Publié le 12 février 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Veolia devance la Loi pacte en présentant sa raison d’être à ses actionnaires dès avril

Alors que les sénateurs veulent supprimer la possibilité, pour les entreprises volontaires, d’inscrire leur raison d’être dans leurs statuts, Veolia annonce qu’elle présentera la sienne à ses actionnaires en avril, lors de son assemblée générale. Une démarche qui s’intègre dans un objectif global, visant à concilier les performances économiques, financières, environnementales et sociétales.

Veolia press day
Le PDG de Veolia a annoncé que la raison d'être de l'entreprise serait présentée aux actionnaire lors de l'Assemblée générale d'avril 2019
@Veolia - capture d'écran

"Une entreprise n’est prospère que si elle est utile. Et une entreprise utile, c’est une entreprise qui, face à la démesure des défis de l’humanité, en particulier celui du climat, ne baisse pas les bras et pense qu’il est encore possible de les relever". C’est ce que déclarait Antoine Frérot, le PDG de Veolia, lors sa journée presse, organisée le 7 février dernier.

Une ambition que le PDG entend incarner en adoptant une raison d’être qui sera "débattue et validée par le conseil d’administration" puis "présentée aux actionnaires lors de l’assemblée générale", en avril prochain. Une initiative qu’il avait déjà annoncée lors d’un entretien à Novethic en novembre dernier. Pour autant, contrairement à ce que propose la loi Pacte, Veolia n'a pas prévu à ce stade de soumettre la raison d'être au vote de ses actionnaires. Ni de l'inscrire dans ses statuts.

Quel est donc l'objet de cette démarche ? "En partant de notre mission "Ressourcer le monde", cette raison d’être précisera en quoi et comment notre entreprise est utile à tous ceux qui contribuent directement ou indirectement à sa marche, explique Antoine Frérot. Ce sera notre projet, notre ambition, pour que Veolia soit perçue comme utile voire indispensable par ses clients, prospère et reconnaissante pour ses actionnaires mais aussi engageante et même passionnante pour ses salariés. (…) À travers l’expression de cette raison d’être, je souhaite que Veolia apparaisse comme une entreprise inspirante", a-t-il déclaré lors de la présentation à la presse.

Une boussole et une ligne d’horizon stratégique

Cette raison d’être servira surtout de "boussole et de ligne d’horizon" à la stratégie de l’entreprise. Celle-ci intégrera la lutte contre le changement climatique avec des investissements dans une dizaine de solutions de court, moyen et long termes destinées à apporter une "contribution significative" à la résolution du problème. "Les métiers de Veolia (efficacité énergétique, recyclage et valorisation des déchets, valorisation énergétique des eaux usées...) pourraient contribuer à réduire de près d’un tiers les émissions de CO2e (équivalent CO2, ndlr) en 2050 si les solutions étaient déployées sur l'ensemble de la planète", assure le groupe qui s’appuie sur une étude commandée au cabinet Roland Berger.

Ces solutions ont une maturité technologique, restent abordables et ont un fort impact en termes d'emplois et d'environnement. Mais elles ne sont pas forcément mûres commercialement ou portées par un contexte réglementaire adapté, a cependant regretté Antoine Frérot, appelant les politiques à déployer des "dispositifs incitatifs" pour assurer un passage à l’échelle.

Des politiques qui ne sont pas toujours à l’écoute si l’on se tourne vers le Sénat. Celui-ci doit voter aujourd’hui la loi Pacte, sur la croissance et la transformation des entreprises, en première lecture. Mais, plusieurs sénateurs, en majorité du groupe Les Républicains, ont voté un amendement destiné à supprimer l’article phare du volet RSE (responsabilité sociétale des entreprises) du texte. Celui-ci permettait aux entreprises volontaires d’inscrire la raison d’être dans leurs statuts mais aussi de les contraindre à prendre en compte l’impact environnemental et social de leurs activités.

Performance globale

Une vision à rebours de la notion de performance globale portée par Antoine Frérot pour qui "la raison d’être servira de fondement à la définition des performances de Veolia, des performances qui s’adresseront à la plupart de ses parties prenantes, économiques et financières, mais aussi environnementales, sociales et sociétales. Chaque objectif relevant d’un même degré de priorité".

