Publié le 16 juillet 2019

FINANCE DURABLE

Aux États-Unis, des milliardaires veulent payer plus d’impôts...et financer une économie bas carbone

Près d’une vingtaine de grandes fortunes américaines militent pour un impôt ciblé sur les Américains les plus riches. Ils ont envoyé une lettre aux futurs candidats aux prochaines élections présidentielles pour leur demander de soutenir leur initiative. Les revenus fiscaux supplémentaires dégagés par cet "ISF à l’américaine" pourraient notamment être investis dans des solutions bas carbone pour lutter contre le réchauffement climatique.

Le milliardaire George Soros a cosigné, avec 17 autres grandes fortunes, une lettre aux candidats à la présidentielle américaine demandant à taxer les plus riches.
@Wikimedia Commons

C’est exactement l’inverse du débat français sur l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune). Aux États-Unis, une vingtaine de milliardaires ont signé une lettre pour demander à payer plus d’impôts. "Nous écrivons pour appeler tous les candidats à la présidence, qu’ils soient Républicains ou Démocrates, pour promouvoir une taxe modérée sur la fortune du 1/10 des 1 % des plus riches américains", déclarent les signataires.

Parmi eux, se trouvent des noms comme le financier George Soros, le cofondateur de Facebook Chris Hughes, ou encore Abigail Disney, la petite-nièce de Walt Disney qui s’était insurgée récemment contre le salaire exorbitant du dirigeant du groupe. En tout, 18 personnes représentant 11 familles ont apposé leur nom au bas de la lettre.

Selon eux, l’idée d’un impôt sur les plus riches a le soutien de l’opinion publique américaine et des personnages politiques s’en sont même fait l’écho. La lettre cite expressément la proposition de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren de prélever 2 cents sur chaque dollar au-delà de 50 millions de dollars de patrimoine, puis 1 cent par dollar au-delà de 1 milliard de dollars d’actifs. De quoi générer près de 3000 milliards de dollars sur dix ans de revenus fiscaux supplémentaires pour le budget fédéral.

"Une énergie propre et un futur bas carbone"

Les milliardaires ont des idées bien précises sur l’utilisation de cette ressource supplémentaire. Au premier rang desquelles la lutte contre le réchauffement climatique. Selon eux, un surcroît d’investissement pourrait "accélérer l’innovation et l’application de solutions qui créent une économie basée sur une énergie propre et un futur bas carbone".

Cet impôt sur la fortune pourrait également améliorer le système de santé américain ou encore alléger la dette des étudiants, rénover les infrastructures vieillissantes, etc. Surtout, les signataires insistent sur l’idée d’une meilleure répartition des richesses dans la société américaine. "Le fait qu’une taxe modérée sur un nombre minuscule d’Américains puisse générer autant de revenus reflète simplement le niveau historique de la fortune des Américains les plus riches", soulignent-ils.

Le thème des inégalités sociales n’a cessé de s’amplifier ces dernières années. Selon un rapport de l’organisation américaine Inequality.org, les trois américains les plus riches (Jeff Bezos, Bill Gates et Warren Buffet) détiennent un patrimoine cumulé plus élevé que la moitié la moins riche du peuple américain. Quant aux trois familles les plus riches (la famille Walton propriétaire de Wallmart, la famille Mars, et les frères Koch) ont vu leur patrimoine augmenter de 6000 % depuis 1982, tandis que le patrimoine médian des ménages américains baissait de 3 % sur la même période.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

FINANCEMENT ODD

5 ans des Objectifs de développement durable (ODD) : quelles solutions pour accélérer les financements

Il y a cinq ans, l’ONU adoptait les Objectifs de Développement durable, soit 17 priorités environnementales, sociales et économiques pour 2030. Mais aujourd'hui, le compte n’y est pourtant pas. Seuls 2 500 milliards d'euros sont mobilisés chaque année alors que 5 000 à 7 000 seraient nécessaires. Et...

Consommation bio locale de saison effet covid

Faillite de Bio C‘Bon : des actionnaires particuliers craignent de perdre leur mise

Plusieurs centaines de particuliers ont investi leurs économies dans le capital de la chaîne de distribution Bio C’Bon, aujourd’hui en redressement judiciaire. Alors que les repreneurs doivent faire connaître leur offre auprès du juge, ils veulent faire entendre leur voix afin de ne pas tout perdre...

Epargne pxhere com

Bercy met le livret A et le LDDS à contribution pour la relance verte

Le ministère de l’Économie a assoupli les conditions d’utilisation des placements dans les livrets d’épargne réglementée. La Caisse des dépôts et la Banque des territoires vont pouvoir utiliser le fonds d’épargne pour financer des projets liés à la transition écologique, en plus des logements...

Banque du climat Dufour Sichel BPI

Banque du climat : 40 milliards pour transformer l’économie en quatre ans

Rénovation thermique des bâtiments, mobilités durables, développement des énergies renouvelables, accélération des innovations vertes… Bpifrance et la Banque des territoires ont développé un plan climat de 40 milliards d’euros, sur quatre ans, pour accélérer la transition écologique des entreprises...