Publié le 20 octobre 2020

ÉCONOMIE

Covid-19 : les plus aisés ont rogné sur leurs loisirs, les plus pauvres ont rogné sur leur épargne

Le confinement a eu des effets pervers sur les inégalités sociales. Selon le Conseil d’analyse économique, les plus aisés ont pu épargner près de 50 milliards d’euros supplémentaires, en arrêtant les dépenses superflues. Les moins riches, dont la consommation est concentrée sur les dépenses essentielles, n’ont pas épargné plus, au contraire. Pour traverser la crise, une partie a dû puiser dans leurs économies, voire s’endetter. 

Pargne Pixabay CCO
Les Français ont engrangé un surcroît d'épargne de 50 milliards d'euros pendant le confinement.
@CCO

La crise sanitaire s’attaque d’abord aux revenus des plus modestes. Ce qui était su intuitivement a été chiffré par une étude du Conseil d’analyse économique (CAE), le groupe de réflexion lié au Premier ministre. Le confinement a, au premier regard, eu un effet bénéfique pour l’épargne des Français, ceux-ci ayant été contraints de réduire leurs dépenses habituelles. La consommation a ainsi chuté de 6,3 % pendant la période de confinement. Les économistes du CAE estiment ainsi à près de 50 milliards d’euros le surcroît d’épargne engrangé pendant le confinement, par rapport à la tendance pré-Covid.

Mais tous les Français n’ont pas pu mettre de l’argent de côté. En réalité, selon le CAE, 20 % des ménages les plus aisés ont concentré 70 % ce surcroît d’épargne. Les ménages les plus modestes ont plutôt eu tendance à devoir s’endetter pendant la période. L’explication réside dans les modes de consommation. La consommation des ménages les plus modestes se concentre sur les biens essentiels, comme la nourriture. Celle des plus aisés se porte en plus sur des biens non essentiels, dont ils ont pu se passer au plus fort de la crise. Or l'épargne vient majoritairement de cette non-consommation de biens superflus.

Augmentation des dividendes

Le gouvernement a plusieurs fois martelé l’idée que l’épargne des Français, qui atteint des niveaux records, devait servir à relancer l’économie française. L’épargne des plus riches semble toutefois ne pas s’orienter dans cette direction. Selon le CAE, elle a plutôt servi soit à réduire leur endettement, soit a été placée sur des livrets d’épargne liquides, soit elle est tout simplement restée sur les comptes courants. Pour relancer la consommation, le Conseil suggère donc au gouvernement d’aider plutôt les ménages les moins favorisés qui ont tendance à consommer immédiatement le surplus de revenus.

Le gouvernement répond avoir débloqué 1,9 milliard d’euros d’aides aux personnes en situation de précarité depuis le début de la crise, dont 880 millions d’euros d’aide exceptionnelle à 4,1 millions de foyers en difficulté, 160 millions d’euros pour les étudiants précaires, 530 millions d’euros de revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire, etc. Ces aides vont soutenir directement les personnes aux revenus les plus modestes pendant la crise. Mais les inégalités structurelles risquent de perdurer.

Ce creusement des inégalités face à l’épargne avait cependant commencé avant même la crise sanitaire. Un autre rapport, rédigé par France stratégie, fait le bilan de la réforme de la fiscalité du patrimoine décidée en 2017 (remplacement de l’ISF par un Impôt sur la Fortune Immobilière, prélèvement forfaitaire unique à 30 % sur les revenus du capital). Il montre d’une part qu’en 2018, le montant total des dividendes déclarés par les ménages a fortement augmenté, passant de 14 milliards d’euros en 2017 à 23 milliards en 2018. Et d’autre part que les 0,1 % des foyers les plus riches ont touché les deux tiers de ces 23 milliards d’euros, alors qu’en 2017 ils n’avaient touché "que" la moitié des 14 milliards.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Pays heureux

Finlande et Nouvelle-Zélande : la réussite de ces pays ringardise le PIB

Alors que de plus en plus de pays réfléchissent à faire évoluer leurs indicateurs de croissance, la Finlande et la Nouvelle-Zélande sont déjà passées à l’acte. Elles évaluent leurs performances non plus seulement à l’aune de la croissance mais aussi du bien-être. Ce n’est donc pas un hasard si ces...

3 COO

3% de déficit : une règle d'or fixée un peu par hasard

La Commission européenne lance une consultation publique sur une hypothétique réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Ce pacte a notamment érigé en règle d’or la limite d’un déficit public à 3% du PIB. Mais comment et sur quels...

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...

Sandrine Rousseau Yannick Jadot Antonin Burat Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le drapeau écologiste sera porté par Yannick Jadot qui élargit son horizon de campagne

Et si la campagne présidentielle avait vraiment commencé avec la Primaire écologiste qui, contre vents et marées médiatiques, a tenté de dessiner un nouvel agenda politique ? Yannick Jadot a battu d’une très courte tête Sandrine Rousseau lors du second tour de la primaire du parti. Un score serré...