À ce stade, la façon de mesurer ces performances extra-financières n’a pas été expliquée par le PDG. Mais, selon lui, le groupe devrait annoncer des performances économiques et financières "conformes voire supérieures" à celles annoncé lors du lancement du plan stratégique 2016-2019 soit une croissance de 2 à 3 % par an à taux de change constant, une croissance de l’EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de 4 à 5% par an ainsi qu'une dette financière stable.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Loi Pacte : les sénateurs rejettent les avancées RSE sur la raison d’être et l'objet social des entreprises

[Actualisation le 12 février] La loi Pacte sur la croissance et la transformation des entreprises a été vidée de sa substance sur la partie RSE par les sénateurs. L’article phare de ce volet a ainsi été supprimé. Il concernait la modification du code civil pour y intégrer l’obligation de...

"L’entreprise n’est prospère que si elle est utile", selon Antoine Frérot, PDG de Veolia

Antoine Frérot est le PDG de Veolia. Face aux enjeux de la pollution, de la mondialisation, de la hausse des inégalités, il assure que les entreprises doivent jouer leur rôle sous peine de mettre en péril leur propre activité. Dans le même temps, il craint que la défiance du public...

Loi Pacte : bienvenue à l'AG du futur, l’assemblée générale des entreprises à mission

C’est une assemblée générale un peu particulière qui s’est tenue lundi 4 février au théâtre du Gymnase, à Paris. Mirliton y est devenue la première entreprise cotée française à se transformer en entreprise à mission, grâce au vote positif de 84% de ses 673 actionnaires. Un exercice...

Loi Pacte : la raison d’être, le nouveau mantra des grands patrons

La loi Pacte est examinée en première lecture par les sénateurs à partir d'aujourd'hui, mardi 29 janvier, en plénière. Parmi les mesures phares concernant le volet transformation des entreprises, la possibilité d’inscrire une raison d’être dans les statuts. Une disposition qui, avant même...

Le Medef se dote d’une raison d’être et appelle à une "croissance responsable"

Quelques mois après avoir changé de tête avec Geoffroy Roux de Bezieux, l’organisation patronale acte un changement de cap, notamment en matière de responsabilité sociétale. Le Medef se dote ainsi d’une raison d’être. Et ce, avant même que la loi Pacte, qui arrive en première lecture au...

Raison d’être, monde divisé et ancrage territorial : la lettre annuelle de BlackRock résonne dans le contexte français

Chaque année, début janvier, le patron du plus grand gestionnaire d’actifs au monde envoie une lettre aux dirigeants des entreprises dans lesquelles il investit pour ses clients, dont une bonne partie du CAC40. La livraison 2019 résonne particulièrement en France en pleine crise des gilets...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Impak capture ecran

Avec son application et sa monnaie virtuelle, la fintech Impak veut booster l’économie à impact positif

Créer un écosystème vertueux, permettant de développer l’économie à impact positif, c’est l’objectif de la fintech canadienne Impak finance. Elle revendique déjà 10 000 utilisateurs et des milliers d’entreprises identifiées comme pouvant contribuer positivement à la société et l’environnement. Après...

10 pour tout changer

10% Lab, la nouvelle initiative gouvernementale pour engager les entreprises dans la transition

Après le French Impact, le Pact for Impact, voici le 10 % Lab. Une nouvelle initiative gouvernementale destinée à rassembler les entreprises autour de la transition écologique et sociale. L’objectif : montrer que le gouvernement agit sur le sujet alors que l’écologie a été un thème porteur lors des...

Emmanuel Macron Industrie EricFeferberg AFP

Faber, Pinault, Lévy, Frérot, Senard : Les hommes du Président pour une industrie plus durable

L’ancien ministre de l’Économie, devenu Président de la République, a ses alliés au sein du tissu industriel. À la tête de grandes multinationales, ces personnalités, toutes des hommes, sont alignées sur la position du chef de l’État pour moderniser l’industrie et parfois la rendre plus durable....

Eoliennes pixabay

Pour les entreprises, la neutralité carbone peut se conjuguer avec la croissance économique

Atteindre la neutralité carbone en 2050, tout en préservant la croissance économique, c’est possible selon Entreprises pour l’Environnement. L’association a rédigé un rapport sous forme de feuille de route pour transformer l’économie et les modes de vie. Tous les secteurs de l’économie devront y...