Publié le 16 juillet 2019

FINANCE DURABLE

Aux États-Unis, des milliardaires veulent payer plus d’impôts...et financer une économie bas carbone

Près d’une vingtaine de grandes fortunes américaines militent pour un impôt ciblé sur les Américains les plus riches. Ils ont envoyé une lettre aux futurs candidats aux prochaines élections présidentielles pour leur demander de soutenir leur initiative. Les revenus fiscaux supplémentaires dégagés par cet "ISF à l’américaine" pourraient notamment être investis dans des solutions bas carbone pour lutter contre le réchauffement climatique.

Le milliardaire George Soros a cosigné, avec 17 autres grandes fortunes, une lettre aux candidats à la présidentielle américaine demandant à taxer les plus riches.
@Wikimedia Commons

C’est exactement l’inverse du débat français sur l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune). Aux États-Unis, une vingtaine de milliardaires ont signé une lettre pour demander à payer plus d’impôts. "Nous écrivons pour appeler tous les candidats à la présidence, qu’ils soient Républicains ou Démocrates, pour promouvoir une taxe modérée sur la fortune du 1/10 des 1 % des plus riches américains", déclarent les signataires.

Parmi eux, se trouvent des noms comme le financier George Soros, le cofondateur de Facebook Chris Hughes, ou encore Abigail Disney, la petite-nièce de Walt Disney qui s’était insurgée récemment contre le salaire exorbitant du dirigeant du groupe. En tout, 18 personnes représentant 11 familles ont apposé leur nom au bas de la lettre.

Selon eux, l’idée d’un impôt sur les plus riches a le soutien de l’opinion publique américaine et des personnages politiques s’en sont même fait l’écho. La lettre cite expressément la proposition de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren de prélever 2 cents sur chaque dollar au-delà de 50 millions de dollars de patrimoine, puis 1 cent par dollar au-delà de 1 milliard de dollars d’actifs. De quoi générer près de 3000 milliards de dollars sur dix ans de revenus fiscaux supplémentaires pour le budget fédéral.

"Une énergie propre et un futur bas carbone"

Les milliardaires ont des idées bien précises sur l’utilisation de cette ressource supplémentaire. Au premier rang desquelles la lutte contre le réchauffement climatique. Selon eux, un surcroît d’investissement pourrait "accélérer l’innovation et l’application de solutions qui créent une économie basée sur une énergie propre et un futur bas carbone".

Cet impôt sur la fortune pourrait également améliorer le système de santé américain ou encore alléger la dette des étudiants, rénover les infrastructures vieillissantes, etc. Surtout, les signataires insistent sur l’idée d’une meilleure répartition des richesses dans la société américaine. "Le fait qu’une taxe modérée sur un nombre minuscule d’Américains puisse générer autant de revenus reflète simplement le niveau historique de la fortune des Américains les plus riches", soulignent-ils.

Le thème des inégalités sociales n’a cessé de s’amplifier ces dernières années. Selon un rapport de l’organisation américaine Inequality.org, les trois américains les plus riches (Jeff Bezos, Bill Gates et Warren Buffet) détiennent un patrimoine cumulé plus élevé que la moitié la moins riche du peuple américain. Quant aux trois familles les plus riches (la famille Walton propriétaire de Wallmart, la famille Mars, et les frères Koch) ont vu leur patrimoine augmenter de 6000 % depuis 1982, tandis que le patrimoine médian des ménages américains baissait de 3 % sur la même période.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...