Publié le 20 janvier 2021

ÉCONOMIE

Le Covid-19 place les épidémies au sommet des risques pour l’humanité, devant le changement climatique

Comme chaque année, le forum économique mondial publie son évaluation des principaux risques pour la planète. Si ceux liés au climat sont les plus susceptibles de survenir à court et moyen terme, les experts et décideurs mondiaux jugent que c’est le risque épidémique qui présente le plus de danger. Ils estiment aussi que l’expérience actuelle que vit le monde est l’occasion de bâtir un monde plus durable.

Couverture Global riks report 2021 Patrik Svensson WEC
Couverture de l'édition du Global Risks Report du Forum économique mondial.
@PatrikSvensson/WEC

Le sommet du World Economic Forum (WEC) de Davos n’aura pas lieu en janvier comme chaque année, la crise épidémique ne le permettant pas. Si un petit rendez-vous virtuel devrait se tenir à la fin du mois, il faudra attendre fin mai et se délocaliser à Singapour pour assister à la rencontre des grands décideurs politiques et économiques de ce monde. Pour autant, cela n’a pas empêché le forum économique mondial de publier ce 19 janvier son traditionnel rapport des risques globaux (Global Risks Report 2021).

Il est le fruit d’un questionnaire soumis à 850 experts et dirigeants d’entreprises ou d’associations. Leurs réponses s’inscrivent dans le cadre très particulier d’une pandémie globale, doublée d’une crise économique et sociale croissante, qui affecte la planète depuis un an. Le rapport fait un double classement. D’un côté il mesure les risques les plus susceptibles de survenir (Likelihood) et de l’autre, les risques dont les conséquences seraient les plus importantes (Impact).

Risques 2021 WEC

Pour la cinquième année consécutive, ce sont les événements climatiques extrêmes qui sont les plus susceptibles d’intervenir selon les experts. D’ailleurs en 2020, selon les chiffres de Munich Re, ceux-ci ont causé 210 milliards de dollars de dégâts sur la planète. Cette entrée précède le manque d’action climatique et les dommages à l’environnement. À la quatrième place apparaît le risque de maladie infectieuse. Avec le Covid-19, l’humanité a redécouvert cette vulnérabilité, alors même que plusieurs grandes pandémies avaient touché l’humanité au XXe siècle. Enfin, à la cinquième place apparaît la destruction de la biodiversité, perdant une place par rapport à 2020.

Bâtir un monde plus résilient

Pour ce qui est du classement des risques en termes de gravité, la première place est occupée par les maladies infectieuses, qui en 2020 n’étaient qu’à la 10e place. La crise actuelle a montré combien l’ensemble de nos systèmes économiques et sociaux ont été mis à genoux par le virus. Suit le manque d’action climatique à la deuxième place. Risque d’autant plus réel qu’en 2020, tous les grands évènements liés à la nature et la biodiversité ont été décalés à 2021. On trouve ensuite les armes de destruction massives, la perte de biodiversité et la crise des ressources naturelles.

"Le coût humain et économique immédiat du Covid-19 est sévère. Il menace d'effacer plusieurs années de progrès dans la réduction de la pauvreté et d'affaiblir encore davantage la cohésion sociale et la coopération internationale", écrivent les auteurs du rapport. Pourtant ceux-ci veulent y voir l’occasion de créer une société plus résiliente : "Alors que les gouvernements réfléchissent encore à la manière de sortir de l'urgence pour engager la reprise, et avec les entreprises anticipent un nouvel environnement commercial changé, il y a l'opportunité d'investir dans une croissance intelligente, propre et inclusive".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...