Publié le 12 mars 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Cinq conseils de dirigeants pour devenir une entreprise contributive au bien commun

Casser les codes de son secteur, accepter de renoncer à des marchés ou oser des projets peu rémunérateurs mais qui ont du sens... Voici quelques conseils d’entrepreneurs pour faire grandir leur entreprise de manière durable et devenir contributive au bien commun, donnés à l’occasion d’une soirée ORSE-C3D-Medef.

Entreprise contributive istock SERHII MELNYK
Casser les codes de son secteur, accepter de renoncer à des marchés ou oser des projets rémunérateurs mais qui ont du sens... Voici quelques conseils d’entrepreneurs pour devenir une entreprise contributive.
@SerhiiMelnyk

"Casser les codes de son secteur pour plus de durabilité", Thomas Huriez de 1083

1083, marque de jean et basket éthique made in France, créée en 2007

C’est en brisant les codes du secteur textile que s’est construit le succès de la marque de jean et de basket 1083. "Alors qu’on nous a biberonné à l’impératif des coûts bas, nous avons fait le choix de la relocalisation en restructurant une filière industrielle française qui va de la filature des Vosges à la confection à Marseille, avec bientôt un approvisionnement en coton français issu du recyclage de jean", raconte le fondateur Thomas Huriez. En six ans, la marque a vendu plus de 100 000 jeans, créé 150 emplois et généré un chiffre d’affaires de huit millions d’euros. Et sa logique de circuit-court séduit les épargnants : 1083 vient de réaliser une collecte record de 1,083 million d’euros en seulement 12 heures sur la plateforme de crowdfunding Lita.co. 

"Oser des projets moins rémunérateurs mais qui ont du sens", Nicolas Berbigier de Famoco

Famoco, éditeur de solutions mobiles professionnelles pour le paiement, les opérations terrain, la mobilité urbaine et la vérification de l’identité, créée en 2010

Tenter l’humanitaire. C’est le choix gagnant qu’a fait Famoco, entreprise de fabrication de solutions mobiles professionnelles. Elle travaille avec les Nations unies sur son programme d’aide alimentaire. "Nous avons utilisé notre savoir-faire pour un projet vraiment utile. À la place des coupons alimentaires, nous avons créé une sorte de carte Navigo pour chaque bénéficiaire. Résultat : plus de traçabilité, moins de fraudes et de perte. Une transparence et une efficacité qui séduit les opérationnels et les donateurs", souligne l’entrepreneur. De son côté, il y a gagné en maillage territorial, en innovation pour des marchés plus lucratifs et en attractivité.

"Accepter de renoncer à des marchés", Céline Puff Ardichvili de Look sharp

Looksharp, agence de relations presse créée en 2013

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se doter d’une raison d’être voire d’une mission. Mais pour qu’elles soient réellement efficaces, cela implique des sacrifices, comme renoncer à certains marchés, jugés contraires à la mission ou l’éthique fixée. "Un message, un tweet, un communiqué de presse peuvent toucher 10 000 personnes. On doit avoir conscience de l’impact potentiel quand on communique. Surtout pour le compte de tiers ! Cette réflexion nous coupe de certains business par exemple quand nous sentons le greenwashing ou que l'on nous demande de valoriser une démarche peu transformative. Mais cela garantit aussi notre sérieux et notre crédibilité", souligne la co-fondatrice de l’agence de presse Look Sharp et co-fondatrice du blog "Entreprise contributive".

"Donner de la reconnaissance et de la stabilité aux collaborateurs", Guillaume Desnoes de Alenvi

Alenvi, entreprise d'accompagnement de personnes âgées à domicile créée en 2018

Une entreprise contributive, c’est aussi un mode de management différent. Le fondateur d’Alenvi en est convaincu. Dans son secteur, celui de l’aide à domicile, les auxiliaires de vie qui s’occupent des personnes âgées ont des conditions de travail difficiles, précaires, et peu de reconnaissance. Sa startup recrute uniquement en CDI et aux 35 heures, en valorisant la partie empathique et non seulement technique du métier. Résultat : un turn-over de 4 % bien en deçà des 15 à 25 % du secteur et une nouvelle activité de formation auprès de ses propres concurrents.   

"Aller à la rencontre de ses parties prenantes", Geoffroy Roux de Bézieux du Medef

Medef, Mouvement des entreprises de France, créé en 1998

En prenant mieux en compte ses parties prenantes, l’entreprise répond mieux à leurs attentes et sera aussi plus performante. Parmi celles-ci, il ne faut pas oublier les ONG. Alors que celles-ci sont "parfois plus puissantes que des syndicats", impossible de ne pas les associer au dialogue, reconnait le "porte-parole des patrons". Si les entreprises ont commencé depuis quelques années déjà avec des comités de parties prenantes, ce sera chose faite dans leur fédération représentative dès mars.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud

(1) Conférence MEDEF-ORSE-C3D : Vers l’entreprise contributive : le secret des entreprises plus performantes, le 25 février 2020. À regarder sur la web tv du Medef 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Face à la crise du Covid-19, les stratégies des entreprises les plus responsables et durables sont payantes

Depuis le début de la crise, les entreprises ayant les meilleures notations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) ont montré une plus forte résistance au choc économique et financier actuel. Une preuve empirique de la pertinence de la RSE (responsabilité sociétale d’entreprise) et de...

ODD covid

Coronavirus : le jour d'après se fera avec les Objectifs de Développement Durable (ODD)

De crise sanitaire localisée, la pandémie du Covid-19 est devenue en un temps record une crise économique et sociale mondiale. Elle montre de façon dramatique l’interdépendance des trois piliers du développement durable : l’environnement, le social et l’économie et la nécessité de changer notre...

Respirateur Dyson Dyson

Coronavirus : Renault, PSA, Dyson et Tesla vont fabriquer des respirateurs

Aux côtés des fabricants traditionnels d’équipements médicaux, ce sont des industriels de l’automobile ou de l’électronique qui viennent en renfort pour produire des respirateurs, nécessaires à la survie des malades du Covid-19 les plus gravement atteints. En France, Emmanuel Macron a annoncé la...

Masque 1083 solidarite entreprise coronavirus

Essence gratuite, hôtels, masques... Face au Coronavirus, ces entreprises misent sur la solidarité

[Mise à jour le 25 mars] Accor qui met à disposition ses hôtels pour les soignants, Total qui donne des bons d'essence aux personnels hospitaliers, LVMH qui passe du parfum aux gels hydroalcoolique, la startup 1083 qui réorganise ses ateliers pour produire des masques de protection plutôt que des...