Publié le 27 août 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "il faut que l’on accepte le débat sur l’objet social de l’entreprise"

L’université d’été du Medef s’ouvre aujourd’hui pour deux jours à Jouy-en-Josas en région parisienne. Le thème, "20 ans" fait autant bien référence à l’anniversaire de l’organisation patronale qu’à sa projection dans le futur. Parmi les sujets abordés, le rôle de l’entreprise dans la société. Un débat de fond que le Medef doit "accepter", selon son nouveau président Geoffroy Roux de Bézieux. D'autant plus qu'il intervenait quelques heures après la démission de Nicolas Hulot du gouvernement. 

Geoffroy Roux de Bezieux medef b BH
Goeffroy Roux de Bézieux, le nouveau patron du Medef, lors de sa première conférence de presse le 27 août 2018
BH

Le Medef veut redevenir "force de proposition" et compte bien sur son université d’été qui s’ouvre aujourd’hui sur l’habituel campus de HEC à Jouy-en-Josas pour donner le ton. Son thème : "20 ans". Vingt ans d’existence de l’organisation patronale mais aussi de projection dans le futur assure son nouveau président, Geoffroy Roux de Bézieux.

Parmi les défis qui attendent les entreprises dans les prochaines années, difficile de faire l’impasse sur leur rôle en matière d'environnement, quelques heures seulement après la démission du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. "Nous sommes confrontés, on le voit aujourd'hui, à une urgence environnementale et climatique", a ainsi déclaré le successeur de Pierre Gattaz dans son discours d'ouverture. Pour relever ce défi et d'autres d'ordre technologique ou sociétal, le nouveau patron des patrons juge que "l'initiative est maintenant du côté de la sphère privée".

Cette place que les entreprises ont et auront dans la société est au coeur des débats depuis le début de l'année. La question est évidemment portée la loi Pacte, qui sera débattue à partir de la fin septembre au Parlement et qui est abordée lors de l’université d’été du Medef. Une plénière en forme de titre d’essai philosophique - "Critique de la raison d’être" - doit ainsi réunir Nicole Notat, co-auteur du rapport sur "L’entreprise, objet d’intérêt collectif" et plusieurs entreprises parmi lesquelles Vinci, Sodexo ou Stacian. Mais dans cette question a aussi eu sa place dans le discours du patron des patrons. 

Changer le monde implique aussi des responsabilités

"Le débat sur l’objet social de l’entreprise est un débat qu’il faut que l’on accepte", assure ainsi Geoffroy Roux de Bézieux lors de sa première conférence de presse en tant que président du Medef. "Ce débat pose deux questions. D’abord une question de fond, extrêmement intéressante et que nous n’occultons pas. La plupart des entrepreneurs savent aujourd’hui qu’il faut aller plus loin que l’horizon du profit trimestriel".

"Ce sont les entrepreneurs qui vont relever la plupart des défis présents et à venir : transition énergétique, biodiversité, urbanisation (…) Mais si les entrepreneurs ont la liberté de conquérir la planète Mars, la liberté de séquencer notre ADN ou la liberté de créer une crypto-monnaie mondiale, alors ils doivent accepter les responsabilités qui vont avec", a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux lors de son discours d’ouverture à l’université d’été.

La modification du code civil pas adaptée

Pour autant, la réponse du gouvernement à cette transformation du rôle de l’entreprise semble "trop juridique" au nouveau patron du Medef. "La modification du code civil n’est pas adaptée", ni pour les petites entreprises, ni pour les multinationales. Celle-ci, rappelons-le, doit permettre d’intégrer la prise en considération des aspects sociaux et environnementaux dans la gestion des entreprises.

Mais, le patron des patrons assure voir plus loin : "le débat juridique est un peu derrière nous car le gouvernement a tranché. Désormais, notre objectif est surtout de délivrer un message positif sur la capacité des entrepreneurs à changer la société". Un rôle que le nouveau président du Medef sait attendu par "les consommateurs et les salariés". 

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Senat

Les sénateurs qui veulent détricoter la Loi Pacte sont déconnectés de la réalité, selon des dirigeants d'entreprise

[Actualisation le 20 février à 17:30] Après la remise en cause de la partie concernant la transformation des entreprises de la loi Pacte par les sénateurs, une commission mixte paritaire réunissant des représentants des deux chambres législatives s'est réunit ce 20 février mais a échoué à trouver un...

Total raffinerie belgique antwerp labelle michelle Total

Devoir de vigilance : le cas de Total, attaqué sur le changement climatique, fera-t-il jurisprudence ?

En octobre 2018, un collectif d’associations et d’élus interpellait Total sur l’absence de mention du changement climatique dans son plan de vigilance. Pour le pétrolier cependant, ce risque ne fait pas partie de ses obligations. Sous la pression, il accepte pourtant de l’intégrer dans son prochain...

Recrutement job istock cemile bingol

Finance durable et Entreprises responsables : les cinq métiers les plus demandés en 2019

En 2019, les compétences en RSE (responsabilité sociétale des entreprises) et en finance durable ont le vent en poupe. Pour Birdeo, le cabinet de recrutement référence dans ces secteurs, cinq métiers sont particulièrement recherchés par les recruteurs.

Le Sénat a rejeté le 18 novembre la loi sur le devoir de vigilance. GODONG BSIP AFP

Loi Pacte : les sénateurs rejettent les avancées RSE sur la raison d’être et l'objet social des entreprises

[Actualisation le 12 février] La loi Pacte sur la croissance et la transformation des entreprises a été vidée de sa substance sur la partie RSE par les sénateurs. L’article phare de ce volet a ainsi été supprimé. Il concernait la modification du code civil pour y intégrer l’obligation de prendre en...