Publié le 20 septembre 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Jeff Bezos veut aligner Amazon avec l’Accord de Paris et devenir un exemple à suivre

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon et homme le plus riche du monde, a mis tout le poids du géant de la distribution en ligne dans une campagne qui doit servir à aider à remplir  les engagements climatiques de l'accord de Paris avec dix ans d'avance. Selon lui, si un mastodonte comme Amazon peut y arriver, alors toutes les entreprises au monde peuvent le faire.

Jeff Bezos est le fondateur et PDG d'Amazon.
@Amazon

"Mon engagement est de remplir les objectifs de l'Accord de Paris avec dix ans d'avance et Amazon est le premier sur la liste", a expliqué Jeff Bezos au cours d'une conférence de presse à Washington, en présentant cette nouvelle initiative appelée "The Climate Pledge" (L'engagement climat), qui a vocation à être signée par d'autres entreprises.

Pour prouver son sérieux, le grand patron a promis qu'Amazon atteindra la neutralité carbone en 2040. "Nous voulons nous servir de notre influence et de notre taille pour montrer la voie", a-t-il martelé. Amazon, qui a bâti son succès sur un énorme réseau logistique de transport routier pour assurer des livraisons de plus en plus rapides, est un gros producteur de gaz à effet de serre.

Les fermes de serveurs d'Amazon, qui a fait de l'informatique dématérialisée une autre source très importante de profits, sont elles aussi extrêmement gourmandes en énergie. Selon le site internet du groupe dédié au développement durable, Amazon produit 44,4 millions de tonnes d'équivalent CO2 par an. C'est un peu plus de 10 % des émissions annuelles totales de la France, selon la plateforme en ligne Climate Watch.

Si Amazon peut le faire...

"Si une entreprise avec autant d'infrastructures physiques que la nôtre - qui livre plus de 10 milliards de colis par an - peut remplir les objectifs de l'Accord de Paris dix ans plus tôt, alors toutes les entreprises peuvent le faire", a affirmé Jeff Bezos, soulignant que d'autres patrons lui avaient déjà fait part de leur intérêt à se joindre à cette initiative. Reste à savoir comment celle-ci s'articulera avec les nombreuses autres initiatives d'entreprises déjà existantes outre-Atlantique comme les Science Based Targets, le RE100, We Are Still In ou encore l'America's pledge on climate change...

De son côté, The Climate Pledge exigera de ses signataires une approche scientifique de leurs émissions de gaz à effet de serre, avec des mesures et des déclarations régulières. Les entreprises adhérentes devront aussi mettre en place des stratégies de "décarbonisation" et arriver à neutraliser les émissions résiduelles "avec des compensations supplémentaires, quantifiables, réelles, permanentes et socialement bénéfiques pour atteindre des émissions de carbone annuelles neutres d'ici 2040", précise un communiqué d'Amazon.

À titre d’exemple, Jeff Bezos a indiqué que son entreprise allait commander 100 000 camionnettes électriques à la startup américaine Rivian, dont les premières seront opérationnelles dès 2021. Selon le directeur opérationnel du groupe, Dave Clark, il s'agit de la plus importante commande de véhicules de livraison électriques jamais faite. La totalité de la flotte sera déployée en 2030.

80 % d'ENR en 2024

Amazon s'est aussi engagé à atteindre 80 % d'énergie renouvelable d'ici 2024 et 100 % d'énergie renouvelable d'ici 2030 pour arriver à la neutralité carbone d'ici 2040. Cet objectif de neutralité carbone est le grand mot d'ordre de l'ONU, de la communauté scientifique et de plus en plus d'États et d'entreprises, à l'horizon 2050. Enfin, Amazon a aussi annoncé un investissement de 100 millions de dollars dans la "restauration et la protection des forêts, des zones humides et des tourbières en partenariat avec The Nature Conservancy", une ONG américaine.

Ces engagements interviennent alors que plus d'un millier d'employés de l'entreprise ont annoncé qu'ils allaient arrêter le travail vendredi 20 septembre dans le cadre d'un appel international à manifester pour la lutte contre le changement climatique. Ils ont salué avec enthousiasme le plan de leur patron, mais souligné que "l'accord de Paris en soi-même ne nous laissera pas un monde vivable".

La prise de position de l’une des plus grandes entreprises de la planète trouvera aussi un écho lors du sommet des Nations unies pour le climat qui se déroulera le 23 septembre à New York. De nombreux engagements sont attendus à cette occasion pour renforcer la lutte contre le changement climatique de la part des États, des banques, des assureurs et des entreprises.

La rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Cannes Lion 2022 ban fossil fuel ads

Poussé par des agitateurs internes, le secteur de la publicité doit se réinventer

Encore une cérémonie bousculée ! Un ancien lauréat du Cannes Lion, grande fête de la publicité, a rendu son trophée pour dénoncer le soutien du festival aux "compagnies fossiles". Sous haute pression concurrentielle, parfois qualifié de verrouillé, le secteur de la publicité doit pourtant réinventer...

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de...

Societes a mission CCO

La création du statut d’entreprise à impact, une "bascule" vers un nouveau modèle de capitalisme

Les patrons engagés signataires du "Manifeste pour l'économie de demain", dont la Maif, le groupe Le Bon Coin ou encore La Ruche qui dit oui, militent pour la création d'un statut à impact, à la fois plus contraignant mais aussi doté de contreparties comme des allégements de charges, des accès...

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...