Publié le 10 avril 2018

FINANCE DURABLE

Avec la Loi Pacte, Bruno Le Maire veut redéfinir le "capitalisme européen"

Dans une interview accordée aux Echos, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, détaille le contenu de la loi Pacte sur le volet concernant la modification de l’Objet social de l’entreprise. Il repose sur un élément clé : la possibilité pour l’entreprise, d’ajouter une raison d’être à ses statuts. Pour lui, cela permet de défendre une vision du capitalisme européen basé sur le long terme. 

Bruno Le Maire
Avec la loi Pacte, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, veut mettre la France "à la pointe de la redéfinition du capitalisme européen", explique-t-il aux Echos.
ministère de l'Économie

Être à l’avant-garde de "la redéfinition du capitalisme européen". C’est l’ambition de la loi Pacte prévue pour être présentée en conseil des ministre fin mai. Tel est le cap que s'est fixé Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, dans un entretien aux Echos le 10 avril.

"L'entreprise ne se limite pas à la recherche du profit"

Face au capitalisme chinois, "un capitalisme d’Etat" et au capitalisme anglo-saxon "davantage court-termiste", le ministre défend un capitalisme européen "de long terme". Ce dernier "doit faire des enjeux environnementaux un atout pour sa croissance, il doit défendre la propriété intellectuelle, valoriser la finance verte. Plus largement, il doit aussi être responsable socialement, promouvoir une véritable égalité hommes-femmes, se soucier du développement de ses collaborateurs", affirme-t-il.

Pour cela, le volet transformation de l’entreprise, fortement inspiré du rapport Notat/Sénard, va reposer sur une idée forte : que "l’entreprise ne se limite pas à la recherche du profit mais elle a aussi un rôle social et environnemental".

Et "cette nouvelle place repose sur un élément clé : la raison d'être de l'entreprise", assure le ministre. Deux articles du code civil seront modifiés : l'article 1833 et le 1835. Ce dernier "précisera que les statuts de l'entreprise peuvent définir une raison d'être dont la société entend se doter pour décrire son activité. Ce ne sera pas une contrainte. Cette définition se déclinera dans le Code du commerce par une modification des articles concernant les compétences du conseil d'administration et du directoire (L. 225-35 et L. 225-64)", précise Bruno Le Maire. Selon lui, "réécrire le Code civil est un acte politique majeur".

Pas de statut à part pour les entreprises à mission

Contrairement à l’une des recommandations du rapport Notat/Senard, le gouvernement écarte cependant l’idée d’une nouvelle catégorie d’entreprises, celles des entreprises à mission. "Notre ambition est plus vaste. Nous ouvrons une faculté à toutes les entreprises qui le souhaitent. Par ailleurs, les entreprises y trouveront aussi leur intérêt. Si une entreprise demain veut être profitable, reconnue par nos concitoyens, la raison d'être va devenir un passage obligé, pour mobiliser les salariés, les fournisseurs, les clients, les actionnaires autour d'un objectif commun". 

Concernant la place des administrateurs salariés, un point qui avait suscité une certaine agitation chez le patronat lors de la publication du rapport Notat/Sénard, le gouvernement parie sur une généralisation de leur présence dans les conseils d’administration. En revanche, au niveau de l'augmentation de leur nombre, le gouvernement va moins loin que le rapport. Il propose que, pour les conseils de plus de huit membres, le nombre d’administrateurs salariés passe de un à deux. Les rapporteurs imaginaient, quant à eux, monter à trois pour les conseils composés de 16 membres ou plus.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La loi Pacte devrait entériner la responsabilité sociétale comme socle de l’entreprise du XXIe siècle

Le rapport Notat/Sénard sur l’objet social de l’entreprise remis le 9 mars au gouvernement consacre la RSE (Responsabilité sociétale de l’entreprise) comme le socle de l’entreprise française du XXIe. Un rapport qui a visiblement convaincu le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui le...

Loi Pacte : Accroître la place des salariés dans les conseils d’administration crispe le patronat

On attendait une crispation sur la modification du code civil, c’est finalement la place des salariés dans les conseils d’administration qui fait tiquer le patronat suite à la publication du rapport Notat/Sénard sur le statut de l'entreprise qui doit être redéfini dans la loi Pacte. Les...

Loi pacte : le rapport Notat/Sénard appelle à prioriser l’intérêt de l’entreprise avant celui des actionnaires

Un rapport remis au gouvernement vendredi 9 mars propose de modifier le code civil pour y introduire la notion de "raison d'être" de l'entreprise ainsi que la prise en compte des impacts sociétaux et environnementaux de ses activités.

Loi Pacte : le statut "entreprises à mission" plaît aux patrons

Créer un nouveau statut pour les entreprises souhaitant allier mission sociétale et rentabilité, c’est l’une des possibilités envisagées par le gouvernement dans le cadre de sa loi pour la croissance et la transformation des entreprises (loi Pacte). Un statut qui séduit de plus en plus de...

Entreprises à mission, ESUS, SOSE, fondations actionnaires… Le guide pour s'y retrouver dans les nouveaux statuts des sociétés

La loi Pacte en cours d’élaboration doit permettre de transformer l’entreprise. Elle pourrait donner lieu à la création de nouveaux statuts comme l’entreprise à mission. Le sujet suscite des débats passionnés et il est difficile de s’y retrouver dans la jungle des nouveaux termes et...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Roberts scharfe finance durable Luxembourg ACHT

[Décryptage] Europe de la finance durable : la compétition prime sur la coopération !

Dommage collatéral de l’impulsion donnée à la finance durable par la Commission Européenne : un concours de places financières qui veulent chacune être plus durable que les autres avec des stratégies et des atouts différents. Paris, Londres et Luxembourg en font un axe important de leur attractivité...

BP assemblée générale

Les actionnaires de BP suivent l'avis de la direction et votent pour une résolution sur le climat

Helge Lund, le président de BP, a rédigé une tribune dans le Financial Times pour expliquer que la transformation de la compagnie pétrolière vers un modèle bas carbone est dans le meilleur intérêt de ses actionnaires. Et cette transformation doit se faire rapidement, plus l’entreprise attend et plus...

Olivier Guersent DG Fisma Commission europeenne LaureneChevanat Twitter

[Europe] L’Union européenne, moteur puissant pour le développement de la finance durable

Au crédit des institutions européennes, il faut porter l’incroyable impulsion donnée à la finance durable. En moins de trois ans, celle-ci est devenue un axe majeur de la politique de la Commission sur les marchés financiers. Elle est susceptible de transformer l’économie européenne, à condition que...

Manif climat pxhere

La Belgique, premier pays à s'emparer du Pacte Finance Climat

Plusieurs personnalités politiques belges se sont saisi des idées du Pacte finance climat. Poussées par les manifestations très suivies des lycéens et des citoyens du début de l’année, elles veulent notamment porter au niveau européen la création d’une banque pour le climat. Les élections...