Publié le 20 janvier 2021

ÉCONOMIE

Le Covid-19 place les épidémies au sommet des risques pour l’humanité, devant le changement climatique

Comme chaque année, le forum économique mondial publie son évaluation des principaux risques pour la planète. Si ceux liés au climat sont les plus susceptibles de survenir à court et moyen terme, les experts et décideurs mondiaux jugent que c’est le risque épidémique qui présente le plus de danger. Ils estiment aussi que l’expérience actuelle que vit le monde est l’occasion de bâtir un monde plus durable.

Couverture Global riks report 2021 Patrik Svensson WEC
Couverture de l'édition du Global Risks Report du Forum économique mondial.
@PatrikSvensson/WEC

Le sommet du World Economic Forum (WEC) de Davos n’aura pas lieu en janvier comme chaque année, la crise épidémique ne le permettant pas. Si un petit rendez-vous virtuel devrait se tenir à la fin du mois, il faudra attendre fin mai et se délocaliser à Singapour pour assister à la rencontre des grands décideurs politiques et économiques de ce monde. Pour autant, cela n’a pas empêché le forum économique mondial de publier ce 19 janvier son traditionnel rapport des risques globaux (Global Risks Report 2021).

Il est le fruit d’un questionnaire soumis à 850 experts et dirigeants d’entreprises ou d’associations. Leurs réponses s’inscrivent dans le cadre très particulier d’une pandémie globale, doublée d’une crise économique et sociale croissante, qui affecte la planète depuis un an. Le rapport fait un double classement. D’un côté il mesure les risques les plus susceptibles de survenir (Likelihood) et de l’autre, les risques dont les conséquences seraient les plus importantes (Impact).

Risques 2021 WEC

Pour la cinquième année consécutive, ce sont les événements climatiques extrêmes qui sont les plus susceptibles d’intervenir selon les experts. D’ailleurs en 2020, selon les chiffres de Munich Re, ceux-ci ont causé 210 milliards de dollars de dégâts sur la planète. Cette entrée précède le manque d’action climatique et les dommages à l’environnement. À la quatrième place apparaît le risque de maladie infectieuse. Avec le Covid-19, l’humanité a redécouvert cette vulnérabilité, alors même que plusieurs grandes pandémies avaient touché l’humanité au XXe siècle. Enfin, à la cinquième place apparaît la destruction de la biodiversité, perdant une place par rapport à 2020.

Bâtir un monde plus résilient

Pour ce qui est du classement des risques en termes de gravité, la première place est occupée par les maladies infectieuses, qui en 2020 n’étaient qu’à la 10e place. La crise actuelle a montré combien l’ensemble de nos systèmes économiques et sociaux ont été mis à genoux par le virus. Suit le manque d’action climatique à la deuxième place. Risque d’autant plus réel qu’en 2020, tous les grands évènements liés à la nature et la biodiversité ont été décalés à 2021. On trouve ensuite les armes de destruction massives, la perte de biodiversité et la crise des ressources naturelles.

"Le coût humain et économique immédiat du Covid-19 est sévère. Il menace d'effacer plusieurs années de progrès dans la réduction de la pauvreté et d'affaiblir encore davantage la cohésion sociale et la coopération internationale", écrivent les auteurs du rapport. Pourtant ceux-ci veulent y voir l’occasion de créer une société plus résiliente : "Alors que les gouvernements réfléchissent encore à la manière de sortir de l'urgence pour engager la reprise, et avec les entreprises anticipent un nouvel environnement commercial changé, il y a l'opportunité d'investir dans une croissance intelligente, propre et inclusive".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...

Jean Castex MArtin Bureau AFP

Climat : Le gouvernement enterre le référendum visant à inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution

La protection de l'environnement ne figurera pas dans l'article 1er de la Constitution. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé le 6 juillet que le référendum sur cette question n'aurait finalement pas lieu. Alors qu'il est essentiel pour la tenue du plébiscite que l'Assemblée nationale...

Abstention elections Sandrine Marty Hans Lucas Hans Lucas AFP

Abstention : quatre pistes à explorer pour remobiliser les électeurs

Aux deux tours des élections régionales 2021, près de deux tiers des électeurs ont décidé de faire l’impasse sur la visite de leur bureau de vote. C’est une vraie crise démocratique. Si l’appel à réformer l’offre politique se fait entendre, on peut aussi repenser la façon de voter. Certains pays ont...