Publié le 12 juillet 2022

ÉCONOMIE

Vivre sans supermarché : le rempart à la surconsommation et la crise agricole

Pizzas et chocolats contaminés, œufs au fipronil, vache folle… chaque scandale alimentaire incite les consommateurs à se détourner des supermarchés pour emprunter le chemin des circuits courts. Cette alternative au modèle agro-industriel est aussi un rempart à la détresse du monde paysan, la surconsommation, le suremballage ou au gaspillage induits par les supermarchés. Toute la semaine, Novethic explore les nouvelles façons d’aborder la sobriété, dans une série "vivre sans".

 

 

Supermarche alimentation istock
Plus de 80% des aliments sont aujourd’hui vendus en supermarchés.
iStock

Cet été, des vacanciers vont se rendre sur les marchés paysans de leur lieu de vacances, pour déguster des fruits et légumes locaux et de saison. Ils vont même pousser la porte du producteur du village où ils ont posé leurs valises pour y découvrir des mets régionaux. Certains touristes vont facilement se passer de supermarchés sans vraiment s’en rendre compte. Et, qui sait ?, peut-être y prendre goût... Au-delà de la période des vacances, des citoyens tentent d’en convaincre d’autres de changer leurs habitudes et de se sevrer des supermarchés et du modèle agroalimentaire toxique.

C'est ainsi que le défi "février sans supermarché" organisé chaque année en France depuis 2018 incite les participants à découvrir d’autres systèmes de distribution près de chez eux. Pour les aider, le collectif "En vert et contre tout" a créé des groupes Facebook locaux où s'échangent astuces et bons plans pour ne pas craquer. Ces lieux de discussion ne disparaissent pas une fois le défi terminé car l'enjeu est d’encourager ceux qui l'ont relevé à maintenir leurs nouvelles habitudes. Car au-delà de l'aspect ludique qui peut prêter à sourire, les conséquences de ces changements sont majeures à l’échelle individuelle comme au niveau collectif.

Un appauvrissement du monde agricole

En effet, ces pratiques contribuent à l’essor d’un modèle alternatif, alors que plus de 80% des aliments sont aujourd’hui encore vendus en supermarchés. Ce système dominant contribue à l'appauvrissement du monde paysan. Les agriculteurs appartiennent en effet à la catégorie socio-professionnelle qui accuse le plus haut taux de pauvreté et ils sont endeuillés par un taux de suicide particulièrement élevé. Les paysans font faillite et les fermes disparaissent. Elles étaient 2,8 millions en 1995 contre 390 000 aujourd’hui. Le système d’agro-alimentation vendu en supermarchés pousse aussi les exploitations à s’agrandir pour être plus rentables : la surface agricole d’une ferme est passée de 24 hectares en 1988 à 69 hectares en 2020, soit une augmentation de 183 %. Par ailleurs, d’ici 2030, un quart des agriculteurs va partir à la retraite mais, dans ce contexte, les nouvelles générations se font attendre.

Les circuits-courts apparaissent comme un rempart au déclin de la paysannerie en France. Ce mode de distribution, qui compte un intermédiaire maximum, laisse les producteurs libres de déterminer leurs prix, gage d’une rémunération décente. Ainsi, les ventes directes à la ferme, en AMAP, en épiceries paysannes ou coopératives, auprès des producteurs sur les étals des marchés sont autant de solutions pour soutenir des paysans de plus petites fermes aux méthodes de production plus vertueuses, artisanales et sans suremballage.

Les prix ne sont pas plus élevés

Concernant la sempiternelle question des prix pour les clients, les différentes expériences menées* constatent qu’ils ne sont pas plus élevés, à qualité de produits comparable. De fait, la réduction du nombre d’intermédiaires allège les prix et l’absence d’incitation à surconsommer réduit le gaspillage et les achats inutiles.

Le bémol est que les consommateurs doivent être prêts à y consacrer plus de temps. Il est souvent nécessaire de se rendre dans plusieurs lieux pour se procurer ce que le supermarché concentre en un seul endroit (ce qui a fait son succès). Par ailleurs, les clients des circuits courts achètent essentiellement des produits bruts donc mieux vaut être prêt à cuisiner davantage des fruits et légumes locaux et de saison ou fabriquer des produits d'entretien.

Toutefois, même si le jeu en vaut la chandelle, la tendance est à la baisse pour les circuits courts depuis la fin des confinements, alors qu’ils avaient fait le plein au plus fort de la pandémie. Pourtant, la situation est critique : la guerre en Ukraine, la hausses des prix ou les tensions géopolitiques fragilisent encore un peu plus les producteurs.

Mathilde Golla @Mathgolla

*"100 jours sans supermarché" (Flammarion) Mathilde Golla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Vivre sans gagner d’argent : les frugaux s’organisent pour ne plus manquer de rien

Un peu déconsommateurs, farouchement indépendants et surtout déterminés à inventer leur propre mode de vie. Pas étonnant que les frugaux, qui concentrent plusieurs tendances sociétales actuelles, aient le vent en poupe. Leur lubie : s’affranchir de la nécessité d’avoir un salaire et...

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre...

Vivre sans technologie : quand les low-techs innovent, loin du retour à la bougie

Les low-techs s'affichent comme un idéal de sobriété : moins de technologies, de ressources, de déchets... Ce mouvement popularisé par des passionnés en quête d'autonomie infuse aujourd'hui dans les réflexions sur l'innovation et l'ingénierie. Les pionniers de la low-tech nous réapprennent...

Vivre sans travailler, une nouvelle tendance sur fond de décroissance

Travailler moins, consommer moins, polluer moins. C'est un peu le dogme des adeptes du détravail dont certains prônent de ne plus travailler pour viser la décroissance. Dans un contexte de grande démission et de remise en cause de la centralité du travail, ce mouvement est devenu un...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Georgia Meloni Fratelli d Italia FridaysForFuture Piero Cruciatti AFP et CCO

Suède, Italie, France : l’absence du changement climatique dans les campagnes électorales fait progresser l’extrême droite

Si l’Europe paye un lourd tribut aux catastrophes climatiques, l’enjeu est paradoxalement quasi absent des campagnes électorales. En Suède et en Italie, comme en France il y a quelques mois, elles restent centrées sur la sécurité et l’immigration ce qui fait progresser l’extrême droite et conduit...

Valerie Masson Delmotte Aurelien Barrau

Aurélien Barrau au Medef et Valerie Masson-Delmotte au gouvernement lancent l'alerte : avec quel impact ?

Aurélien Barrau au Medef, Valerie Masson-Delmotte face au gouvernement, la semaine de rentrée des dirigeants économiques et politiques s’est faite sur le mode alerte générale. Les deux scientifiques, dans des styles différents, ont résumé l’urgence climatique et environnementale. Leurs discours...

Macron conseil des ministres MOHAMMED BADRA POO AFP

Pour Emmanuel Macron, la rentrée est celle de la "grande bascule" pour laquelle il ne dessine pas de projet d’adaptation

L’été de tous les dangers climatiques, sera-t-il celui de la "grande bascule" dans un monde transformé par les pénuries de biens essentiels comme l’eau, les crises de l’énergie et la guerre en Ukraine ? C’est la tonalité qu’Emmanuel Macron a donné à son discours de rentrée pour le gouvernement, sans...

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...