Publié le 07 février 2022

ÉCONOMIE

Avec son acier vert, ArcelorMittal s’engage dans la décarbonation, une question de survie

Le géant de l'acier, ArcelorMittal, va fermer trois hauts-fourneaux au charbon pour verdir son acier via des installations moins émettrices. Un virage nécessaire pour réussir la transition de ce secteur très carbo-intensif mais dont l'impact social reste encore flou. Si à long terme, le groupe avance des opportunités d'emplois, la question d'une transition juste est une clé de la réussite de cette transformation nécessaire. 

Arcelormittal acier vert Sina Schuldt DPA dpa Picture Alliance via AFP
ArcelorMittal vise la neutralité carbone en 2050.
Sina Schuldt / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

C’est le plus gros site de production d’acier de France et il va entamer sa transition énergétique. Le géant Arcelor Mittal, a annoncé la fermeture progressive de trois hauts-fourneaux sur les sites de Dunkerque dans le Nord et Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône, ces derniers ne représentant pas moins de 25 % des émissions industrielles de gaz à effet de serre de France. Les trois hauts fourneaux au charbon vont être remplacés par des fours électriques et des techniques de réduction du fer à base d’hydrogène. Le sidérurgiste va investir 1,7 milliard d'euros pour verdir son acier avec l’aide de l’État, qui n’a pas précisé le montant de son soutien. 

"Nous avons conclu un partenariat extrêmement important, historique, avec ArcelorMittal", a annoncé Jean Castex en visite à Dunkerque. "L’objectif quantifié est très clair : faire baisser leurs émissions jusqu’à 8 millions de tonnes de CO2 par an à l’horizon 2030. Il s’agit d’une baisse de 10 % de nos émissions industrielles, 2 % de nos émissions totale", a-t-il ajouté. L’enjeu est de taille pour le sidérurgiste qui est l’un des industriels les plus carbo-intensif de l’Hexagone. 

Le souvenir de Florange

Si les syndicats ont salué cette avancée, sur la question de l’emploi, certaines interrogations n’ont pas été encore élucidées. "Quels engagements du groupe en matière d’emploi, de politique sociale et d’investissements courants sur les lignes de productions ? Les salariés des sites français vivent en effet une sérieuse dégradation des conditions de travail", écrit dans un communiqué la CGT ArcelorMittal Dunkerque.

L’impact social de ce grand plan de transition a en effet été peu développé. La question de la transition juste qui implique que la transition énergétique ne puisse se faire aux dépens des salariés, est pourtant cruciale pour réussir cette transformation. Contacté par Novethic, le sidérurgiste dit favoriser "l’accompagnement des effectifs existants avec une transformation des compétences que nécessitent ces nouveaux métiers." Pas de quoi rassurer les plus méfiants qui ont en tête la fermeture des hauts-fourneaux d’ArcelorMittal à Florange. Malgré la reconversion du site, celle-ci a conduit à la disparition de centaines d’emplois. 

"Si on ne fait pas cette décarbonatation dans dix ans on n'existera plus"

"L’argument de la destruction d’emploi a souvent été utilisé pour empêcher la transition. Or ici, on remplace un procédé par un autre, je ne pense pas qu’il y aura de casse", explique cependant Éric Bergé, expert industrie au sein du think tank Shift Project. Le spécialiste, qui a passé des années dans l’industrie, fait ici référence à une phrase de Carlos Tavares, PDG du groupe Stellantis, qui a récemment déclaré dans une interview aux Échos que "sans transition progressive, les conséquences sociales sont majeures".

À long terme, la transition est de toute façon une question de survie pour le groupe. "Si on ne fait pas cette décarbonation dans dix ans on n'existera plus", explique sur France Bleu Christophe Leroy, chef d’atelier mécanique. Le groupe estime que "l’ensemble de l’écosystème (hydrogène, électricité, etc.) va s’adapter et représenter des opportunités pour l’emploi. La transformation de la production d’acier va créer des dynamiques positives et durables pour l’emploi et l’activité industrielle en France, en particulier dans les régions de Dunkerque et de Fos-sur-Mer". 

Marina Fabre Soundron @fabre_marina

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...