Publié le 08 juin 2021

FINANCE DURABLE

Reporting climat : après l’appel du G7, quels sont les outils à disposition des entreprises

Climat et biodiversité doivent être mieux pris en compte par les entreprises, selon les ministres des Finances du G7. Lors de leur réunion des 4 et 5 juin, ils ont déclaré vouloir rendre obligatoire pour les entreprises la communication sur les risques financiers liés au climat et citent notamment la Task force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD), le cadre de reporting international né pendant la COP 21. Ils ont également applaudi la création de son homologue pour la biodiversité.

Reunion G7 finances juin 2021 HMTreasury
Les ministres des Finances du G7 se sont réunis à Londres le week-end des 4 et 5 juin 2021.
@HMTreasury

Les ministres des Finances du G7 veulent faire la lumière sur les risques financiers liés au climat pesant sur le monde économique. Lors de leur réunion à Londres, le week-end du 4 et 5 juin, ils se sont prononcés en faveur d’une communication obligatoire des données relatives à ces risques par les entreprises, un peu à la manière dont elles communiquent déjà sur leurs données comptables. La raison est simple. "Nous soulignons la nécessité de verdir le système financier mondial afin que les décisions financières prennent en compte les considérations climatiques", expliquent les ministres des sept grandes puissances mondiales.

En clair, si les entreprises divulguent des informations sur leur exposition au risque climatique, sur leur contribution au changement climatique, et sur la manière dont elles gèrent ces risques, les investisseurs peuvent alors sélectionner celles les mieux positionnées pour atteindre la neutralité carbone. Mais pour cela, "les investisseurs ont besoin d’une information de bonne qualité, comparable et fiable sur les risques climatiques", rappellent les ministres des Finances.

Des outils existent déjà pour effectuer ce reporting et le G7 y fait directement référence dans son appel du week-end dernier. La Task-force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD), un groupe de travail créé en 2015 pendant la COP 21, a élaboré un cadre permettant d’effectuer cette communication. Jusqu’à maintenant, ce reporting TCFD ne se faisait que sur une base volontaire, avec à l’heure actuelle près de 1700 entreprises dans le monde s’y référant. Récemment, le Royaume-Uni et la Nouvelle Zélande ont déclaré vouloir le rendre obligatoire pour leurs entreprises. Le G7 leur emboîte donc le pas.

Créer un socle commun de reporting

L’ambition du G7 est de parvenir à bâtir un socle commun mondial pour la divulgation des données climatiques par les entreprises, capable de coexister avec les outils développés par des pays plus avancés sur la question. C’est le cas de l’Union européenne qui dispose d’une directive sur le reporting non-financier des entreprises depuis plusieurs années. Celle-ci est en train d’être révisée afin d’homogénéiser les informations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) communiquées, dans le cadre du projet de directive sur le reporting durable des entreprises (Corporate Sustainable Reporting Directive, CSRD). Celui-ci devrait s’appliquer à 50 000 entreprises européennes d’ici 2023.

En plus du climat, les ministres des Finances du G7 se sont également penchés sur l’impact de l’économie sur la nature. Ils ont ainsi accueilli favorablement la création d’une Task-force on Nature-related Financial Disclosures (TNFD), l’équivalent pour la biodiversité du cadre de reporting sur le climat. La perte de biodiversité, démontrée notamment par les rapports de l’IPBES, engendrent en effet un risque aussi important que le réchauffement climatique et doit donc être pris en compte de la même manière par les entreprises et le monde de la finance.

Les travaux de la nouvelle TNFD ne font cependant que commencer, ils ne devraient aboutir à un cadre de reporting qu’en 2023.  Des outils existent déjà pour permettre aux entreprises de prendre en compte la perte de biodiversité dans leur chaîne de production, comme les "Science-based Targets for Nature". L’initiative des Science-based targets existe déjà pour le climat, elle consiste à étudier les objectifs de réduction de gaz à effet de serre que se fixent les entreprises et à s’assurer qu’ils correspondent bien à une trajectoire de réduction du réchauffement climatique. Cet outil est désormais également disponible pour lutter contre la perte de biodiversité aussi bien sur terre que dans les océans.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...