Publié le 20 octobre 2020

FINANCE DURABLE

Les exclusions de projets pétroles et gaz les plus controversés annoncent un mouvement plus large

Une étude publiée le 20 octobre par l’institut australien IEEFA spécialiste de l’analyse économique et financière du secteur de l’énergie, a passé au crible les politiques de 50 investisseurs de poids qui excluent les sables bitumineux et le forage gazier en Arctique. Leurs conclusions : un exode des flux financiers hors des énergies fossiles a commencé.

Pompage petrole CC0
Des investisseurs commencent peu à peu à exclure l'ensemble des fossiles de leurs investissements.
@CC0

C’est un signal faible qui monte en puissance : les grandes institutions financières qui refusent d’investir dans le charbon, commencent à exclure certaines activités pétrolières et gazières. Pour l’IEEFA, institut australien spécialiste de l’analyse économique et financière du secteur de l’énergie, leurs politiques annoncent un désengagement de plus grande ampleur de l’ensemble des énergies fossiles.

"Nous observons un phénomène qui s’accélère", explique Tim Buckley directeur des analyses financières sur l’énergie de l’institut. "Cela a commencé en 2017 par des politiques excluant l’exploitation des sables bitumineux et l’exploration gazière en Arctique. Ils n’étaient que quatre au départ : la Banque Mondiale et trois acteurs financiers français, BNP Paribas, AXA, et Crédit Agricole. Ils sont aujourd’hui une cinquantaine à majorité européenne et dessinent une tendance inéluctable", ajoute-t-il.

Base de données libre

L’IEEFA met en avant le cas emblématique de la Banque européenne d’investissements (BEI) qui s’est engagée, en 2019, à ne plus financer d’énergies fossiles dès 2022 et estime qu’elle montre le chemin. C’est pourquoi il propose une base de données librement accessible qui recense les engagements pris dans le détail et indique la proportion que cela représente dans le volume d’encours gérés par chaque catégorie d’acteurs financiers (banques, assurances, gestionnaires d’actifs, fonds de pension)

Ces prédictions seront-elles réalisées et à quel rythme ? Il est intéressant de rappeler le cas des exclusions charbon. Les premières annonces, faites par AXA au Climate Finance Day de mai 2015, ont sonné comme un coup de tonnerre, annonciateur d’un orage qui s’est abattu sur tout le secteur en peu de temps, compromettant irrémédiablement la rentabilité des projets. Même la Pologne, État européen défenseur du charbon, a commencé à rendre les armes. Un projet symbolise ce virage :  la centrale à charbon ultramoderne Ostroleka que la Pologne voulait construire en 2018 vient d’être abandonnée car elle est dans une impasse financière.

Si l’institut australien souligne que les exclusions des sables bitumineux et du gaz en Arctique sont un bon début, il rappelle qu’elles ne suffisent pas pour s’aligner sur l’objectif de l’Accord de Paris. C’est pourquoi l’institut recommande aux membres de la Net Zero Asset Owner Alliance, des investisseurs qui visent la neutralité carbone en 2050, de "monter leur niveau d’exclusion avec des politiques toujours plus exigeantes pour cibler réellement les 1,5 ° de réchauffement climatique".

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...