Publié le 27 avril 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Devoir de vigilance : attention aux clauses RSE dans les contrats !

Les clauses de responsabilité sociétale intègrent de plus en plus les contrats entre donneurs d’ordre et fournisseurs. Pourtant, celles-ci doivent gagner en clarté et en efficacité. C’est ce que recommandent Ecovadis et Affectio Mutandi au vu des résultats de leur étude sur l’intégration des clauses sociales, publiée ce 19 avril. Car pour ces experts, les clauses RSE sont des "leviers incontournables de la vigilance" des entreprises.

De plus en plus de contrats contiennent des clauses de RSE pour les fournisseurs des grandes marques, comme dans le textile.
ACTE International

Difficile aujourd’hui de trouver un contrat n’incluant pas de clauses dites RSE, c’est-à-dire demandant aux fournisseurs de répondre à des critères environnementaux, sociaux ou d’éthique. Face à la pression règlementaire et la montée en puissance des achats responsables (avec la création de la norme internationale ISO 20 400 par exemple), elles sont quasi devenues incontournables. Plus de 70% des acheteurs y ont ainsi recours au niveau mondial. Pour autant, sont-elles réellement efficaces ?

Des clauses floues, des sanctions peu appliquées

Pas autant qu’elles le devraient, si l’on en croit l’étude réalisée par la plateforme d’évaluation de performance environnementale et sociale Ecovadis et l’agence conseil en stratégies sociétale Affectio Mutandi. Celle a été réalisée auprès de 50 donneurs d’ordre et 519 fournisseurs à travers le monde. Les auteurs ont élaboré une grille d’analyse de leur efficacité à partir de 6 critères : précision des clauses ; niveau de contrôle ; amplitude de la couverture ; niveau de contrainte ; adaptation au secteur, à la zone ou au fournisseur ; et cohérence des clauses avec le reste du contrat.

Résultat : le niveau de précision des clauses est extrêmement flou, celles-ci se contentant souvent de faire référence aux textes de référence du type Global Compact ou principes directeurs de l’OCDE. Or, des clauses trop floues n’ont aucune valeur juridique. A l’inverse, le niveau de contrôle est poussé avec des audits toujours plus nombreux mais qui restent souvent à la charge des fournisseurs. Au niveau de la couverture, les pratiques sont assez nuancées : certains donneurs d’ordres systématisent ces clauses et contrôles, quand d’autres se focalisent sur les fournisseurs directs à risques. Quant aux contraintes, elles ne sont pas suffisamment graduées (par exemple seulement la mention d’une résiliation en cas de violation d’une clause). De ce fait, elles sont peu appliquées.

Un manque de cohérence et d’adaptation

Enfin, les deux derniers critères, pourtant "décisifs et complémentaires" selon les commanditaires de l’étude, ont une très forte marge de progression. Très peu de donneurs d’ordre adaptent leurs clauses en fonction des fournisseurs, ce qui explique que près de 20% d’entre eux considèrent ces dispositions comme non pertinentes. Et plus de la moité des donneurs d’ordre avouent ne pas faire attention à ce que les clauses RSE ne soient pas contredites par d’autres exigences (ex : prix ou délais) dans le contrat…

Alors que les réglementations nationales intègrent de plus en plus la prise en compte des considérations environnementales, sociales et éthiques, dans la responsabilité légale des entreprises (droit de vigilance et loi Sapin 2 en France, Modern Slavery Act au Royaume Unis ou autres réglementation de ce type en préparation en Suède, en Australie ou aux Pays-bas), les résultats de l’étude peuvent inquiéter. Pour Yann Queinnec, fondateur d’Affectio Mutandi et juriste, ces clauses seront notamment examinées de près par les magistrats en cas de procès liés au devoir de vigilance que doivent exercer les grandes entreprises françaises et étrangères opérant sur le territoire français.

