Publié le 26 septembre 2018

FINANCE DURABLE

One Planet Summit 2 : Macron devient champion de la Terre, mais le combat climatique est loin d’être gagné

One Planet Summit, acte 2. Ce 26 septembre, se tient la deuxième édition de ce sommet sur le climat. L’occasion de se féliciter de la progression de toutes les coalitions et initiatives prises lors de la première édition à Paris en 2017. Mais ces efforts sont encore insuffisants pour ralentir le réchauffement. L’attribution du titre de Champion de la Terre et de la Planète à Emmanuel Macron, au même moment, par les Nations Unis, ne devrait pas suffire à mobiliser un monde de plus en plus divisé. 

À l'occasion de la 73e AG des Nations Unies, Emmanuel Macron et Donald Trump se sont rencontrés dans une ambiance tendue.
@Élysée

À New York, 133 chefs d’États et de gouvernement sont réunis pour la 73e Assemblée générale des Nations Unies. En parallèle de celle-ci, se tient la deuxième édition du One Planet Summit, 10 mois après sa première édition à Paris. C’est à cette occasion que le Président Emmanuel Macron recevra le titre de Champion de la Terre (avec le Premier ministre Indien Modi) et celui de Champion du Climat avec 14 autres personnalités.

Ces ronflants titres lui sont attribués pour avoir été à l’origine du mouvement "Make Our Planet Great Again" lancé en juin 2017 après l’annonce de Donald Trump de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris. Lors du One Planet Summit de décembre 2017 qui s’en est suivi, 12 engagements internationaux ont été pris, rassemblant une trentaine de coalitions et d’initiatives. Elles recouvraient trois domaines : le financement de l’adaptation au changement climatique, la transition vers une économie décarbonée, et le verdissement de la Finance.

Un sommet climatique de deux heures

Durant les 2 heures-et-demie que durera la deuxième édition, "des dirigeants d'entreprise et d'autres acteurs non étatiques se réuniront une nouvelle fois pour rendre compte de la mise en œuvre des engagements pris lors du Sommet One Planet et renforcer la confiance et la collaboration sur l'action multilatérale actuelle en faveur du climat", assure l’organisation dans un communiqué.

Et les résultats ne sont pas nuls. Par exemple, la "Carbon neutrality coalition" réunit désormais 16 pays dont neuf ont déjà soumis leur stratégie à long terme. Le programme d’observation du climat depuis l’espace, mené par le CNES (Centre national d'études spatiales) a combiné les efforts de 30 partenaires internationaux pour présenter un premier démonstrateur. L’alliance Solaire Internationale compte 68 pays membres et a lancé la formation de 10 000 jeunes ingénieurs…

Mais ni le titre de champion du climat, ni ces avancées ne suffisent à rassurer. Selon Patricia Espinosa, responsable des négociations climatiques à l'ONU, "les nations ne sont pas à la hauteur des promesses faites à Paris (…) Les engagements qu'elles ont pris jusqu'ici élèveraient la température de la planète d'environ 3 degrés d'ici 2100". António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, confirme : "Les faits sont clairs et alarmants : le changement climatique continue de progresser plus vite que nos efforts pour y faire face. Nous devons tous faire beaucoup plus pour gagner cette course pour notre avenir".

Un été prophétique

Malgré ce constat, Emmanuel Macron reste optimiste : "Nous devons agir ensemble pour encourager l'innovation, stimuler les projets transformateurs, réunir les investissements publics et privés et tenir nos promesses pour les nouvelles générations. Il est temps. C'est notre priorité tant sur le plan économique que politique".

Mais le multilatéralisme n’a jamais été aussi peu au goût du jour. À New York, l’Union européenne arrive en ordre divisé entre le Brexit et la montée des nationalismes. Elle se retrouve face à Washington qui se retire des accords internationaux sur l’Iran, sur le climat, sur les migrants. Le pays base de plus en plus sa diplomatie sur le bilatéralisme. Et la guerre commerciale entre Chine, Russie et États-Unis pollue encore plus ces relations.

Peut-être que l’été 2018 montrera aux grands dirigeants le besoin de se mettre en marche. Sachant que la dernière limite pour agir est imminente. "Si nous ne changeons pas d’orientation d’ici 2020, nous risquons des conséquences désastreuses", rappelle, sans exagération Antonio Guteres. Ces dernières semaines, les canicules records ressenties jusqu’aux limites du pôle Nord, les inondations et les tempêtes comme dernièrement le gigantesque Ouragan Florence, nous montrent que le point de bascule irréversible pour le climat n’est qu’à quelques pas de nous.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

London Stock Exchange Manakin

La Bourse de Londres émet un non catégorique à l'offre de rachat par Hong Kong

La réponse du London Stock Exchange est claire et nette : c'est non. L'offre de rachat dans laquelle s'est lancée la Bourse de Hong Kong sur son homologue britannique est jugée trop basse par Londres. Le chinois met plus de 35 milliards d’euros sur la table pour racheter le London Stock Exchange....

TimeaNagy PRI

Esclavage moderne et investissement responsable : témoignage choc pour appel à l’action !

Un message fort a été adressé aux 1700 participants des PRI in Person, en clôture de cet évènement international organisé à Paris du 10 au 12 septembre : être un investisseur responsable, c’est aussi mettre l’accent sur le S des critères ESG en faisant de la lutte contre l’esclavage moderne une...

Ursula von der leyen PE

Le climat et la finance durable au sommet de la nouvelle commission européenne, présentée par Ursula von der Leyen

La nouvelle commission européenne a été révélée par la Présidente Ursula von der Leyen le mardi 10 septembre. Au rang des priorités, l’Allemande réaffirme la place du climat avec une vice-présidence confiée à Frans Timmermans en charge du Green Deal européen. Les sujets des Gafa et de la finance...

Bruno Le maire PRI in Person Bercy

Finance durable : aux PRI, l’urgence est plus présente dans les discours que dans les actes

Emmanuel Macron en vidéo et Bruno Lemaire en chair et en os, ont adressé un seul et même vibrant message de la France à la communauté d’investisseurs responsables réunis à Paris pour l’Assemblée générale des Principes pour l’Investissement Responsable (les PRI) : il est urgent de faire de la finance...