Publié le 12 novembre 2020

ÉCONOMIE

Le patron de Pfizer pris en flagrant délit de financiarisation du secteur pharma

L’annonce de Pfizer sur son vaccin contre le Covid-19 a dopé les marchés financiers et le cours de son action. Ses deux dirigeants sont au cœur d’une polémique déclenchée par leur vente d’un très gros volume d’actions le jour même de l’annonce : plus de 5 millions de dollars pour le PDG Albert Bourla, et 1,8 millions de dollars pour la vice-présidente Sally Susman. Cette prise de bénéfice montre à quel point le secteur pharma s’est financiarisé, pratique choquante dans un monde en pleine crise sociale et sanitaire. 

Pfizer John NurPhoto AFP
Mardi 10 novembre, Pfizer a annoncé la disponibilité prochaine d'un vaccin contre le Covid-19.
@JohnLamparski/NurPhoto/AFP

L’annonce d’un vaccin efficace à 90 % que commercialiserait les laboratoires Pfizer en partenariat avec la compagnie allemand BioNTech, a redonné de l’espoir à une planète qui compte les morts de la pandémie et encaisse les conséquences économiques et sociales des mesures sanitaires ! En France, le Secours Catholique vient d’alerter sur le fait que la barre des dix millions de pauvres allait être franchie en 2020. 

La montée en puissance des inégalités sociales devient d’autant plus criante que deux dirigeants de Pfizer ont directement profité de l’annonce de leur laboratoire. Le PDG Albert Bourla a vendu pour 5,6 millions de dollars d'actions, le jour de l'annonce de bons résultats préliminaires sur l'efficacité d'un vaccin contre le Covid-19. La vice-présidente, Sally Susman, a elle aussi cédé le même jour plus de 40 000 titres pour 1,8 million de dollars. Ce jour-là l’action avait gagné 7%...

Faites vos calculs de ce que peut rapporter ce que les gendarmes boursiers qualifieront peut-être de délit d’initiés et qui, dans le contexte, semble surtout indécent. Un porte-parole de Pfizer a tenté sur CNN d’expliquer que ces ventes d’actions étaient programmées dans le cadre d’une politique de désengagement progressif mis en place en 2019 par les deux dirigeants à titre personnel.

Après Sanofi

Cette affaire illustre la difficulté à laquelle sont confrontés les dirigeants politiques qui mettent en avant le primat de la santé sur toute autre considération dans leur lutte contre la pandémie de Covid-19. Dans un premier temps, les grands laboratoires cotés ont semblé suivre cette ligne remettant au centre de leurs préoccupations un vaccin accessibles à tous, efficace et fabriqués dans le cadre de partenariats transnationaux. Mais ce vernis a craqué à plusieurs reprises.

Après Sanofi en mai qui voulait réserver le vaccin aux Américains, c’est Pfizer en novembre qui montre quels peuvent être les bénéfices financiers personnels à tirer d’un vaccin qui n’est même pas encore disponible pour les dirigeants d’un laboratoire. Le secteur pharmaceutique, florissant grâce à la pandémie, n’échappera sans doute pas lui aussi à une remise en cause de son mode de gouvernance centré sur une politique de rémunération très élevée de ses dirigeants et clairement bien loin des Objectifs de Développement Durable (ODD) !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...