Publié le 30 novembre 2016

ENTREPRISES RESPONSABLES

Devoir de vigilance : ce qui sera demandé aux entreprises

Dans la version adoptée en 3ème lecture par l’Assemblée nationale, les députés ont précisé ce qu’ils attendaient des entreprises pour qu’elles assurent un devoir de vigilance sur leur chaîne d’approvisionnement. 

Toutes les entreprises françaises de plus de 5000 salariés sur le territoire seront tenues d’élaborer, avec leurs "parties prenantes" des "mesures de vigilance raisonnable".
Aref Karimi / AFP

Un pas avant, un pas en arrière, un pas en avant… La proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre poursuit son chemin législatif chaotique. Mais il est dans sa dernière ligne droite et devrait bientôt aboutir.

La proposition de loi vise à responsabiliser les chaînes d’approvisionnement internationales. Elle est contestée par les organisations patronales, qui craignent ses conséquences sur la compétitivité des entreprises françaises et par la droite qui, à chaque fois, l'a retoquée au Sénat. Mais elle dispose désormais d’un appui clair du gouvernement, par le biais du ministre de l’Économie, Michel Sapin, qui est une nouvelle fois venu soutenir le texte devant les parlementaires. 

 

Retour à l’esprit initial

 

Cet après-midi, en séance publique, les députés sont revenus, en 3ème lecture, à une version proche de la proposition initiale. Ils ont toutefois clarifié la notion de "plan de vigilance", clé de voûte de la loi. 

Toutes les entreprises françaises de plus de 5000 salariés sur le territoire seront tenues d’élaborer, avec leurs "parties prenantes" des "mesures de vigilance raisonnable". Des mesures qu’elles devront mettre en place. Objectif : "identifier les risques et prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, la santé et la sécurité des personnes, ainsi que l’environnement" résultant directement ou indirectement de ses activités ou de celles de ses filiales, ses sous-traitants, fournisseurs avec lesquels elle entretient une relation commerciale établie.

À l’origine, ce plan, public, devait être défini par un décret. Il est finalement cadré par la loi. Il devra comprendre: 

- Une cartographie des risques destinée à leur identification, leur analyse et leur hiérarchisation.

- Des procédures d’évaluation régulière de la situation des filiales, des sous-traitants ou fournisseurs avec lesquels est entretenue une relation commerciale établie au regard de la cartographie des risques.

- Des actions adaptées d’atténuation des risques ou de prévention des atteintes graves aux droits humains ou à l'environnement.

- Un mécanisme d’alerte et de recueil des signalements relatifs à l’existence ou à la réalisation des risques défini avec les organisations syndicales représentatives.

- Un dispositif de suivi des mesures mises en œuvre et d’évaluation de leur efficacité.

 

Une obligation de plans concrets 

 

"Le contenu de ce plan est dans la lignée de ce que préconisent les grands textes internationaux, comme celui des principes directeurs de l’OCDE à l’attention des multinationales. Et certaines entreprises ont déjà mis en place de telles mesures, fait remarquer Marie-Caroline Caillet, directrice conseil Droit et RSE chez Be-Linked, du groupe Greenflex. Mais le challenge réside dans la mise en œuvre. Cela va obliger les entreprises à mettre en place des plans et solutions concrètes pour identifier et prévenir les risques mais aussi y remédier. Cela va aussi amener les entreprises à travailler davantage en relation avec leurs parties prenantes et notamment avec les ONG. Et à faire travailler tous les services de l’entreprise, notamment le service juridique et celui des achats sur cette question. »

 

Amende triplée en cas de dommage

 


Dans le cas où un tel plan de vigilance ne serait pas mis en place par une entreprise visée par la loi, celle-ci pourrait être mise en demeure de le faire, sous un délai de trois mois. En cas de manquement, elle pourrait être condamnée à une amende civile inférieure à 10 millions d’euros, fixée par le juge "en  proportion de la gravité du manquement et en considération des circonstances de celui-ci et de la personnalité de son auteur".

