Publié le 30 octobre 2020

ÉCONOMIE

Covid-19 : Le télétravail est désormais obligatoire sous peine de sanction pour les entreprises

Le 29 octobre, en conférence de presse, la ministre du Travail Élisabeth Borne a haussé le ton : "Le télétravail n'est pas une option", a-t-elle déclaré. Tous les salariés dont les tâches peuvent s'effectuer à distance devront désormais télétravailler à 100 % sous peine de sanctions pour les employeurs. Une obligation qui ne passe pas du côté de la Confédération des PME. 

Teletravail pixabay
L'obligation de télétravail pour les salariés qui le peuvent sera inscrite dans le protocole nationale des entreprises.
CC0

Le ton a changé du côté de l’Exécutif. Alors que le 28 octobre au soir, le chef de l’État a annoncé un reconfinement généralisé en France, avec quelques assouplissements concernant notamment l’ouverture des écoles, le flou régnait quant aux conditions de télétravail. Car, jusqu’ici, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, évoquait une pratique "largement recommandée" mais pas obligatoire. Le 29 octobre, lors de la conférence de presse du Premier ministre Jean Castex, l’annonce a été claire : "Le télétravail n’est pas une option. Cette obligation sera inscrite dans la nouvelle version du protocole national en entreprise". 

Ce nouveau protocole prévoit ainsi 100 % de télétravail pour tous les salariés qui peuvent effectuer leurs tâches à distance. "Dans les autres cas, l'organisation du travail doit permettre de réduire au maximum les déplacements domicile-travail et le temps de présence en entreprise pour l'exécution des tâches qui ne peuvent être réalisées en télétravail", ajoute le texte.

"Des contrôles et des sanctions"

Pour les activités qui ne peuvent être réalisées en télétravail, "l'employeur organise systématiquement un lissage des horaires de départ et d'arrivée du salarié afin de limiter l'affluence aux heures de pointe", selon le protocole. Il s'agit notamment des commerces restant ouverts, du BTP, de l'agriculture ou de "tous les intervenants à domicile". Pour ce dernier cas, "il sera nécessaire de disposer d'une attestation de l'employeur".

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a expliqué au micro de RTL qu’en cas de manquements, il y aurait "des contrôles et des sanctions" civiles et pénales. "L’employeur a dans le code du travail une obligation de protection des salariés", rappelle la ministre du Travail. Une injonction qui ne passe pas du côté des fédérations d’entreprises.

Des freins à la généralisation du télétravail

"C'est insupportable […] Au sein de votre entreprise, vous devez protéger [le salarié, NDR], et chez lui, il faut le dorloter pour qu'il ne souffre pas d'isolement", dénonce dans Le Parisien, le président de la Confédération des PME, François Asselin. "Une fois de plus, les chefs d'entreprise vont devoir se débrouiller avec cette obligation supplémentaire qui pèse sur eux. Je ne dis pas qu'il ne faut pas prendre soin de ses salariés mais le fait de l'inscrire comme une obligation nous expose encore plus", regrette-t-il. 

Selon une enquête de la Dares, le service de statistiques du ministère du Travail, fin septembre, seulement 12 % des salariés étaient en télétravail contre 70 % sur site. 3 % étaient soumis au chômage partiel et 15 % en arrêt ou en congés.   

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP

 

 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Manifestation climat Lyon 28 septembre NICOLAS LIPONNE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Loi climat : sept points chauds qui seront au cœur des débats à l'Assemblée Nationale

Un an et demi après le lancement de la Convention citoyenne pour climat, le projet de loi Climat et résilience, issu des propositions des 150 citoyens tirés au sort, débarque à l'Assemblée Nationale. À partir de ce lundi 29 mars et jusqu'au 18 avril, les députés seront chargés de statuer sur les 69...

Manifestation marche pour le climat paris Concepcion Alvarez

Un appel à marcher pour une "vraie" loi climat dimanche 28 mars

À la veille de l'examen de la loi Climat et résilience à l'Assemblée Nationale, les membres de la Convention citoyenne pour le climat et plus de 400 organisations organisent dimanche 28 mars une marche en faveur d'une "vraie" loi climat. Parallèlement, 225 personnalités politiques ont publié le 26...

IStock Chinnapong code environnement

La création d'un "Défenseur de l’environnement" pourrait être inscrite dans la loi Climat et Résilience

Alors que la préservation de l'environnement devient omniprésente dans les débats à travers l'étude de la future loi climat et résilience, l'objectif est parallèlement de pouvoir garantir le respect et la compréhension des mesures à venir. Dans ce but, le gouvernement étudie la mise en place d'un...

Assemblee nationale hemicycle plein vue panoramique

Referendum : l'Assemblée Nationale veut "garantir" la protection de l'environnement dans l’article 1er de la Constitution

La tenue du référendum pour "garantir" la protection de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution vient de franchir une nouvelle étape. Sans surprise, l'Assemblée Nationale a voté le 16 mars en faveur du projet de loi. Mais rien n'est encore gagné : le Sénat doit encore valider l'article...