Publié le 26 juin 2015

ENTREPRISES RESPONSABLES

Face à la sécheresse, l'industrie californienne du jeans tente de se réinventer

La Californie produit à elle seule 75% des jeans de qualité "premium" vendus dans le monde. Mais cet État américain est le théâtre d'une sécheresse endémique et le délavage du "denim" consomme énormément d'eau. Quelques fabricants, encouragés par des marques et des créateurs engagés, tentent de trouver des solutions de production plus responsables.

Délavage industriel de jeans au Bengladesh. La menace de la délocalisation pèse sur le secteur du denim en Californie.
Fahad Faisal / Creative commons

Il y a quelques jours, Oscar Quintero a reçu une lettre de son fournisseur d'eau : "Si nous ne réduisons pas significativement notre consommation, nous risquons une amende", raconte ce responsable de Blue Creation, une entreprise sous-traitante qui délave et teint des jeans depuis vingt ans dans la banlieue de Los Angeles.

L'avertissement est valable pour l'ensemble de l'industrie du "denim" en Californie. Alors que cet État est victime de la sécheresse pour la quatrième année consécutive, les autorités locales ont décidé d'imposer pour la première fois des restrictions d'eau. Créateurs et fabricants tentent donc d'inventer un mode de production plus respectueux de l'environnement.

 

Le jeans, gourmand en eau et en produits chimiques

 

La Californie produit à elle seule 75% des jeans de qualité "premium", ceux vendus au-delà de 100 dollars la paire dans le monde. C'est ce que met en lumière une étude du site d'analyse financière Market Watch. Or, le seul délavage d'un pantalon, pour qu'il prenne un aspect "vintage" et qu'il soit confortable à porter, est terriblement gourmand en eau : de 42 à 150 litres par paire en fonction de la machine utilisée. Sans compter le permanganate, un composé chimique aux propriétés oxydantes.

Blue Creation n'a pas attendu la nouvelle réglementation pour agir. Il y a cinq ans, l'entreprise a investi dans des machines à délaver à l'ozone. Ce gaz, issu de l'oxygène que nous respirons, a aussi le pouvoir de donner un aspect vieilli à la toile. "À l'œil nu, le résultat est le même. Mais nous économisons 50% d'eau. Le seul point négatif, c'est le coût : les machines valent environ 60 000 dollars", résume Oscar Quintero.

 

Des fabricants et des designers s'engagent

 

Et la situation ne devrait pas s’améliorer. Avec le changement climatique, c'est toute une filière de l'économie américaine qui doit se réinventer. Dès en amont, dans la filière coton, dont la production dans certaines régions du monde - et notamment dans le sud-ouest des États-Unis - va devenir très aléatoire, prévient un rapport de l'ITC (Centre du commerce international). Et jusque chez les créateurs, dont certains s'engagent désormais à développer des vêtements plus respectueux de l'environnement.

C'est le cas de Tara St James. Cette designer américaine s'est détournée du coton, devenu trop compliqué à faire pousser aux États-Unis quand l'eau se raréfie, pour proposer des vêtements en lin, en chanvre, en soie ou encore en polyester recyclé. Sa démarche reste cependant isolée : "Il y a quelques pionniers, mais il y a encore très peu de réflexions autour de l'industrie de la mode et du changement climatique", reconnaît-elle.

 

Sous la menace du dumping 

 

Car le "Business as usual" reste le maître-mot pour beaucoup dans la profession. À l'image de Ilse Metchek, la présidente de la California Fashion association, un regroupement de 400 entreprises de l'industrie de la mode. Affichant ouvertement ses opinions climato-sceptiques, cette professionnelle n'hésite pas à affirmer que le changement climatique n'est qu'une menace inventée de toutes pièces en Californie et qu'il "n'existe pas au Mexique ou en Colombie [sic]", deux nouvelles destinations pour les fabricants qui veulent délocaliser leur production. Et elle met en garde : "80% des vêtements dessinés en Californie sont déjà produits à l'étranger. Cette industrie, comme n'importe quelle autre industrie, trouvera toujours un moyen de faire fabriquer ses produits".

La menace de dumping environnemental n'est pas voilée. Elle inquiète d'ailleurs au plus haut point Oscar Quintero : "Ce sont des milliers de postes qui sont en jeu. Nous devons adapter notre mode de production, pas seulement parce que des amendes nous menacent mais parce qu'il faut sauver l'eau de Californie et les emplois qui vont avec", prévient-il.

