Publié le 21 juin 2018

FINANCE DURABLE

Rendre la finance aux citoyens : les 14 propositions du Secours Catholique

Rendre la finance aux citoyens et la remettre au service de l’intérêt général. Dans un nouveau rapport, publié ce jeudi 21 juin, le Secours Catholique-Caritas fait quatorze propositions. Parmi les mesures envisagées, la séparation bancaire entre d’un côté l’activité de détail et de l’autre celle de marché. Autre piste, la mise en place d’une taxe sur les transactions financières, d’un prix carbone suffisamment élevé et d’une instance de supervision mondiale.

Aujourd’hui, moins de 10 % des montants investis dans les produits dérivés sont en lien avec l’économie réelle.
@Secours catholique / Yoann Dondicol - Possum Interactive

"Les marchés financiers tels qu’ils fonctionnent actuellement génèrent des profits privés, mais sont finalement très peu au service de l’intérêt général. Cela renforce la pauvreté et les inégalités et détourne les flux financiers des enjeux d’intérêt général", constate le Secours Catholique/Caritas dans un rapport publié ce jeudi 21 juin. L’ONG y dresse une liste de mesures permettant de rendre la finance aux citoyens et de la remettre au service de l’intérêt général. Et elle lance pour l'occasion une plateforme en ligne de mobilisation citoyenne

Aujourd’hui, moins de 10 % des montants investis dans les produits dérivés sont en lien avec l’économie réelle. En cause, une dérégulation progressive depuis la signature des accords de Bretton Wood en 1973 et la mise en place du système de changes flottants. La finance a petit à petit pris une place démesurée dans l’économie au détriment des politiques publiques, aggravant ainsi les inégalités et la pauvreté, dénonce le Secours Catholique.

Impact sur la croissance économique

Dans 18 pays de l’OCDE, le niveau des inégalités a ainsi plus fortement augmenté. Dans le même temps, la croissance du crédit a été plus rapide que celle de la production et des salaires, entraînant des situations de surendettement de plus en plus fréquentes. Sans compter que la crise de 2008 qui a fragilisé l’ensemble de l’économie mondiale.

En accroissant les inégalités, la financiarisation de l’économie a été nuisible à l’activité économique. Comme l’indique une étude de l’OCDE, citée dans le rapport, "une aggravation des inégalités de trois points ferait perdre 0,35 point de croissance par an sur vingt-cinq ans, soit une perte cumulée de PIB de 8,5 % à terme." 

Séparation bancaire

Face à ce constat, le Secours catholique/Caritas fait quatorze propositions autour de quatre axes. Le premier consiste à stabiliser le secteur financier afin de réduire les risques de faillite et les activités spéculatives au profit de l’économie réelle. Pour cela, les auteurs appellent à une limitation de l’activité des banques aux services de détail (dépôts, crédits, moyens de paiement), ou au moins pour commencer à une séparation entre l’activité de détail et celle de marché. C’était une promesse du candidat Hollande en 2012… Mais le texte avait été vidé de sa substance avant d’arriver à l’Assemblée.

L’ONG estime par ailleurs que pour les fonds d’investissement, le ratio de levier devrait être maximum de 5, soit 20 % de fonds propres sur le total du bilan, contre 3 % aujourd’hui dans la plupart des banques. Elle remet aussi sur la table la TTF (taxe sur les transactions financières) vieux serpent de mer au niveau européen. Afin de canaliser l’épargne vers des activités utiles à la société, le ratio de solvabilité pourrait être calculé sur des critères écologiques sous la forme d’un bonus/malus.

La complexité n’est pas une fatalité

Les réserves obligataires pourraient également être mobilisées pour moduler la destination du crédit et un prix du carbone satisfaisant pourrait être mis en place (entre 40 et 80 dollars d’ici 2020). Enfin, le Secours catholique propose d’instaurer un organe de supervision bancaire au niveau mondial incluant les pays les moins avancés ainsi que l’utilisation des outils monétaires et fiscaux pour la relance économique en faveur de politiques publiques luttant contre les inégalités.