Les clauses RSE comme marqueurs du respect du devoir de vigilance

"Les clauses RSE permettent aux entreprises concernées par le devoir de vigilance d’aller au-delà de la simple conformité et de convaincre juges et parties prenantes de leur volonté de respecter l’esprit de la loi et des moyens qu’ils mettent en œuvre pour y parvenir, souligne Yann Queinnec. La contextualisation des clauses selon le secteur ou la zone géographique, est à cet égard un vrai challenge pour les entreprises. Quant à la question de la cohérence, elle peut mener au risque juridique si le donneur d’ordre montre qu’il n’avait pas créé les conditions nécessaires pour que le fournisseur puisse répondre aux clauses sociales. Le respect de ces deux critères, sera essentiel pour permettre aux juges de considérer ces clauses comme pertinentes et raisonnables."

La tâche étant très importante pour des donneurs d’ordre qui peuvent avoir des dizaines de milliers de fournisseurs, dans le monde entier, Ecovadis et affectio Mutandi recommandent de prioriser les actions et de les focaliser, dans un premier temps sur les fournisseurs stratégiques et/ou à risques. Ils promeuvent également leurs "principes du contrat durable" qu’ils entendent promouvoir auprès des co-contractants et des parties prenantes intéressées.

 

Béatrice Héraud @beatriceheraud

 

(1)    L’étude "Le contrat et les clauses RSE, leviers incontournables de vigilance" avec les Principes du contrat durable est disponible ici 

NB : les infographies ont été réalisées par Ecovadis -Affectio Mutandi


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[INFOGRAPHIE] Prix et délais insuffisants : quand les chaînes d’approvisionnement mondiales déraillent

Il est urgent d’améliorer les relations entre donneurs d’ordre et fournisseurs. C’est ce qui ressort d’une étude publiée par le Bureau International du Travail (BIT) sur les chaînes d’approvisionnement. Elle met en lumière les exigences intenables des acheteurs, c’est-à-dire souvent des...

Trois bonnes pratiques d'entreprises pionnières sur le devoir de vigilance

Depuis le 1er janvier 2018, les grandes entreprises françaises sont soumises au devoir de vigilance. Pour prévenir les risques environnementaux et sociaux de leurs activités et de celles de leur chaîne de valeur, elles doivent mettre en place des plans d’actions. Si seules les grandes...

Pleins feux sur les zones d’ombre de la supply chain

Pendant deux semaines, Novethic braque les projecteurs sur les risques qui pèsent sur les chaînes d’approvisionnement des entreprises en matière de droits humains. Un sujet de RSE absolument crucial. Au cours des deux prochaines semaines, nous nous pencherons sur le travail des enfants, le...

Déforestation : le devoir de vigilance, un outil brandi par les ONG pour alerter les entreprises

A l’occasion du premier anniversaire de l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance, des ONG interpellent une vingtaine d’entreprises françaises. En cause : leur responsabilité dans la déforestation liée à la culture du soja en Amérique Latine. Carrefour, Auchan, Bigard, Système U ou...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Pactforimpact photo BH

Pact for Impact : une alliance pour développer l'économie sociale et inclusive à l'international

Lors du sommet Pact for Impact qui s’est tenu les 10 et 11 juillet, les 50 délégations internationales se sont unies pour lancer un manifeste, celui d’une alliance mondiale pour une économie sociale et inclusive. Dans la sphère française, l’initiative gouvernementale 10% lancé fin mai tente aussi de...

Loi Pacte : la Maif, première grande entreprise à se transformer en société à mission

La Maif est la première entreprise à déclarer entamer sa transformation pour adopter le statut d’entreprise à mission ouvert par la loi Pacte d’ici le printemps 2020. Un moyen pour l’assureur "militant", selon son mantra, de valoriser sa différence dans un secteur particulièrement concurrentiel.

Avec son application et sa monnaie virtuelle, la fintech Impak veut booster l’économie à impact positif

Créer un écosystème vertueux, permettant de développer l’économie à impact positif, c’est l’objectif de la fintech canadienne Impak finance. Elle revendique déjà 10 000 utilisateurs et des milliers d’entreprises identifiées comme pouvant contribuer positivement à la société et l’environnement....

10% Lab, la nouvelle initiative gouvernementale pour engager les entreprises dans la transition

Après le French Impact, le Pact for Impact, voici le 10 % Lab. Une nouvelle initiative gouvernementale destinée à rassembler les entreprises autour de la transition écologique et sociale. L’objectif : montrer que le gouvernement agit sur le sujet alors que l’écologie a été un thème porteur lors des...