ou chez Leclerc et qu’il n’y a plus de pâte, de riz… Qu’il n’y a plus de biens essentiels, vous faites comment ? Ce qui est en jeu c’est la souveraineté alimentaire des Français", a-t-il prévenu. 

Sécuriser les chaînes d’approvisionnement en France

Avec la pandémie, la souveraineté alimentaire est en effet devenue une des priorités du gouvernement. Et Bercy peut tout à fait s’opposer au rapprochement entre Carrefour et Couche-Tard. Le ministre a en effet rappelé que le décret sur le contrôle des investissements étrangers permet de "donner ou non notre accord à des opérations de ce type-là". D’autant que la loi Pacte vient d’être complétée : "Nous avons rajouté mot pour mot que la distribution alimentaire est soumise à accord préalable du ministre de l'Économie et des Finances", a-t-il précisé.

Si Bercy est aussi frileux c’est aussi parce que Carrefour est aussi le premier employeur privé de France (100 000 dans le pays, 320 000 dans le monde). De plus, depuis l’arrivée d’Alexandre Bompard à sa tête, le distributeur est devenu le symbole de la "transition alimentaire". Produits locaux, bio, magasin de proximité… La ministre du Travail et ancienne ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, craint que le rachat de Carrefour, freine cette dynamique. "La stratégie de Carrefour qui est de faire travailler les producteurs locaux, les agriculteurs locaux, est quelque chose dont on a pu voir que c’était important dans la crise sanitaire", a-t-elle expliqué sur Europe 1. "C’est important que Carrefour soit préservé dans sa stratégie", a-t-elle souligné. 

Face à Amazon et Leclerc, Carrefour veut s'imposer 

Toutefois, le groupe est fragile. Son chiffre d’affaires pèse quasiment le double de celui de Couche-Tard avec 81 milliards en 2019 mais son cours de Bourse, lui, est en chute libre depuis une décennie là où le Québécois a réalisé une vraie performance. D’où l’intérêt que porte le numéro 6 mondial de la distribution à Couche-Tard. Face à Amazon ou Leclerc qui lui grignotent lentement mais sûrement des parts de marché, Carrefour est "dans l’obligation de trouver une forme d’alliance", croit Yves Marin, expert du secteur de la distribution au sein du cabinet Bartle, interrogé par l’AFP.

Pour Couche-Tard, entreprise en bonne santé financière, dont la dette est faible malgré de nombreuses acquisitions, l’intérêt est de se diversifier. L’essentiel du chiffre d’affaires du groupe canadien, spécialiste des supérettes adossées à des stations-service, repose en effet sur les ventes de carburant. Un modèle économique non viable à long terme avec l'accélération de la transition écologique et le boom des voitures électriques. L'entreprise canadienne va donc devoir désormais apporter des garanties sociales et économiques pour convaincre Bercy de ne pas s'opposer à l'opération.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Carrefour reprend Bio C’Bon : la grande distribution avale le marché du bio

Carrefour a raflé la mise. Le géant vient d'acquérir le spécialiste Bio C'Bon, placé en redressement judiciaire en septembre. Biocoop et la famille Zouari (actionnaire de Picard), eux aussi candidats, ont été écartés. Cette nouvelle acquisition marque la place grandissante de la grande...

Act for food : au-delà des discours, Carrefour veut "crédibiliser sa démarche durable"

Comment dépasser les accusations de greenwashing ? En prenant des engagements concrets pour la rémunération des producteurs, l'alimentation bio, les substances controversées. Avec l'opération Act for food, Carrefour veut devenir le leader de la transition alimentaire et renouer la...

Plan de relance : la France veut retrouver sa souveraineté alimentaire... mais ne s'en donne pas les moyens

Depuis le début de son quinquennat, le Président de la République a affiché à plusieurs reprises sa volonté de reconquérir la souveraineté alimentaire française. Le plan de relance est le bon moment pour réaliser cet objectif. Si l'intention est saluée par les syndicats agricoles, le...

[Coronavirus, le jour d’après] Retrouver une souveraineté alimentaire en France

Alors que la crise sanitaire liée au Coronavirus oblige la France au confinement, la question de la souveraineté alimentaire n'a jamais été aussi importante. Si le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de pénurie, il est temps pour l'Hexagone de questionner son modèle : un fruit et légume...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Manifestation climat Lyon 28 septembre NICOLAS LIPONNE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Loi climat : sept points chauds qui seront au cœur des débats à l'Assemblée Nationale

Un an et demi après le lancement de la Convention citoyenne pour climat, le projet de loi Climat et résilience, issu des propositions des 150 citoyens tirés au sort, débarque à l'Assemblée Nationale. À partir de ce lundi 29 mars et jusqu'au 18 avril, les députés seront chargés de statuer sur les 69...

Manifestation marche pour le climat paris Concepcion Alvarez

Un appel à marcher pour une "vraie" loi climat dimanche 28 mars

À la veille de l'examen de la loi Climat et résilience à l'Assemblée Nationale, les membres de la Convention citoyenne pour le climat et plus de 400 organisations organisent dimanche 28 mars une marche en faveur d'une "vraie" loi climat. Parallèlement, 225 personnalités politiques ont publié le 26...

IStock Chinnapong code environnement

La création d'un "Défenseur de l’environnement" pourrait être inscrite dans la loi Climat et Résilience

Alors que la préservation de l'environnement devient omniprésente dans les débats à travers l'étude de la future loi climat et résilience, l'objectif est parallèlement de pouvoir garantir le respect et la compréhension des mesures à venir. Dans ce but, le gouvernement étudie la mise en place d'un...

Assemblee nationale hemicycle plein vue panoramique

Referendum : l'Assemblée Nationale veut "garantir" la protection de l'environnement dans l’article 1er de la Constitution

La tenue du référendum pour "garantir" la protection de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution vient de franchir une nouvelle étape. Sans surprise, l'Assemblée Nationale a voté le 16 mars en faveur du projet de loi. Mais rien n'est encore gagné : le Sénat doit encore valider l'article...