Publié le 29 novembre 2019

FINANCE DURABLE

[Décryptage] Entre transition progressive et urgence climatique, le combat des banques françaises et des ONG environnementales

Nouvel épisode du bras de fer entre ONG environnementales et les banques françaises, le dernier rapport Oxfam et des Amis de la terre les accuse d’aggraver le réchauffement climatique en finançant massivement les énergies fossiles. Leur bilan carbone serait quatre fois et demie celui de la France. Les banques contre-attaquent d’autant plus fort qu’elles participent, au même moment, au Climate Finance Day, grand jour de mobilisation de la finance sur le climat.

Manif ONG Climate finance day 2019 ACHT
Devant le Palais Brongniart à Paris où se déroule le CLimate Finance Day 2019.
@ACHT

Ce vendredi 29 novembre, se tient le Climate Finance Day, grand rassemblement de la finance climat lancé en 2015. Et comme l’année dernière, des ONG ont profité de l’occasion pour sortir un rapport qui accuse banques et assurances de financer le réchauffement climatique à travers les énergies fossiles. En 2018, leur rapport avait fait la Une du Monde la veille de l’événement et avait conduit Bruno Le Maire, le ministre de l’économie et des finances, à brandir la menace d’une réglementation. En 2019, rebelote avec "l’empreinte carbone colossale des banques", rapport signé par Oxfam et les Amis de la Terre.

À ce type d’attaque, les banques répondent de la façon suivante. Elles prennent toujours plus d’engagements avec des politiques charbon qui éliminent de plus en plus fortement ce type d’énergie de leur bilan. Elles annoncent également des chiffres de plus en plus importants de financements verts pour accréditer leur position qui en fait, selon elles, le "fer de lance de la finance verte" mondiale.

Des banques en pointe

C’est un dialogue de sourds. Pour les ONG, ces mesures ne répondent pas à l’urgence climatique. Pour les banques, une transition lente du système actuel est la seule option. Les Françaises considèrent même qu’elles font beaucoup comparativement à leurs concurrents dans le monde. Les principales banques ont publié un manifeste en début de semaine.

Elles y reconnaissent qu’il y a "urgence pour la transition écologique" et estiment que non seulement "les banques françaises sont au service d'une économie bas carbone, écologique et inclusive", mais aussi que "leurs engagements font qu'elles sont en pointe dans le développement de la finance verte par rapport à leurs concurrentes internationales", chiffres à l’appui. Elles ont investi 37 milliards d’euros à fin 2018 dans les énergies renouvelables, soit 41 % de plus qu’en 2016.

La FFA (Fédération Française de l’Assurance) n’est pas en reste puisqu’elle a publié le 28 novembre son baromètre annuel ESG-Climat qui établit à 61 milliards les investissements verts réalisés par ses membres en 2018, 12 de plus qu’en 2017. Par ailleurs dans le cadre de l’engagement des acteurs financiers pris le 2 juillet dernier auprès des pouvoirs publics, elle publie un guide de recommandations sur la définition d’une stratégie charbon, axé sur les recommandations des ONG.

Détruire son propre écosystème

En réalité, c’est un dialogue de sourds car les ONG ne demandent rien moins aux acteurs financiers que de dynamiter le système qui les nourrit : un monde économique dont l’énergie est pour l’essentiel fossile. Impossible répond Frédéric Oudéa, Président de la FBF et PDG de la Société Générale qui défend la thèse de la transition. "Nous sommes des grandes banques qui finançons l’économie qui repose aujourd’hui sur des énergies fossiles. Ce qui est fondamental c’est comment nous accompagnons la transition".

La reconnaissance de cette transition impérative est en soi une grande victoire pour les ONG. La nouvelle salve d’engagements d’AXA par exemple qui définit à quelles conditions on peut faire cette transition : transformer l’industrie elle-même et utiliser les divers moyens de la finance durable pour cela. L’accompagnement financier de la transition existe en France mais l’accélération reste à venir.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Conseil des ministres Edouard Philippe ChristopheArchambault AFP

Financement des retraites et climat : l’éléphant dans la pièce !

Le grand absent des débats très tendus autour du projet de réforme des retraites français est le changement climatique et l’impact des disruptions majeures, environnementales et sociales qui lui sont associées. Le projet de loi a été qualifié de "lacunaire" par le Conseil d’Etat sur son volet de...

Larry Fink Forum economique de Davos 2020 FabriceCoffrini AFP

Davos : ce grand-rendez-vous d’écologistes

L’édition de Davos 2020 aura marqué un changement profond dans les mentalités. Les modèles économiques ne sont pas encore remis en cause profondément pour sauver la planète, mais des questionnements sincères sont apparus de la part des dirigeants mondiaux sur leur rôle. Reste que des voix opposées...

City de Londres FreeImages @SimonRogers

Brexit : la City commence sa migration sur le continent

Longtemps annoncé, la délocalisation des entreprises financières de Londres vers des capitales de l’Union européenne s’amorce. Des banques américaines ou anglaises et des gérants d’actifs ont annoncé le renforcement de leurs équipes parisiennes, portant à près de 4000 le nombres de nouveaux emplois...

Davos world economic forum 2020 WEF

Davos 2020 : Paris et Berlin s'allient à BlackRock pour investir 500 millions de dollars dans la transition des pays émergents

L’Agence français de développement, le ministère allemand de l’Environnement et des fondations privées s’associent à l’Américain BlackRock pour développer un Climate Finance Partnership. Ensemble, ils veulent investir 500 millions de dollars dans des projets d’infrastructures vertes dans les pays...