Publié le 24 janvier 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Démission de Carlos Ghosn : Renault doit éviter la sortie de route sur la question des indemnités de départ

Carlos Ghosn, PDG de Renault a annoncé sa démission, après deux mois d'incarcération au Japon. Le Conseil d’administration du constructeur se réunit ce jeudi 24 janvier pour acter son départ. C’est un duo Thierry Bolloré/Jean-Dominique Senard qui est pressenti pour le remplacer. Reste les épineuses questions des droits à la retraite et de la rémunération du président sortant dans un contexte de grogne sociale…

Thierry bollore et Carlos Ghosn AFP
Carlos Ghosn (à droite) a démissionné de son poste de PDG de Renault. Thierry Bolloré (à gauche) va prendre la direction générale.
@AFP

[Mis à jour le 24 janvier 2019] Le PDG du constructeur automobile français Renault, Carlos Ghosn, incarcéré au Japon depuis plus de deux mois, a démissionné jeudi 24 janvier. Philippe Lafayette, l'administrateur référent de l'entreprise, a reçu hier soir la lettre de démission de l'homme d'affaires. Le ministre de l'Économie a déclaré qu'en tant qu'actionnaire de référence, l'État sera "extrêmement vigilant sur les conditions de départ de Carlos Ghosn qui seront fixées par le conseil d'administration".

Alors que le conseil d'administration, réuni le même jour, s'apprête à nommer un nouveau Président, celui-ci va devoir être très vigilant sur les conditions de départ de l'ancien patron. Car il y a un vrai risque de dérapage incontrôlé du gouvernement français, actionnaire de référence de Renault, et des actionnaires en pleine crise sociale des Gilets jaunes. 

Un million d'euros

Des tensions pourraient faire jour concernant le coût du départ du dirigeant. S’il semble acté que Carlos Ghosn ne touchera pas d’indemnité de départ, ses droits à la retraite et sa rémunération différée pourraient dépasser le million d’euros. Un montant difficilement acceptable au vu des soupçons judiciaires qui pèsent sur Carlos Ghosn.

Selon Les Echos, le calcul de ces rémunérations s’apparenterait à un véritable "casse-tête" car celles-ci sont soumises "à des conditions de performance et/ou de présence dans la société" donnant lieu à interprétation. Premier volet de ces rémunérations, les droits à la retraite. Ils sont soumis à une condition de présence et d’ancienneté de cinq ans. S’il bénéficiait entièrement de ces droits, le dirigeant, qui va avoir 65 ans, devrait percevoir près de 800 000 euros par an.

Mais c’est surtout sur le salaire variable que le dirigeant doit toucher au titre de l'année 2018 que cela se complique. Finalement acté en Assemblé générale en juin dernier malgré des contestations fortes, celui-ci avait été plafonné à 100 % de son salaire fixe, soit près de 1 million d’euros. Selon les calculs des Echos, il pourra toutefois ne pas dépasser le quart de ce montant, une grande partie étant comptabilisée en actions, dont le bénéfice est lié à des critères de présence dans l’entreprise. Et pour qu’il soit approuvé, il faudra passer sous les fourches caudines des actionnaires en Assemblée générale.

Les actionnaires en arbitre

Enfin, si le futur ex-PDG ne devrait pas toucher d’indemnité de départ, il pourrait toutefois percevoir une indemnité de non-concurrence. En théorie, cela pourrait représenter deux ans de rémunération brute totale. Mais, là encore il faudrait pour cela que les actionnaires approuvent un tel "parachute" en Assemblée générale.

À l’inverse, le magnat de l’automobile pourrait avoir à rembourser près de 8 millions d’euros qui lui auraient été "indûment versés" par une filiale de l’alliance établie au Pays-Bas, selon les dirigeants de Nissan et Mitsubishi. Les deux constructeurs envisagent de porter plainte pour récupérer la somme.

