Publié le 30 octobre 2020

ÉCONOMIE

Covid-19 : Le télétravail est désormais obligatoire sous peine de sanction pour les entreprises

Le 29 octobre, en conférence de presse, la ministre du Travail Élisabeth Borne a haussé le ton : "Le télétravail n'est pas une option", a-t-elle déclaré. Tous les salariés dont les tâches peuvent s'effectuer à distance devront désormais télétravailler à 100 % sous peine de sanctions pour les employeurs. Une obligation qui ne passe pas du côté de la Confédération des PME. 

Teletravail pixabay
L'obligation de télétravail pour les salariés qui le peuvent sera inscrite dans le protocole nationale des entreprises.
CC0

Le ton a changé du côté de l’Exécutif. Alors que le 28 octobre au soir, le chef de l’État a annoncé un reconfinement généralisé en France, avec quelques assouplissements concernant notamment l’ouverture des écoles, le flou régnait quant aux conditions de télétravail. Car, jusqu’ici, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, évoquait une pratique "largement recommandée" mais pas obligatoire. Le 29 octobre, lors de la conférence de presse du Premier ministre Jean Castex, l’annonce a été claire : "Le télétravail n’est pas une option. Cette obligation sera inscrite dans la nouvelle version du protocole national en entreprise". 

Ce nouveau protocole prévoit ainsi 100 % de télétravail pour tous les salariés qui peuvent effectuer leurs tâches à distance. "Dans les autres cas, l'organisation du travail doit permettre de réduire au maximum les déplacements domicile-travail et le temps de présence en entreprise pour l'exécution des tâches qui ne peuvent être réalisées en télétravail", ajoute le texte.

"Des contrôles et des sanctions"

Pour les activités qui ne peuvent être réalisées en télétravail, "l'employeur organise systématiquement un lissage des horaires de départ et d'arrivée du salarié afin de limiter l'affluence aux heures de pointe", selon le protocole. Il s'agit notamment des commerces restant ouverts, du BTP, de l'agriculture ou de "tous les intervenants à domicile". Pour ce dernier cas, "il sera nécessaire de disposer d'une attestation de l'employeur".

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a expliqué au micro de RTL qu’en cas de manquements, il y aurait "des contrôles et des sanctions" civiles et pénales. "L’employeur a dans le code du travail une obligation de protection des salariés", rappelle la ministre du Travail. Une injonction qui ne passe pas du côté des fédérations d’entreprises.

Des freins à la généralisation du télétravail

"C'est insupportable […] Au sein de votre entreprise, vous devez protéger [le salarié, NDR], et chez lui, il faut le dorloter pour qu'il ne souffre pas d'isolement", dénonce dans Le Parisien, le président de la Confédération des PME, François Asselin. "Une fois de plus, les chefs d'entreprise vont devoir se débrouiller avec cette obligation supplémentaire qui pèse sur eux. Je ne dis pas qu'il ne faut pas prendre soin de ses salariés mais le fait de l'inscrire comme une obligation nous expose encore plus", regrette-t-il. 

Selon une enquête de la Dares, le service de statistiques du ministère du Travail, fin septembre, seulement 12 % des salariés étaient en télétravail contre 70 % sur site. 3 % étaient soumis au chômage partiel et 15 % en arrêt ou en congés.   

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP

 

 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...

Sandrine Rousseau Yannick Jadot Antonin Burat Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le drapeau écologiste sera porté par Yannick Jadot qui élargit son horizon de campagne

Et si la campagne présidentielle avait vraiment commencé avec la Primaire écologiste qui, contre vents et marées médiatiques, a tenté de dessiner un nouvel agenda politique ? Yannick Jadot a battu d’une très courte tête Sandrine Rousseau lors du second tour de la primaire du parti. Un score serré...

Lections allemagne resultats provisoires ALEXEY VITVITSKY SPUTNIK SPUTNIK VIA AFP

Élections en Allemagne : ces défis que devra relever la nouvelle coalition pour réussir la transition écologique

Dimanche 26 septembre, les 60 millions d'électeurs allemands étaient appelés à désigner le successeur d'Angela Merkel. Si les sociaux-démocrates du SPD semblent l'emporter d'une courte tête, ils sont au coude à coude avec les conservateurs de la CDU-CSU, faisant perdurer le mystère sur l'identité du...

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...