Publié le 30 octobre 2018

FINANCE DURABLE

Les profils en finance responsable très recherchés par les banques, assurances et sociétés de gestion

La finance responsable a le vent en poupe côté recrutement. Face au développement de ce pan resté longtemps marginal dans la finance classique, le secteur a besoin de nouveaux profils. Une étude du cabinet de recrutement Birdeo montre que la croissance est de 15 % par an depuis trois ans. Mais les profils sont difficiles à trouver.

IStock recrutement
Les profils finance responsables sont activement recherchés dans la finance mainstream
@Andrii Yalanskyi

Développement de l’Investissement responsable avec la finance solidaire, la finance verte ou l’Impact Investing, généralisation des critères ESG (environnementaux, sociaux ou de gouvernance)… La finance responsable se déploie, et, pour cela, elle a besoin de recruter.

C’est le constat que fait Birdeo, cabinet en recrutement et chasse de tête spécialisée dans le développement durable. Dans une étude qualitative menée en 2018 auprès de 637 sociétés de gestion financière, il constate que le secteur enregistre une croissance de 15 % chaque année depuis trois ans.

Cela ne concerne encore que 154 postes dans les sociétés interrogées (environ 10 % des effectifs), mais la tendance est là. "Les acteurs financiers s’accordent à dire que les emplois dans la finance responsable vont connaître une progression à deux chiffres d’ici 2020", assure Caroline Renoux, la fondatrice et présidente de Birdeo.

Une inadéquation entre l’offre et la demande

Pour autant, le recrutement est tendu, car ce type de profil est encore rare. "Le vivier de talent est encore limité, et les besoins des sociétés de gestion importants. En France, le marché est globalement scindé entre des profils très seniors, et des profils juniors. Il y a peu de profils intermédiaires et très spécialisés, notamment sur le thème de l’engagement, sujet relativement nouveau en France par rapport au Royaume-Uni", constate-t-on chez Axa IM. L'entreprise étoffe actuellement son équipe avec des profils plus orientés ESG.

Or, les profils demandés se spécialisent de plus en plus. "Il n’est plus possible de couvrir tous les sujets ESG comme il y a quelques années. Avant, il s’agissait souvent de profils généralistes, qui s’occupaient de tout. Cette spécialisation, beaucoup plus fine qu’auparavant, peut se faire par secteur, thème, taille de capitalisation, etc.", souligne encore l'investisseur. 

Des formations à muscler sur la finance responsable

Parmi les viviers privilégiés, on trouve principalement les analystes travaillant dans les agences de notations extra-financières et les auditeurs des grands cabinets d’audits et de conseil. Mais le marché est tel que le secteur s’ouvre aussi à des "profils différents", venus notamment du domaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) des grands groupes. "C’était impensable il y a deux ans seulement", assure Caroline Renoux qui voit le secteur gagner en maturité sur ces sujets.

Pour développer le recrutement des plus jeunes, les écoles de commerce et universités comment déjà à s'adapter en réalisant des modules ou des formations spécifiques sur l'ESG comme le fait Kedge BS, et comme y réfléchit HEC. Des formations continues destinées aux professionnels existent également, comme celles de Novethic

Nouveaux postes

Certes, "les débouchés ne sont pas les plus visibles, ni les plus attractifs – au moins au regard des standards actuels de la finance", relativise le cabinet. Pourtant les besoins sont réels en France, à Londres, au Luxembourg, à Genève... Parmi les métiers qui recrutent le plus, celui d’analyste extra-financier se taille encore la part du lion avec près d’une centaine de postes à pourvoir par an.

L’asset management (gestion d’actifs) concentre près de 90 % des postes. Il s’agit principalement de profils juniors demandant moins de cinq ans d’expérience, avec des salaires moyens aux alentours de 50 000 euros par an. Peu à peu, de nouveaux emplois, comme analyste crowdfunding, se développent petit à petit dans la banque, les sociétés d’assurance, les plateformes de financement participatif ou les agences de communication extra-financière.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles




FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable. Actuellement, l’attention est focalisée sur le climat. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et suite à l’Accord de Paris, des rendez-vous internationaux liés à la finance climat sont prévus en décembre dans la capitale française.

Cannabis pixabay herbalhemp

Malmené sur des questions de santé publique, Marlboro décide d'investir dans… le cannabis

De plus en plus de pays légalisent le cannabis. Tant et si bien que plusieurs grandes entreprises réfléchissent sérieusement à investir sur ce nouveau marché. C’est le cas de Marlboro, dont la maison-mère Altria vient de débourser 1,8 milliard de dollars dans une PME canadienne spécialisée dans le...

Excavation charbon Allemagne Martin Lizner

[Décryptage] COP24 : Des limites de l’engagement de la finance sur la fin des émissions liées au charbon

Lors de la COP24, qui se déroule à Katowice en Pologne jusqu’au 14 décembre, 415 grands investisseurs mondiaux appellent les ɐtats à être plus ambitieux sur la diminution de leurs émissions de gaz à effet de serre. Un message qui laisse perplexe alors que, depuis l’Accord de Paris, les fonds des...

Banque mondiale COP24 WorldBank

COP24 : la Banque mondiale promet 200 milliards de dollars entre 2021 et 2025 pour l’adaptation au changement climatique

La Banque mondiale a annoncé, lundi 3 décembre, la mobilisation d'environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025 pour aider les pays en développement face au changement climatique, soit un "doublement" par rapport à la période précédente.

Gilets jaunes Palais Brongniart France2

La prise du palais Brongniart par les gilets jaunes, symbole de l’indispensable facteur Social des critères ESG

Dans le secteur de la finance durable, la prise en compte des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) a surtout mis l’accent sur les sujets climatiques. Mais ne serait-ce pas plutôt le facteur S qui doit être au centre de cette finance ? La journée de manifestation des gilets...