Publié le 26 août 2019

FINANCE DURABLE

Le ciment, prochain combat des investisseurs responsables

C’est le deuxième secteur industriel le plus émetteur de gaz à effet de serre. Une coalition d’investisseurs donne un coup de projecteur au secteur du ciment, pour enjoindre les entreprises à atteindre la neutralité carbone en 2050. CRH, LafargeHolcim, HeidelbergCement et Saint-Gobain sont ciblés, pour savoir quelles mesures concrètes ils mettent en place pour verdir leurs activités.

HeidelbergCement Pologne gorazdze after high res 1
La fabrication du ciment représente 7 % des émissions mondiales de CO2 du fait de l'activité humaine.
@HeidelbergCement

Cette fois, ce n’est pas le secteur du pétrole et gaz qui se retrouve dans le viseur des investisseurs. Une coalition de gérants d’actifs représentant 2000 milliards de dollars d’actifs sous gestion a décidé d’interpeller le secteur des cimentiers sur leurs émissions de gaz à effet de serre. Et ce n’est pas un hasard s’ils ont choisi de cibler cette industrie, qui se trouve en deuxième place du podium des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre.

Le ciment, qui ne représente que 7 à 20 % de la composition du béton, est responsable de 95 % de l’empreinte carbone de ce matériau de construction. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’industrie du ciment est responsable de 7 % des émissions de CO2 dues à l’homme dans le monde.

Quatre multinationales ciblées

Les signataires de la lettre, tous membres de Climate Action 100+ et du groupe des investisseurs institutionnels sur le changement climatique (IIGC, Institutional Investors Group on Climate Change), demandent aux industriels du ciment d’établir leur feuille de route pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Quatre multinationales des matériaux de construction sont particulièrement visées : l’irlandais CRH, le franco-suisse LafargeHolcim, l’allemand HeidelbergCement et le Français Saint-Gobain.

Le passage à l’action est urgent pour les cimentiers. Le renforcement des réglementations fait peser un risque important sur son modèle économique. C’est le cas en Europe. Un rapport rédigé par l’IIGCC sur les attentes des investisseurs pour le secteur de la construction, remarque que le marché carbone a longtemps été favorable aux cimentiers. Considéré comme un secteur à risque de délocalisation, il a bénéficié de plus de permis d’émissions que les autres secteurs, lui permettant de les revendre à d’autres industriels. Mais ne l’incitant pas suffisamment à se transformer. La phase 4 sur le système européen d’échange de quotas carbone pourrait bousculer ce schéma en 2021.

Urgence à agir

"Les grandes économies comme le Royaume-Uni ou la France adoptent de plus en plus des objectifs de neutralité carbone, rappelle Stephanie Pfeifer, directrice générale de l’IIGCC. Le secteur du ciment doit prendre les devants sur la profonde transformation à laquelle il est confronté, en s’attaquant aux obstacles à la décarbonisation à court-moyen terme, si les entreprises veulent s’assurer d’un futur."

Matériaux de substitution au klinker (la matière première du ciment), nouveaux équipements moins énergivores, recours aux énergies renouvelables… Des solutions existent déjà pour réduire l’empreinte carbone de ces industriels. Restent à ce qu’ils les mettent en œuvre, et c’est ce que la coalition veut vérifier. Dans son document sur les attentes des investisseurs, l’IIGCC demande aux entreprises d’assurer une bonne gouvernance du risque climatique, de se fixer des objectifs à court, moyen et long terme de réduction de leurs émissions, basés sur des solutions scientifiques, et d’être transparents sur leurs activités de lobbying liées au climat et sur l’impact du risque climat sur leur organisation.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Cop25 UNCC

Une gigantesque alliance de 631 investisseurs appelle les États à renforcer leurs engagements climatiques

À l’occasion de la COP 25, 631 investisseurs du monde entier représentant 37 000 milliards de dollars d’actifs ont signé une lettre commune à destination des chefs de gouvernement. Lancée en 2018 par l’initiative The Investor Agenda, cette déclaration demande aux États de renforcer leurs engagements...

Statue Jacques Coeur B W KoS

[À l’origine] Premier "vrai" ministre des Finances au Moyen-Âge, Jacques Cœur réussit à redresser le budget de l’État

Jacques Cœur s’est trouvé face au même dilemme que les ministres des Finances contemporains : caisses vides, croissance en berne… et gros besoins de dépenses ! Ce grand argentier du royaume de France a réussi à redresser les finances publiques en pleine guerre de 100 ans. Son habilité à développer...

écolabel européen pogonici

Accord sur la taxonomie : l’Europe met en œuvre son plan d’action sur la finance durable

Les trois autorités européennes - Conseil, Commission et Parlement - sont parvenues à un accord sur la taxonomie, classification des activités vertes. Malgré de fortes oppositions de lobbys financiers et d’acteurs politiques, les négociateurs européens ont réussi à atteindre un accord ambitieux. De...

Réforme des retraites : pourquoi l’investissement durable garantit les réserves sur le long terme

Alors que débutent les mouvements sociaux contre la réforme des retraites, Novethic se penche sur le financement du système, qui se trouve en risque du fait du vieillissement de la population. Pour cela, un fonds de réserve universel doit être créé. La manière dont il sera placé sera cruciale pour...