Publié le 19 septembre 2017

FINANCE DURABLE

100 investisseurs mondiaux appellent les banques à mieux prendre en compte le risque climatique

Un groupe d'environ 100 investisseurs institutionnels ont appelé la semaine dernière 62 grandes banques internationales à s'engager plus fortement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Selon une étude, les actionnaires des énergéticiens américains sont exposés à un risque estimé à 104 milliards de dollars.

Réchauffement climatique investisseurs istock

istock

Dans une lettre (1) envoyée jeudi dernier aux dirigeants de 62 banques mondiales – parmi lesquelles on trouve les françaises BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole et Natixis –,  un groupe d’une centaine d’investisseurs institutionnels leur demande plus de gages sur la prise en compte du risque climatique. Ils encouragent ces établissements à "fournir une communication plus robuste" sur l'intégration des enjeux climatiques dans leur activité et à être plus transparents "sur les risques et opportunités liés au climat et sur la façon dont ceux-ci sont pris en compte par le management et le conseil d’administration".

"Le changement climatique et la transition bas carbone génèrent pour les banques des risques et des opportunités qui sont réels, variés et matériels pour les investisseurs. Seule une meilleure transparence sur les risques liés au climat permettra aux investisseurs de juger et comparer la performance des banques. Nous espérons que les banques entendront cet appel solennel des investisseurs”, souligne Isabelle Cabie, en charge de l’investissement responsable chez Candriam.

Des risques financiers liés à la transition énergétique

Les investisseurs citent une étude universitaire de 2015 dans laquelle le risque de perte est évalué entre 5 % et 20 % de la valeur de leur portefeuille si rien de plus n’est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Une étude plus récente de Carbon Tracker évoquait quant elle à la disparition de 2 300 milliards de dollars de valeurs boursières d’entreprises carbo-intensives, en particulier dans le secteur pétrolier.

La semaine dernière, le think tank a également publié un rapport spécifique sur le secteur du charbon aux États Unis. Il montre que les actionnaires des énergéticiens américains sont exposés à un risque estimé à 104 milliards de dollars en raison de la fermeture anticipée d'usines à charbon, pour s'aligner avec le scénario 2°C. En effet, 78 % des centrales à charbon américaines ne seront plus compétitives d’ici 2025 par rapport notamment aux nouvelles centrales gaz à cycle combiné, prédisent les experts.

"Le gaz bon marché et les énergies renouvelables vont continuer à saper l'économie du charbon. Le président Trump s'est engagé à relancer cette industrie, mais la réalité est que l'élimination progressive du charbon conformément à l'Accord de Paris permettra d'économiser des milliards de dollars et de rendre l'économie américaine plus compétitive", explique Matthew Gray, co-auteur du rapport.

Climate week à New York

Comme les ONG avant eux, les investisseurs rappellent le "rôle essentiel" des banques dans l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris. Selon les signataires, la stabilisation du réchauffement à 2°C nécessitera d’investir pas moins de 93 000 milliards de dollars d’ici 2030, soit l’équivalent de 80 % du PIB mondial actuel.

La centaine d'investisseurs signataires pèse environ 1 800 milliards de dollars d'actifs sous gestion. Parmi eux se trouvent le français Ecofi, le britannique Aviva Investors, ou encore le néerlandais Aegon Asset management.

Cette initiative s’appuie par ailleurs sur les recommandations faites en décembre dernier par la TCFD (Task Force on Climate Disclosure), le groupe de travail mis en place par le Conseil de stabilité financière du G20. Elle intervient également en amont de la Climate Week, qui s’est ouverte ce lundi à New York et qui rassemble acteurs économiques, politiques et associatifs autour de la lutte contre le réchauffement de la planète.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) La lettre envoyée aux banques 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

60 % des investisseurs mondiaux prennent en compte l’impact du changement climatique

Les principaux investisseurs mondiaux prennent de plus en plus en compte les risques financiers liés au climat, mais cette progression se fait de façon inégale. L’Europe fait figure de bonne élève tandis que la plupart des investisseurs américains et chinois continuent d’ignorer les...

Anticiper le risque climatique, un pari gagnant pour les investisseurs

Dans l’optique de la COP 21, le cabinet de conseil Mercer s’est penché sur les liens entre changement climatique et investissements. Ses conclusions sont claires : le rendement des investisseurs qui auront anticipé le changement climatique ne sera pas affecté, au moins jusqu’en 2050. Pour...

Christian Thimann : "Développer des standards de transparence sur le risque climatique"

La task Force sur le climat est à pied d'oeuvre. Sous l'égide de Michael Bloomberg, ce groupe de spécialistes s'est fixé un objectif : définir le cadre dans lequel les investisseurs prennent en compte le risque climat. Christian Thimann est vice-président de cette task force. Pour celui...

Risque climat : la moitié des plus gros investisseurs ignore le changement climatique

Selon un nouveau classement publié ce lundi par l’ONG Asset Owners Disclosure Project (AODP), 246 des 500 plus gros investisseurs mondiaux ne prennent pas en compte le changement climatique et leur exposition à ce risque. De quoi mettre en danger l’épargne de millions de personnes. La...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

NGFS Carney villeroydeGalhau Elderson banque de France

Verdir le système financier : une nouvelle mission pour les banques centrales

La lutte contre le changement climatique peut faire des miracles. Elle est non seulement capable de transformer des banquiers centraux en apôtres de l’environnement mais ramène aussi la régulation prudentielle à des considérations concrètes sur les risques financiers liés au climat. C’est ce qu’a...

Rupture barrage Brumadinho Vale Bresil 25 janvier 2019 Douglas Magno AFP

Après la rupture du barrage minier au Brésil, les investisseurs posent un ultimatum aux compagnies minières

Après la rupture du barrage de Vale qui a causé la mort de centaines de personnes en janvier, les investisseurs internationaux demandent des comptes à l’industrie minière. Une centaine d’entre eux ont envoyé une lettre à 683 compagnies minières leur demandant des informations précises sur leurs...

Finance verte iStock jwohlfeil

Dans un contexte morose, les fonds durables attirent de plus en plus d’investisseurs

La finance durable continue de progresser à un rythme plus rapide que le reste du marché. L’indicateur Novethic dénombre 488 fonds responsables, dont 147 fonds thématiques. Ces derniers, qui revendiquent un impact sur la société, font le plus recette : leur encours progresse de 18 % en 2018. Mais...

Ecolabel europeen Pogonici

L’investissement responsable teste la diffusion de masse : attention au crash test !

L’investissement responsable se développe à grande vitesse et commence à infuser dans le reste de la finance. Le pari est pourtant loin d’être gagné. La disparité des appellations en rend la lecture particulièrement complexe tant pour les épargnants que pour les commerciaux chargés de leur vendre...