"Nos économies sont devenues illisibles en grande partie sous l’influence des marchés financiers, mais il ne tient qu’à nous de réformer les sources institutionnelles du ‘bruit’ qui les rend indéchiffrables", lance dans la postface Gaël Giraud, directeur de recherche au CNRS et économiste en chef de l’Agence française de développement (AFD).

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

Le pape François appelle les pétroliers à respecter l'accord de Paris sur le climat

Le pape François a appelé samedi les industriels du secteur pétrolier et gazier à respecter l'accord de Paris sur le climat de 2015, notamment pour protéger les populations pauvres contre le réchauffement climatique. Il juge que le monde a besoin d’une énergie qui ne détruit pas la...

Philippe Zaouati : Écrire pour convaincre que Paris doit être la capitale de la finance verte

Philippe Zaouati est directeur général de Mirova, filiale du groupe BPCE spécialisée dans l’investissement responsable. Ce 14 juin 2018, il publie, aux éditions Rue de l’échiquier, "La Finance verte commence à Paris". Dans ce livre, il assure que la Place de Paris a les atouts nécessaires...

La liste du groupe technique d’experts liée au plan d’action européen sur la finance durable dévoilée

Fin du suspens pour les 185 candidats qui espéraient pouvoir participer au groupe technique créé par la Commission européenne pour travailler, de juillet 2018 à l’été 2019, sur la mise en œuvre de son plan d’action sur la finance durable. La liste des 35 élus a été publiée le 13 juin.

Deux tiers des pays du G20 appliquent les recommandations de la TCFD pour une finance durable

Alors que le G7 a fait l'impasse sur le climat, une étude publiée par des chercheurs britanniques met en avant le fait que deux tiers des pays membres du G20 ont déjà commencé à appliquer les recommandations de la TCFD (Task Force on Climate Related-Financial Disclosures) sur le reporting...

Finance durable : les nouvelles règles du jeu en Europe

La Commission européenne a publié, le 24 mai, les premiers textes visant à transformer en profondeur les pratiques financières au sein de l’Union avec l’objectif affiché de "lutter contre le changement climatique tant qu’il en est encore temps" et de mettre les capitaux au service des...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Centrale charbon electrique pixabay

Finance climat : coup de sang des banques après de nouveaux rapports des ONG

Un rapport d’Oxfam sur les banques françaises a mis le feu aux poudres. L’ONG estime que les financements et investissements des banques les mettent sur une trajectoire de réchauffement climatique à 4 degrés. "Faux", répondent les banques, qui font valoir leurs engagements récents pour aligner leurs...

Pourtant opposé à la spéculation, le Vatican a pris de gros risques en Bourse

La doctrine de l’Église était pourtant claire : les couvertures de défaillance, ces produits financiers très spéculatifs, ne sont pas éthiques. Une enquête du Financial Times a pourtant révélé qu’une administration du Vatican avait investi dans de tels contrats, spéculant sur la faillite de Hertz,...

Smartphone appli BNP CCO

BNP Paribas propose à ses clients de calculer l’empreinte carbone de leurs dépenses

En s’associant avec la jeune pousse Greenly, BNP Paribas permet à ses clients de mesurer l’empreinte carbone de leur consommation. Intégrée à l’application bancaire, la solution de Greenly détermine le volume d’émission de gaz à effet de serre de chaque ligne de dépense affichée sur les relevés de...

Pompage petrole CC0

Les exclusions de projets pétroles et gaz les plus controversés annoncent un mouvement plus large

Une étude publiée le 20 octobre par l’institut australien IEEFA spécialiste de l’analyse économique et financière du secteur de l’énergie, a passé au crible les politiques de 50 investisseurs de poids qui excluent les sables bitumineux et le forage gazier en Arctique. Leurs conclusions : un exode...