Publié le 22 février 2019

FINANCE DURABLE

La société de gestion Meeschaert se lance dans le calcul de l’empreinte sociale de ses investissements

La société de gestion Meeschaert veut mieux connaître l’impact de ses investissements sur les salariés. Elle a développé sa propre méthode pour calculer l’empreinte sociale de son portefeuille et s’en sert désormais pour dialoguer avec les entreprises. Accidents du travail, turnover des salariés, parité… Tout l'enjeu est de mettre le S en avant dans la gestion ESG (environnementale, sociale et gouvernance) de son portefeuille. 

Absentéisme au travail, parité femmes-hommes, turnover... L'empreinte sociale permet de mesurer les risques pesant sur les investissements.
@RawPixel

"Déterminer l’empreinte carbone de notre portefeuille nous a beaucoup apporté, notamment en matière de pilotage des risques. Il nous manquait l’équivalent sur le pilier social", résume Aurélie Baudhuin, la directrice de la recherche ISR chez Meeschaert Asset Management.

La société de gestion a décidé de se lancer l’été dernier dans la détermination de l’empreinte sociale de ses investissements. Une innovation que le service recherche de Meeschaert a d’abord testé sur un seul fonds en actions, mais qui a aujourd’hui été étendue à tous les fonds sous gestion, aussi bien actions que dettes. Cette empreinte sociale permet de mettre l’accent sur le "S" dans l’analyse ESG (Environnement, social et gouvernance), un facteur de risque parfois moins identifié par les investisseurs.

Le pari n’était pourtant pas gagné d’avance. "Nous avons dû faire face à de nombreux obstacles", explique Aurélie Baudhuin. Il a fallu d’abord déterminer les indicateurs les plus pertinents, puis se confronter à la comparabilité de ces indicateurs. "Pour l’empreinte carbone, une tonne de CO2 est équivalente qu’elle soit émise aux États-Unis, en France ou en Inde, remarque-t-elle. Un contrat de travail, c’est très différent selon les pays…"

Un outil pour les investisseurs

Sept indicateurs de l’empreinte sociale ont été déterminés, sur la fréquence des accidents du travail, le taux de rotation des salariés, l’absentéisme, le handicap, la parité, les controverses sociales ou encore la contribution aux Objectifs de développement durable (ODD). La société de gestion compare ensuite la performance de ces indicateurs à des statistiques publiques lorsqu’elles existent, ou à d’autres référentiels privés le cas échéant, pour établir son empreinte sociale.

"Cela donne un éclairage très nouveau de la réalité de notre portefeuille, admet Aurélie Baudhuin. La bonne nouvelle, c’est qu’il va plutôt dans le bon sens !" Cette empreinte sociale affiche de manière très visuelle et chiffrée l’impact de l’investissement. Un avantage pour les clients de Meeschaert, qu’ils soient investisseurs institutionnels, fondations, associations ou particuliers. "C’est beaucoup plus concret, ils perçoivent directement l’impact sur les salariés", confie Aurélie Baudhuin.

Identifier les points à risque

Pour la société de gestion, cette empreinte sociale permet d’identifier les points à risque dans son portefeuille. Et à aller poser des questions aux entreprises qui pèsent de manière négative sur les indicateurs. "Cela peut aller jusqu’à l’exclusion si l’entreprise n’arrive pas à justifier cette discordance. Mais c’est l’étape ultime, il n’y a pas de mécanisme automatique", souligne Aurélie Baudhuin.

Le calcul de l’empreinte social reste toutefois encore à peaufiner, selon Meeschaert, qui demeure l’une des seules sociétés de gestion à avoir pris cette initiative. Les données sur l’impact social des entreprises restent parcellaires, difficiles à comparer et exigent un travail de fourmi pour les collecter dans plusieurs documents (rapport annuel, rapport de développement durable, bilan social, etc.).

À tel point que Meeschaert cherche à lancer un "Social disclosure project", à la manière du Carbon disclosure project (CDP). "Il y a de vraies marques d’intérêt de la part d’organismes de place, affirme Aurélie Baudhuin. C’est en train de se monter. Les sociétés de gestion comme les investisseurs institutionnels sont en demande de ces données."

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le facteur Social, parent pauvre des débats sur l’ESG dans la gestion financière

À San Francisco se déroulent en parallèle le Global Climate Action Summit et les PRI in Person. À cette occasion, les investisseurs responsables rappellent qu’une transition juste ne se fera pas qu’en répondant aux enjeux climatiques et environnementaux, mais que la dimension sociale doit...

Entreprises, en 2019, musclez votre plan de vigilance !

En 2018, les grandes entreprises ont dû répondre à la loi sur le devoir de vigilance, que beaucoup d’entre elles avaient vivement combattu, en publiant leur plan d’action. En 2019, elles vont devoir mettre les bouchées doubles tant les premiers documents sont scrutés par les parties...

Bullshit jobs : "La moitié du travail accompli dans le monde pourrait être supprimée sans aucune conséquence"

Vous aussi vous exercez un bullshit job, "un métier à la con" dans la langue de Molière ? Vous serez rapidement fixé en lisant l’enquête publiée début septembre par David Graeber, l’inventeur du concept. Alors que l’automatisation des tâches pourrait permettre de libérer des millions de...

Éthique et partage, le premier fonds français qui exclut les énergies fossiles

"Éthique et partage" est l’un des premiers fonds éthiques français. Il vient d'annoncer qu’il exclurait désormais les énergies fossiles. Cette annonce, une première en France, symbolise l’émergence d’un mouvement de désinvestissement des entreprises les plus nuisibles pour le climat. Pour...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Bruno Le Maire AFP Eric Piermont jpg

G7 Finance : la France veut accélérer le développement de la finance verte

Le gouvernement français, dans le cadre de la présidence française du G7, veut rendre le capitalisme plus durable. Réunis à Chantilly, les ministres des finances du groupe des sept pays les plus riches vont discuter des moyens pour réorienter les flux financiers vers une économie bas carbone. Au...

Collective Climate Justice Bale credit suisse

Les banques suisses dans le viseur des activistes du climat

Le calme et la discrétion des banques suisses ont été rompus le lundi 8 juillet. Un collectif d’activistes pour le climat est venu occuper l’entrée des sièges sociaux du Crédit Suisse, à Zurich, et d’UBS, à Bâle, avant d’être délogés par les forces de l’ordre. Ils dénoncent les quelque 83 milliards...

Aux États-Unis, des milliardaires veulent payer plus d’impôts...et financer une économie bas carbone

Près d’une vingtaine de grandes fortunes américaines militent pour un impôt ciblé sur les Américains les plus riches. Ils ont envoyé une lettre aux futurs candidats aux prochaines élections présidentielles pour leur demander de soutenir leur initiative. Les revenus fiscaux supplémentaires dégagés...

One Planet Coalition Fonds souverain juillet2019 DR

Huit gérants d’actifs internationaux s’associent aux fonds souverains pour orienter la finance vers le climat

Emmanuel Macron a de nouveau réuni les plus grands fonds d’investissements internationaux à l’Élysée pour les inciter à financer la lutte contre le réchauffement climatique. Huit gérants d’actifs, représentant 15 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, ont décidé de rejoindre la coalition...