Publié le 29 octobre 2019

FINANCE DURABLE

Après "l’échec" de l’EPR, Bruno le Maire se bat pour promouvoir le nucléaire comme un investissement durable

Bruno Le Maire frappe fort sur la table de la filière nucléaire française. Après la publication d’un rapport sur l’échec du chantier de l’EPR de Flamanville, il donne un mois à EDF pour rattraper ce projet dont les coûts ont plus que triplé. Au-delà de ce seul réacteur, c’est tout l’avenir du nucléaire français qui est en jeu. La France milite pour faire entrer l’atome dans la classification des activités vertes de l’Union européenne. Mais si la filière ne prouve pas qu’elle est rentable, elle n’attirera aucun investisseur durable…

Nucleaire Bruno Lemaire Elizabeth Borne Jean Bernard Levy MichelStoupak NurPhoto
De gauche à droite : Elizabeth Borne, ministre de la transition écologique ; Jean-Martin Folz, auteur du rapport sur l'EPR ; Bruno Le Maire, ministre de l'Économie ; Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF.
@MichelStupak/NurPhoto

Les mots sont forts et repris par tous. Dans son rapport remis au ministre de l’Économie Bruno Le Maire et à la ministre de la Transition écologique Élizabeth Borne, Jean-Martin Folz, ancien PDG de PSA, assure que "la construction de l'EPR aura accumulé tant de surcoûts et de délai qu'elle ne peut être considérée que comme un échec pour EDF". Au final, le réacteur va coûter 12,4 milliards d’euros contre les 3,3 prévus à l’origine et accusera plus de 10 ans de retard.

Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy ne peut qu’acter cette conclusion. "Le constat d’échec, je le partage. Et nous devons le partager chez EDF", admet-il. Il se plie aussi à la volonté des deux ministres de livrer sous un mois un "plan d'action" pour remettre le chantier et toute la filière aux "meilleurs niveaux d'exigence". Ce plan devra être présenté au conseil d'administration du groupe, puis validé par l'État, et un point d'étape sera réalisé fin 2020.

Le nucléaire à la frontière de la taxonomie

Au-delà des conséquences pour le nucléaire français et ses 125 000 salariés, l’EPR est au centre d’un enjeu qui dépasse les frontières du pays. Bruno Le Maire est engagé dans un combat au niveau européen pour imposer le nucléaire comme une énergie durable. Depuis juin 2019, l’Union européenne a lancé un travail considérable pour élaborer une classification de ce qui peut être considéré comme un investissement vert. Ces négociations doivent aboutir en 2021, pour une entrée en vigueur en 2022. Et, pour l’instant, l’atome a un pied dans cette taxonomie et un pied à l’extérieur.

Plusieurs pays, dont l’Allemagne, s’opposent à la France et veulent sortir manu militari le nucléaire de la liste des investissements verts. La commission, de son côté, reconnaît son intérêt dans la lutte contre le réchauffement climatique, vu son bilan carbone positif, mais veut se donner du temps pour juger ses effets secondaires. En France, Bruno Le Maire reste campé sur ses positions. Lors d’une conférence sur le Fonds vert, il a assuré que "La France plaidera pour que l'énergie nucléaire fasse partie de ce label écologique", label qui pourrait découler de la taxonomie.

Renouvellement du parc français

Il a rejeté les critiques venues de certains pays, en les qualifiant "d'idéologiques" et en assurant se baser sur des critères "scientifiques". "Nous ne pouvons pas réussir la transition écologique et nous ne pouvons pas parvenir à notre objectif en termes de lutte contre le réchauffement climatique sans l'énergie nucléaire", a assuré le ministre.

Mais le seul critère environnemental ne suffira pas aux investisseurs. Ils veulent des projets positifs pour la transition énergétique, mais aussi des projets qui présentent un bon rendement. Ce qui ne sera pas le cas si la filière nucléaire française continue à dériver en coûts et en temps sur ses grands projets. La France va devoir dans quelques années - un délai très court à l’échelle du nucléaire - choisir si elle s’engage dans le renouvellement du parc nucléaire français. Vers 2023, Emmanuel Macron ou son successeur devra prendre une décision. Un oui engagera des dizaines de milliards d’euros que l’électricien historique ne pourra pas réunir sans le soutien de la finance verte.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Siege Banque Mondiale Washington WorldBank

Allègement de la dette des pays pauvres contre investissements verts : l'idée venue du FMI et de la Banque Mondiale

Les pays à faibles revenus se retrouvent pris en étau d’une dette trop élevée et de la nécessité de réaliser des investissements verts pour assurer l’avenir de leur pays. La Banque Mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont monté un groupe de travail pour tenter d’apporter une réponse...

Emissions CO2 Olivier Moal

43 grandes banques s’allient pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050

Les banques sont souvent pointées du doigt pour leurs financements à des projets qui ne vont pas dans le sens de la transition énergétique. Celles-ci sont bien décidées à donner des gages en lançant une initiative pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Les assureurs préparent une annonce...

European Commission CCO

Taxonomie européenne sur les activités vertes : pourquoi tout le monde en parle

La Commission européenne doit publier les détails de la taxonomie des activités vertes. Ces décrets d’application, dits actes délégués, permettront de définir ce qu’est, en Europe, une activité contribuant à l’atténuation du réchauffement climatique. Les milieux d’affaires sont en train de s'emparer...

Declin energies fossiles

Une coalition de sept pays européens veut supprimer tout soutien pour les énergies fossiles à l'export

Sept pays européens veulent interdire le soutien public aux projets liés aux énergies fossiles. France, Allemagne, Royaume-Uni, Danemark, Espagne, Pays-Bas et Suède lancent la coalition "Export Finance for Future" dans laquelle ils s’engagent à refuser les garanties publiques pour les projets...