Publié le 20 février 2019

FINANCE DURABLE

Appels tous azimuts pour mobiliser massivement les capitaux au service du climat

Des élus, des économistes, des scientifiques, des universitaires… Tous proposent des plans différents, mais tous n’ont qu’un seul et même but : faire en sorte que plus un seul euro ou un seul dollar ne finance le réchauffement climatique, en particulier à travers le développement des énergies fossiles. Ces appels  doivent faire passer les décideurs mondiaux de l’incantation à l’action.

Alexandria Ocasio Cortez Green New Deal SaulLoeb AFP
Aux États-Unis, la jeune élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez propose la neutralité carbone dès 2050.
@SaulLoeb/AFP

Les dirigeants ne peuvent pas rester sourds aux appels qui se multiplient pour mettre la finance au service de la transition énergétique et écologique. Ces alertes viennent d’économistes, d’élus, de scientifiques et de simples citoyens désireux de voir émerger un grand plan Marshall mondial qui doit sauver le climat, et par corollaire nos économies et nos sociétés.

Une banque européenne du climat

Au niveau européen, c’est le pacte finance-climat qui propose d’organiser la mobilisation des capitaux. À l’occasion d’une grande soirée organisée le 19 février à Paris, 600 personnalités issues de 12 pays soutiennent ce projet porté par le climatologue Jean Jouzel et l'économiste Pierre Larrouturou. Ils proposent un traité visant à créer une "banque européenne du climat et de la biodiversité" (BECB), qui serait filiale de la Banque européenne d’investissement (BEI), et la constitution d’un fonds spécifique.

Ensemble, ces outils disposeraient d’une capacité de financement de 300 milliards d’euros par an. Rien de trop pour financer les objectifs européens estimés à 1 115 milliards d’euros… chaque année. Dans une vidéo (ci-dessous), les porteurs du projet rappellent qu’en 2008, les gouvernants ont su trouver 2 000 milliards d’euros pour sauver la finance et se demandent comment nous pouvons consacrer si peu d’argent au climat.

Pas de financements climaticides en France

Au niveau Français, le "projet de loi en faveur de la transparence dans l’utilisation de l’épargne populaire en matière énergétique" vise à réorienter l’argent des Français vers des projets verts. Il est présenté ce 20 février en Commission des finances de l'Assemblée nationale. Ce texte, rédigé par des députés France insoumise, socialistes et des dissidents de la République en marche, cherche à obliger les banques à expliquer ce qu’elles font des ressources collectées au titre du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire. D’où la demande de formaliser un reporting public sur leurs activités.

Dans l’exposé des motifs de la loi, on peut lire : "Nous considérons au même titre que de nombreux citoyens, qu’aucun euro épargné par les Français ne devrait contribuer à financer des projets climaticides". Ce texte a reçu le soutien de 25 économistes académiques dans une tribune publiée sur France Info.

"Pour réussir à réduire drastiquement l’intensité carbone de nos systèmes économiques, la question du financement est essentielle et impose de cesser de financer les combustibles fossiles", écrivent-ils. Or ils déplorent que "depuis la COP21, sur 10 euros de financement accordés par les banques aux énergies, 7 euros vont aux énergies fossiles".

Une Amérique "Carbon free"

Aux États-Unis, c’est le plan Green New Deal qui fait écho aux appels européens. Il est porté par une des étoiles montantes du parti démocrate et élue de New-York, Alexandria Ocasio-Cortez. Comme pour le pacte finance-climat, son projet a reçu le soutien de nombreuses personnalités comme la journaliste et activiste Naomi Klein, l’ancien secrétaire des Nations Unies Ban Ki-moon, l’économiste Paul Krugman ou le démocrate Bernie Sanders.

Ce plan vise à trancher radicalement avec l’Amérique climato-sceptique de Donald Trump. Il propose 100 % d’énergies propres dans dix ans, la neutralité carbone en 2050 (comme en France) et surtout la réorientation massive des capitaux publics vers des outils de production d’énergie et de transport non émetteurs de CO2.

Le point commun entre toutes ces initiatives, pour lesquelles la bataille ne fait que commencer, est qu’elles appellent à des changements radicaux de nos économies. En ce sens, elles alimenteront les débats qui auront lieu à l’occasion des grandes élections à venir, d’abord les Européennes en mai 2019, puis l’élection présidentielle aux États-Unis fin 2020.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Eoliennes pixabay

En un an, les investissements dans les entreprises d'énergies renouvelables ont été multipliés par six en France

Le secteur des énergies renouvelables a suscité l’engouement des investisseurs en 2018. Les montants collectés en private equity ont explosé les compteurs, avec 646 millions d’euros investis en capital. Même chose pour les plates-formes de crowdfunding qui voient décoller le financement des projets...

OuraganMichael Floride Brandon Perdue 2

Catastrophes naturelles : les assureurs cherchent de nouveaux moyens de financement

Le monde de l’assurance doit faire face à des coûts liés aux catastrophes naturelles de plus en plus élevés. Les Cat’ Bonds, ces obligations catastrophe émises sur les marchés financiers, suscitent justement un fort regain d’intérêt de la part des assureurs. Le marché a explosé les compteurs en...

Baril petrole bourse risque prim91

Le jour où le fonds norvégien ébranla la forteresse financière qu’est encore le pétrole

L’histoire se souviendra peut-être du 8 mars 2019 comme celui où l’un des plus gros actionnaires du monde, le fonds norvégien, a annoncé qu’il cessait d’investir dans les "compagnies d'exploration et de production" pétrolières pour des raisons financières !

Norvege petrole 2

En excluant le pétrole, le fonds norvégien entérine le principe du risque climatique pesant sur les marchés financiers

Quelque 134 entreprises du secteur de l’exploration et de la production de pétrole et gaz seront persona non grata dans le fonds souverain norvégien. Le ministère des Finances, sa tutelle, vient de prendre la décision d’une exclusion progressive de ce secteur du portefeuille du fonds. Et ajoute une...