Publié le 29 septembre 2021

ÉCONOMIE

Entre ses exigences climatiques et sa croissance hors norme, la Chine fait face à des coupures monstres d’électricité

C’est une véritable crise énergétique que subit la Chine. Depuis plusieurs mois, des provinces subissent de longues et coûteuses coupures de courant. Ces dernières semaines, la situation s’aggrave alors que les capacités de production électrique du pays sont très largement dépassées. En cause, la croissance économique post-Covid intenable, des tensions sur l’alimentation en charbon et la volonté de respecter les engagements climatiques de Pékin.

Coupure electricite chine LeoRamirez AFP
Plusieurs provinces chinoises sont touchées par d'importants black out ces dernières semaines.
@LeoRamirez/AFP

Depuis des années, la Chine a fait feu de tout bois pour accroître sa capacité de production d’électricité. Elle construit de la plus petite éolienne au titanesque barrage des trois gorges, et multiplie les centrales au gaz et au charbon. Pékin entend que rien n’entrave la croissance économique de ses 1,4 milliard d’habitants et de son immense industrie. Tout un symbole même, la Chine a même pour la première fois produit plus d’électricité d’origine nucléaire que la France en 2020.

Mais cette course à l’équipement et au développement des infrastructures ne suffit pas. Depuis plusieurs mois, et surtout ces dernières semaines, une vingtaine de provinces chinoises doivent faire face à des coupures d’électricité pendant plusieurs heures, plusieurs fois par jour. Les conséquences sont déjà lourdes pour le pays et sa puissance économique, couplée à son implication dans les chaînes d’approvisionnements mondiales, fait que ces pénuries risquent d’affecter le monde entier. Trois raisons sont à l’origine de ce phénomène.

Respecter les émissions de CO2

Tout d’abord, la reprise chinoise post Covid-19 est trop rapide. Au premier semestre 2021, la croissance du PIB a atteint 12,7 % et a mis sous pression les capacités industrielles chinoises. Les marges de production d’électricités du pays ont été largement absorbées. Ensuite, le pays fait face à des difficultés d’approvisionnement en charbon, qui représente environ 60 % de son mix électrique. Pour des raisons géopolitiques, Pékin a tourné le dos à son fournisseur australien à la faveur de l’Indonésie et de la Mongolie. Les prix du charbon s’envolent et certaines centrales ont cessé de produire car leur équilibre économique n’est pas tenable en raison des prix régulés très bas de l’électricité.

Enfin, la troisième raison est la plus surprenante de toutes. C’est le climat. Pékin a annoncé viser la neutralité carbone en 2060. Et visiblement ce n’est pas une promesse en l’air. La puissante agence de planification chinoise a décerné cet été un carton rouge à 23 des provinces chinoises, en particulier les plus industrielles, en raison de l’importance de leurs émissions de CO2. Celles-ci ont donc procédé à des coupures volontaires afin de permettre de rentrer dans le cadre des limites annuelles définies.

Impact sur les entreprises américaines

Les conséquences sur le pays sont massives. Des centaines de millions de chinois sont touchés par ces coupures. Ils sont privés d’éclairages publics, d’ascenseurs, de climatisation, de feux de circulation… y compris dans certains quartiers de Pékin. Plusieurs usines ont été partiellement ou totalement fermées, incapables de fonctionner entre le coût de l’énergie et l’intermittence de la fourniture. Les autorités ont aussi décidé d’interdire le minage de bitcoin (l’utilisation de ressources informatiques pour gérer cette monnaie parallèle), bien trop énergivore.

Cette crise énergétique chinoise va rapidement dépasser les frontières. Déjà, la demande chinoise a un impact sur les cours mondiaux du pétrole, du charbon et du gaz. Mais surtout ce sont les grands donneurs d’ordres mondiaux qui sont pénalisés par le ralentissement de l’activité de leurs sous-traitants chinois. Ainsi, le taïwanais Unimicron Technology, fournisseur d'Apple, a révélé que ses sites dans deux régions de Chine continentale devaient stopper leur production pour plusieurs jours. Un sous-traitant du fabricant américain de voitures électriques Tesla a reçu un ordre similaire, selon un communiqué boursier.

Ludovic Dupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...