Publié le 08 juillet 2021

FINANCE DURABLE

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise générale, un plan d’action pour intégrer systématiquement le changement climatique dans ses modèles.

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB
Christine Lagarde (au centre), Présidente de la Banque centrale européenne a annoncé la nouvelle stratégie de politique monétaire.
@MartinLamberts/ECB

Le changement climatique est là et nous ne sommes pas prêts. Le déchaînement d’évènements climatiques extrêmes, températures intenables au Canada, surchauffe en Sibérie, neige et grêle dans l’Est de la France, montrent l’impérieuse nécessité d’adapter massivement les infrastructures, les processus industriels, les bâtiments, les modes de vie… Bref, il s’agit de faire passer en urgence l’économie sur le mode "adaptation", négligé jusque-là au bénéfice de difficiles réductions d’émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone. Pour faire cette révolution, il faut accélérer massivement la transformation des entreprises sans attendre qu’elles aient fini d’encaisser le choc de la pandémie.

Pour déclencher le mouvement, la Banque centrale européenne a fait une annonce surprise le 8 juillet, beaucoup plus politique que technique. Elle a décidé de siffler la fin de la musique qui continue à faire danser les marchés boursiers malgré la crise économique globale. En annonçant un "plan d’action pour inclure le changement climatique dans sa politique monétaire", elle a envoyé un message fort aux entreprises qui financent leur endettement massif sur des marchés qu’elle abreuve. Désormais, le changement climatique est une donnée qui sera intégrée dans l’évaluation de leur solidité financière et de leur capacité à rembourser leurs dettes.

C’est un changement de paradigme. La Banque centrale assure bientôt qu’elle ne va bientôt acheter que des obligations d’entreprises qui "se conforment à la législation européenne visant à faire respecter l’Accord de Paris et qui le font à travers des indicateurs climatiques pertinents et des engagements adaptés". Auquel cas, les autres ne trouveront plus d’argent. Celles qui ne font rien (et elles sont nombreuses) pour aligner leurs stratégies pour limiter le réchauffement climatique en deçà de 2 degrés pourraient, dès 2023, être considérées comme surendettées et menacées, à court terme, de liquidation !

Stratégie climat

Cette brusque accélération de la Banque centrale devrait provoquer un électrochoc. À l’exception des producteurs d’énergie, rares sont les secteurs qui ont entamé leur transition vers des modèles bas carbone. Toutes aussi rares sont les entreprises qui font le lien entre leur endettement et leur stratégie climat. Or, en 2020, l’endettement des entreprises françaises était presque à 200 % du PIB, phénomène rendu possible uniquement par les politiques monétaires des banques centrales. Si la Banque centrale européenne modifie ses paramètres en faisant de l’impact du changement climatique un élément clef, le nombre d’entreprises notées très à risque sur le plan financier va exploser.

C’est le cas par exemple du secteur de l’aviation. Très fortement mises sous pression sur le plan climatique, les compagnies aériennes, comme Air France, doivent massivement investir pour verdir leurs activités, mais leur taux d’endettement global rend l’opération difficile. Même punition pour le secteur du tourisme dont les capacités de remboursement sont hypothéquées par une reprise toujours repoussée alors que le secteur avait, dès 2019, affronté une faillite systémique, celle du géant Thomas Cook.

L’appel de la Banque centrale servira-t-il enfin de déclencheur d’un mouvement global de transformation de l’industrie européenne ? Rien n’est moins sûr tant que les lobbys industriels jouent de leurs forces d’inertie. Sans compter le poids des États, à commencer par l’Allemagne. Le géant économique commence à peine à esquisser sa transition dans le secteur automobile et son secteur chimique continue comme si de rien n’était !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...