Dans les prochaines semaines, Blue Creation pourrait choisir de réduire son carnet de commandes pour éviter une amende. En attendant de trouver des machines capables de délaver en utilisant encore moins d'eau.

Fannie Rascle
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Sécheresse en Californie : le mirage de l’eau venue du désert

Comment sauver  la Californie de la sécheresse historique qui la touche ? Grâce à l’eau issue de la fonte des neiges. C’est l’idée d’une entreprise qui veut installer un pipeline entre les montagnes du désert Mojave et Los Angeles, située à 300 km. Les scientifiques dénoncent les risques...

Le G7 veut renforcer la vigilance sur les chaînes d’approvisionnement

Le G7 qui vient de s'achever s’est intéressé au climat. Mais pas seulement. Les pays réunis à Elmau, en Allemagne, se sont aussi penchés sur la responsabilité des chaînes d’approvisionnement, en appuyant notamment les principes directeurs de l’OCDE et de l’ONU à l’intention des entreprises...

Drame du Rana Plaza : deux ans plus tard, où en est-on ?

Il y a deux ans jour pour jour, près de Dacca, au Bangladesh, l’immeuble du Rana Plaza s’effondrait, causant la mort de 1 138 personnes qui y travaillaient, et en blessant près de 2 000 autres. Cet immeuble, qui n’était pas aux normes de sécurité, abritait plusieurs usines textiles...

L’industrie de la mode face aux questions d’éthique

Deux ans après le drame du Rana Plaza, l’industrie textile n’a toujours pas réglé son problème de sous-traitance. Sciences Po et l’Atelier de couture, une petite marque de mode éthique, viennent de publier une étude sur "l’industrie de la mode face aux questions éthiques". Pendant une...

Bangladesh : 1 600 ouvriers en grève pour réclamer le paiement de leurs salaires

Nouveau scandale dans l’industrie textile bangladaise. Pour protester contre le non-paiement de leur salaire depuis trois mois, près de 1 600 ouvriers de Tuba Group ont suivi une grève d'une dizaine de jours. Début août, le mouvement a été durement réprimé par la police. Ce manufacturier,...

La Californie, un État pionnier sur le chemin de la COP 21

Le "Golden state" a décidé de ne pas attendre une décision de Barack Obama ou du Congrès à Washington. À six mois de la conférence onusienne sur le climat (COP 21) organisée à Paris, la Californie s'est engagée d'elle-même, aux côtés de 12 autres pouvoirs régionaux en Europe et sur le...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Pour leur première déclaration de performance extra-financière, les entreprises associent mieux stratégie et gestion des risques

Les premières déclarations de performance extra-financière des entreprises françaises, issues de la réforme européenne du reporting, ont été publiées cette année. Plusieurs cabinets de conseil ont décortiqué la façon dont les entreprises se sont livrées à l’exercice. Si les rapports permettent...

FDJ Capture ecran

[À l’origine] De la tombola pour les Gueules cassées à la Française des Jeux

À la fin de la Première guerre mondiale, les soldats mutilés de la Face se retrouvent démunis. Rejetés par la société, ils ne bénéficient pas de pensions d’invalidité. Pour subvenir à leur besoin, ils ont l’idée d’une tombola. Face au succès, elle donnera lieu à une entreprise d’État : la Française...

Eric Zemmour Concention de la droite SameerAl Doumy AFP

Ferrero, Groupama, Monabanq, la Maif, la Maaf et PSA ne veulent pas associer leur marque à Éric Zemmour

Le retour d’Éric Zemmour sur CNews ne passe pas inaperçu alors que celui-ci a tenu un discours très virulent sur l’immigration lors de la Convention des droites fin septembre. Bien que la chaîne du groupe Canal+ assure qu’il ne s’agit pas d’une tribune ouverte, plusieurs marques mises sous pression...

À partir de 2025, le géant de l’agroalimentaire Unilever veut collecter plus de plastique qu’il n’en vend

La pression devient grande sur l’abus d’emballages en plastique dans l’agroalimentaire. Véritable risque pour les entreprises, deux mastodontes, Coca et PepsiCo, avaient déjà annoncé vouloir diminuer leur empreinte. Cette fois-ci, l’une des plus grandes entreprises agroalimentaires veut...