Cependant, en cas de concrétisation du risque, avec des dommages importants, l’amende pourrait être triplée. Une amende qui "consacre pour la première fois en droit français une amende punitive en cas de dommage", selon Sandra Cossart, responsable globalisation et droits humains de Sherpa, l'une des associations qui a travaillé depuis le début sur ce texte avec les députés et le gouvernement. Et même si l’ONG regrette que le régime de la responsabilité de l’entreprise reste limité, elle salue le "premier pas essentiel" que constitue ce texte en la matière. 

La proposition de loi doit encore être examinée par le Sénat mi-décembre, qui l’a détricotée à chaque fois. Mais c’est l’Assemblée qui aura le dernier mot. Ce texte devrait donc être celui retenu en dernière instance. "Nous souhaitons que cette proposition de loi soit adoptée définitivement en janvier 2017", précise le rapporteur de la loi, Dominique Potier.

Béatrice Héraud
© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Marc Jacouton : "le devoir de vigilance, une opportunité pour les PME-ETI françaises"

Concurrence faussée avec des entreprises ne respectant pas les droits humains, délocalisation des emplois, risques environnementaux, sociaux, judiciaires ou de réputation… Les problématiques RSE de la chaîne d’approvisionnement touchent de plein fouet le tissu économique français....

Sous-traitance : le Sénat renonce à sanctionner les multinationales

La proposition de loi sur le devoir de vigilance a été examinée en seconde lecture par les sénateurs. Mais c’est une version fortement modifiée qui a été adoptée par la majorité de droite qui compose le Sénat. Celle-ci se cantonne à une obligation de transparence et supprime toute idée de...

Dominique Potier : "la loi sur le devoir de vigilance doit être votée en l’état"

Le rapporteur de la proposition de loi sur le devoir de vigilance à l’Assemblée nationale, le député socialiste Dominique Potier, est confiant quant à la promulgation du texte avant la fin du quinquennat. Celui-ci impose aux entreprises donneuses d’ordre françaises (de plus de 5 000...

Responsabilité des entreprises : les grandes références internationales

Les textes internationaux se sont multipliés au cours des dernières années pour affirmer que les entreprises doivent respecter les droits humains. La plupart de ces instruments ne sont pas contraignants mais les États et la société civile peuvent s’appuyer dessus pour inciter les...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

ESG RSE istock

Crise de la fonction RSE dans les entreprises sommées de radicaliser leur transformation

La RSE doit-elle être radicale ? Cette question brûlante a été posée aux invités de l’Orse, l’Observatoire de la Responsabilité Sociale des Entreprises, lors d’un débat organisé pour ses vœux. Elle porte deux dimensions : la première est de s’interroger sur la capacité des directeurs RSE à affronter...

Greenwashing

Greenshifting, Greenlabelling... Six mots qui dévoilent les nouvelles stratégies de greenwashing des entreprises

Planet Tracker a décomposé toutes les stratégies des entreprises pour s’afficher plus vertes qu’elles ne le sont réellement. Greencrowding, greenhushing, greenlabelling… l’ONG en a détecté six, de la plus simple à la plus complexe, qui montrent l’inventivité dont font preuve les entreprises pour...

Maif credit mutuel dividende ecologique societal GERARD JULIEN AFP

Avec leur dividende sociétal et écologique le Crédit Mutuel et la Maif veulent ouvrir la voie

C’est une initiative inédite que portent le Crédit Mutuel et la Maif. La banque et l’assureur vont consacrer une partie de leur bénéfice à la lutte contre la crise climatique, sous la forme d’un dividende sociétal, ou écologique. Plusieurs centaines de millions d’euros vont être alloués à des...

Train SNCFpng

La SNCF va prendre en compte le prix du carbone dans ses appels d'offres

100 euros. C'est le prix que va donner la SNCF à la tonne de carbone dans ses prochains appels d'offres. L'entreprise publique va demander à ses fournisseurs de lui fournir un bilan carbone et d'expliquer leur trajectoire d'amélioration de leurs émissions. Elle veut privilégier des investissements...