Publié le 24 octobre 2019

FINANCE DURABLE

Article 173 : l’écart se creuse entre les investisseurs institutionnels engagés sur le climat et les attentistes

Depuis trois ans, les plus gros investisseurs institutionnels français doivent publier un reporting extra-financier avec un focus climat. Principale conclusion de l'édition 2019 : si les investisseurs les plus engagés sophistiquent chaque année un peu plus leur stratégie, l’écart se creuse avec les plus attentistes, faisant manquer l’un des objectifs de cette réglementation : diffuser la culture du risque climat aux plus grosses institutions financières.

173 nuances bon
L'analyse de Novethic des rapports dits 173 montre que si les investisseurs les plus engagés sophistiquent chaque année un peu plus leur stratégie climat, l’écart se creuse avec les plus attentistes.
@Novethic

C’est un peu comme une série télévisée dans laquelle on avait placé beaucoup d’attentes et qui montre des signes de fatigue au bout de la troisième saison. Les ingrédients sont pourtant là. Un casting de poids lourds, avec les plus gros investisseurs institutionnels français qui pèsent près de 3 000 milliards d’actifs. Et une intrigue majeure : les acteurs financiers vont-ils intégrer le climat dans leur stratégie et nous permettre d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris ? Mais le scénario est un peu grippé : chaque année, les acteurs les plus engagés le sont toujours plus… et les autres font du sur place.

Une interprétation à deux vitesses

Depuis trois ans, Novethic analyse les rapports dits 173 que doivent établir chaque année les plus gros investisseurs institutionnels. Ils doivent y consigner leur stratégie ESG (environnementale, sociale et de gouvernance) mais aussi la façon dont ils intègrent le climat dans leur stratégie. Cette année, 72 des 100 plus gros se sont pliés à l’exercice, représentant 2330 milliards d’euros d’encours. Mais depuis le début, l’exercice montre que l’interprétation de cette réglementation est à deux vitesses : d’un côté les plus engagés "sophistiquent chaque année un peu plus leur stratégie climatique", avec des méthodologies de plus en plus complexes et de l’autre, des institutions se contentent de calculer leur empreinte carbone ou pire, restent aux abonnés absents.

En mettant en place cette obligation de reporting, l’un des objectifs du gouvernement était pourtant de diffuser la culture du risque climatique au sein des plus grands détenteurs d’actifs français. Mais, sans sanction, certains continuent d’ignorer l’urgence climatique et son impact pour leur activité. Un dixième du panel se contente de déclarer ne pas prendre en compte de critères ESG ou se sont arrêtés à un unique rapport, en 2016, auquel ils renvoient d’une année sur l’autre. Pour les autres, une partie se contente encore de réaliser une empreinte carbone, soit une photographie de l’impact de leur portefeuille en termes d’émissions de CO2.

Des portefeuilles au-dessus de 2°C

Surtout, les différentes méthodologies, de plus en plus complexes, ne permettent pas une comparaison des différentes approches, ni en termes de périmètres, ni en termes d’ampleur de l’effort à fournir. Avec les outils existants, nous savons juste que la moyenne des portefeuilles ne nous permet pas d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

173 nuances de reporting temperatures

 

Pour autant, faut-il se désintéresser de l’exercice de transparence amené par la réglementation ? Non, car il permet tout de même de montrer l’état des lieux ainsi que les pratiques à suivre. 25 investisseurs du panel ont ainsi adopté une stratégie visant leur empreinte carbone. Celles-ci peuvent se classer en quatre catégories : la sélection – positive en investissant dans des valeurs performantes sur l’intensité carbone ou négative en se délestant de gros émetteurs –, la neutralité carbone, la réduction des émissions en valeur absolue ou l’action sur le patrimoine immobilier.

173 nuances de reporting strategies

On constate que la part des investissements verts grandit (+8,6 milliards d’euros par rapport à 2017), mais ne compte que pour 1,41 % des actifs. En miroir, les politiques d’exclusion mises en place concernant le charbon et les énergies fossiles ont conduit à 617 millions d’euros de désinvestissements, ce qui peut sembler peu mais indique une accélération comparée aux 124 millions d'euros du précédent exercice.

Muscler l’engagement actionnarial

Plusieurs misent déjà sur l'engagement actionnarial. 12 investisseurs français du panel sont membres de l’initiative Climate Action 100+ qui cible les entreprises les plus carbo-intensives du monde. Ils représentent plus de 1 000 milliards d’euros d’encours soit la moitié du panel et 3 % du volume total des encours des membres de l’initiative internationale. Seule limite, les grands investisseurs institutionnels français disposent d’une faible part d’actions dans leurs portefeuilles (moins de 10 %), plus tournés vers les obligations souveraines ou privées.

La pression pourrait donc venir aussi de la demande, celle des particuliers, qui sont de plus en plus nombreux à demander des comptes climatiques à leurs banquiers ou leurs fournisseurs d’assurance-vie. Avec la loi Pacte, ces derniers seront d’ailleurs bientôt contraints de proposer des unités de compte labellisées verts (Greenfin), responsables (ISR) ou solidaire (Finansol)… Les plus engagés auront automatiquement une longueur d’avance.

Béatrice Héraud @beatriceheraud 

 

Retrouvez l'étude ici

 

 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Assemblee generale AIrbus 2019 Airbus

Crise du Coronavirus : vers un confinement des dividendes versés aux actionnaires

De plus en plus de voix s’élèvent alertant sur les politiques de dividende des entreprises. Les plans massifs d’aides publiques, pour soutenir les sociétés confrontées à la crise du coronavirus, ne doivent pas se retrouver dans la poche des actionnaires. Certains grands groupes ont déjà annoncé...

Ouverture NYSE bourse coronavirus BryanRSmith AFP

[Coronavirus, le jour d’après] Réhumaniser la finance pour changer les paramétrages du trading à haute fréquence

Depuis le 20 février, les bourses mondiales ont perdu en moyenne 30 %, suivant des phases de chutes vertigineuses suivies de temporaires remontées. La cause est le recours massif au trading à haute fréquence, géré par des algorithmes préprogrammés qui surréagissent au moindre signal négatif. Pour y...

Coronavirus : la BCE injecte 750 milliards d’euros pour soutenir l'économie

La Banque Centrale Européenne (BCE) déploie un programme massif d’injection d’argent frais dans l’économie européenne. Un programme d’achat d’actifs d’urgence pandémie de 750 milliards d’euros est lancé jusqu’à la fin de l’année au moins, pour tenter d’aider les entreprises à traverser le choc de...

Gisement petrole CCO

Reclaim Finance, une nouvelle ONG pour tracer les investissements fossiles des banques

Une nouvelle ONG entend remettre la finance au service du climat. Reclaim Finance, fondée par deux professionnels des organisation non gouvernementale et affiliée aux Amis de la Terre France, a vu le jour mi-mars. Elle prévoit de mettre la pression sur les acteurs financiers pour qu’ils sortent des...