Publié le 17 janvier 2022

ÉCONOMIE

Explosion sociale, catastrophes climatiques, démissions... Voici les principaux risques qui pèsent sur l'économie en 2022

Alors que le monde est toujours englué dans la pandémie de Covid-19 deux ans après l'apparition du virus, l'économie tente de repartir. Mais les menaces sont multiples. Le prix des denrées alimentaires a bondi en l'espace d'un an alors que le Forum économique mondial craint l'émergence d'une cyberguerre. Tour d'horizon des principaux risques qui pèsent sur 2022.

Ouragan ida new york Ed JONES AFP 02
Sécheresse, inondations, ouragan... le coût lié au changement climatique s'alourdit d'année en année.
Ed JONES / AFP

Menace d’une cyberguerre

C’est l’un des plus grands risques pour l’humanité à moyen et à long terme, selon le dernier rapport du Forum économique mondial, basé sur l’impression de plus de 1000 experts et dirigeants politiques. Selon Carolina Klint, responsable de la gestion des risques pour l’Europe continentale chez Marsh : "Nous en sommes maintenant au point où les cybermenaces augmentent plus rapidement que notre capacité à les prévenir et à les gérer efficacement". Les dirigeants craignent même que l’explosion des cyberattaques mènent à une cyberguerre entre nations. Espionnage numérique, diffusion de fausses informations… certains États ont en effet, ces dernières années, soutenu ou même développé des cyberattaques contre d’autres pays dans un but de déstabilisation.

Crise alimentaire mondiale

C’est une véritable explosion. En 2021, le coût des produits alimentaires a bondi de 28 %. Du jamais vu depuis 10 ans, explique l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentaire et l’agriculture (FAO). "Si les prix élevés devraient céder la place à une augmentation de la production, le coût élevé des intrants, la pandémie mondiale en cours et les conditions climatiques de plus en plus incertaines laissent peu de place à l’optimisme quant à un retour à des conditions de marché plus stables, même en 2022", a déclaré Abdolreza Abbassian, Économiste principal à la FAO. L’Afrique, très dépendante des importations alimentaires, est particulièrement touchée. Déjà en 2008, le continent avait été le théâtre d’émeutes contre la faim.

Le risque d'une grande démission

C’est un record. Depuis le début de la pandémie, jamais autant d’Américains n’avaient quitté leur travail. Ce phénomène, baptisé "The Great Resignation", devenu viral sur les réseaux sociaux, exprime un nouveau rapport au travail entre le ras-le-bol des caissières, aides-soignantes, femmes de ménage… qui aspirent à un travail mieux reconnu et payé, et des cadres qui aspirent à un changement de vie. En France, ce phénomène n’a pas pris une telle ampleur mais les experts constatent une hausse des ruptures conventionnelles et des emplois vacants dans plusieurs secteurs dont l’hôtellerie et le bâtiment. Jamais la mobilisation n’avait aussi forte pour revaloriser les salaires lors des négociations annuelles obligatoires. Plusieurs grands groupes dont Decathlon et Leroy Merlin par exemple ont été ciblés par des grèves de leurs salariés réclamant une augmentation de revenus.

Le coût des catastrophes naturelles 

170 milliards de dollars. C’est la somme astronomique des dommages des dix catastrophes climatiques les plus coûteuses de 2021. Sur ce triste podium, on trouve la tempête Ida qui avait notamment entraîné des inondations à New York, avec 65 milliards de dollars de coûts économiques estimés. Viennent ensuite les inondations de juillet en Allemagne, en Belgique et dans les pays voisins, avec 43 milliards de dollars de pertes, puis la tempête hivernale Uri aux États-Unis, avec une vague de froid jusqu'au Texas, qui a notamment touché le réseau électrique et engendré 23 milliards de dollars de dégâts. Or 2022 s’annonce tout aussi apocalyptique. Entre la sécheresse au Colorado, l’invasion des scarabées en Argentine à cause de la canicule ou encore un thermomètre à 50°C en Australie… le changement climatique accélère et intensifie les phénomènes météorologiques extrêmes. Et sans action concrète, les assureurs préviennent qu’ils pourraient tout simplement se retirer. 

Éclatement des tensions sociales

Au cœur du problème : les inégalités vaccinales. Alors qu’aujourd’hui, à peine plus de 10 % de la population africaine est vaccinée, la reprise économique mondiale s’annonce très inégale. "Le Covid-19 et ses conséquences économiques et sociétales continuent de constituer une menace critique pour le monde. Les inégalités vaccinales et une reprise économique inégale qui en résulte risquent d’aggraver les fractures sociales et les tensions géopolitiques", notent le WEF. La banque mondiale craint même un risque "d’atterrissage brutal" des pays en développement. Au-delà de l’accès aux vaccins, c’est aussi l’accentuation des inégalités qui pourrait être l’étincelle. La fortune des milliardaires dans le monde a plus augmenté au cours des 19 derniers mois que sur la dernière décennie, selon l’ONG Oxfam.

Pénuries de matières premières et inflation

Le Covid-19 a révélé la vulnérabilité de notre système mondialisé. Les chaînes d’approvisionnement, éclatées, n’arrivent pas à s’adapter : les fast food manquent de frites, les fabricants d’automobiles de semi-conducteurs, et les papetiers de papier. Entre une demande bien plus forte que l’offre, le coût d’acheminement des conteneurs et la pandémie qui ralentit toujours la production, la situation devrait perdurer en 2022. Cela se traduit par une hausse des prix pour les consommateurs. Le géant Ikea a, par exemple, annoncé être contraint d’augmenter ses prix de 9 % en moyenne en 2022. Une première depuis la pandémie pour cette chaîne suédoise de meuble à bas coût.

Marina Fabre Soundron @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...