Un tandem pour une meilleure gouvernance

Pour ce qui est de l'entreprise, c’est un tandem composé de Thierry Bolloré, adjoint et dauphin désigné de Carlos Ghosn, et de Jean-Dominique Sénard, patron de Michelin, qui est pressenti pour prendre les commandes du constructeur. Le premier serait directeur général, le second président. 

Bercy a délimité les contours de leur périmètre : "le président s'occupe de la stratégie de long terme, le directeur général de l'entreprise au jour le jour", a ainsi déclaré le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. Une organisation qui permettrait de répondre aux critiques sur la gouvernance du constructeur sur la concentration des pouvoirs chez un seul homme.

Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Affaire Ghosn : le PDG de Renault n'est plus résident fiscal en France depuis 2012

[actualisé le 11 janvier] Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, incarcéré au Japon depuis novembre, n'est plus résident fiscal en France depuis 2012. Il est fiscalement domicilié aux Pays-Bas, où la législation est plus avantageuse pour les hauts revenus, selon Libération. Des révélations qui...

Affaire Ghosn : un scandale qui illustre la montée en puissance des lanceurs d'alerte dans les entreprises

Comme UBS, Danske Bank, Cambridge Analytica, l’affaire Carlos Ghosn a été mise au jour par un lanceur d’alerte. Un nouveau cas qui illustre la montée en puissance des lanceurs d'alerte dans le monde de l'entreprise, dans un contexte d'exigences croissantes en termes de transparence.

Sous la pression de l'État, Carlos Ghosn, PDG de Renault, baisse son salaire de 30 %

Carlos Ghosn sera bien renouvelé à la tête du groupe Renault mais sous certaines conditions. Selon l'AFP, le PDG a accepté de baisser de 30 % son salaire sous la pression de l'État, actionnaire du groupe. Reste à savoir si cette baisse concerne l'ensemble de sa rémunération chez Renault,...

[Décryptage] L'affaire Ghosn mettra-t-elle fin au mythe du PDG tout puissant ?

L’État, actionnaire de référence de Renault, s’est enfin engagé dans la succession de Carlos Ghosn à la tête du constructeur. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a demandé que soit mise en place "une gouvernance stable et pérenne". Remplacer celui qui est devenu la...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Jean dominique Senard Michelin Renault AFP ChristopheArchambault

Jean-Dominique Senard, le nouveau patron de Renault qui roule pour une vision humaniste de l’entreprise

Après la démission de Carlos Ghosn, le conseil d’administration de Renault s’est réuni ce 24 janvier pour nommer ses successeurs. L’ancien numéro 2 de la marque, Thierry Bolloré, assurera la direction générale exécutive, Jean-Dominique Senard devient président non exécutif. Présenté comme...

Thierry bollore et Carlos Ghosn AFP

Démission de Carlos Ghosn : Renault doit éviter la sortie de route sur la question des indemnités de départ

Carlos Ghosn, PDG de Renault a annoncé sa démission, après deux mois d'incarcération au Japon. Le Conseil d’administration du constructeur se réunit ce jeudi 24 janvier pour acter son départ. C’est un duo Thierry Bolloré/Jean-Dominique Senard qui est pressenti pour le remplacer. Reste les épineuses...

Carlos Ghosn Japon Nissan comparution publique BehrouzMehri AFP

[Décryptage] L'affaire Ghosn mettra-t-elle fin au mythe du PDG tout puissant ?

L’État, actionnaire de référence de Renault, s’est enfin engagé dans la succession de Carlos Ghosn à la tête du constructeur. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a demandé que soit mise en place "une gouvernance stable et pérenne". Remplacer celui qui est devenu la figure...

Carlos Ghosn Japon Nissan comparution publique BehrouzMehri AFP

Carlos Ghosn nie toute dissimulation de salaire aux autorités japonaises, à l’occasion de sa première apparition publique

Pour la première fois depuis le 19 novembre 2018, l’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan est apparu dans une comparution publique. Il assure que les accusations à son endroit, dont dissimulation aux autorités boursières d'une partie de ses revenus, sont fausses. De son côté, la justice...