Publié le 06 octobre 2017

ISR / RSE

Les institutions catholiques accélèrent leur désinvestissement des énergies fossiles

Une coalition de 40 institutions catholiques à travers le monde, comprenant des banques et des organismes de microfinance, a décidé de désinvestir du charbon, du gaz et du pétrole. Il s’agit du plus grand désinvestissement jamais réalisé par des institutions religieuses. Celles-ci sont particulièrement actives dans ce mouvement et représentent, à elles seules, un quart des organisations ayant décidé de désinvestir les énergies fossiles. 

Parmi la coalition de désinvestisseurs, on trouve une banque catholique allemande et un organisme de microfinance.

Quarante nouvelles institutions catholiques, issues principalement d’Italie et de Belgique, ont annoncé le mardi 3 octobre se désengager des énergies fossiles. C’est le plus grand désinvestissement jamais réalisé par des institutions religieuses. Elles étaient seulement neuf lors de la précédente annonce de désinvestissement catholique en mai. Ceci témoigne de l’ampleur que prend ce mouvement au sein de la communauté catholique depuis la publication de l’encyclique papale “Laudato Si”.

Au total, ce sont désormais près de 70 institutions catholiques du monde entier qui ont décidé de désinvestir le charbon, le gaz et le pétrole. Regroupées au sein du Mouvement Catholique Mondial pour le Climat (GCCM), elles entendent lancer un signal fort aux autres institutions financières internationales. Elles visent en particulier la Banque mondiale à Washington, dont la réunion annuelle se tient la semaine prochaine, afin qu’elle s’engage à mesurer et à dévoiler l’empreinte carbone de son portefeuille de financements et d’investissements.

"Le sens limpide de la morale dont font preuve ces 40 institutions en désinvestissant mérite d’être célébrée. Leur leadership trace un chemin que la Banque Mondiale et les autres institutions financières internationales devraient suivre. À l’approche des réunions de la Banque Mondiale à Washington, nous espérons que leurs dirigeants tiendront compte du mouvement mondial de désinvestissement qui ne cesse de se renforcer”, déclare Tomás Insua, responsable du Mouvement catholique mondial pour le climat.

5 500 milliards de dollars d'actifs désinvestis 

Parmi les annonces particulièrement symboliques, on peut noter la présence de l’une des premières banques catholiques, la Banque allemande pour l’Église et Caritas, et de Oikocredit, un des plus gros opérateurs de micro-crédit au niveau mondial, présent sur les marchés français de l’épargne solidaire et du micro-crédit. La ville d’Assise en Italie, son diocèse et plusieurs institutions franciscaines dont le Sacro Convento, où sont conservés les ossements de Saint François d’Assise, font également partie de la coalition de désinvestisseurs.

"L'annonce faite aujourd'hui nous indique que nous sommes sur la bonne voie. Mais nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir. J'espère que nous verrons plus de leaders comme ces 40 institutions catholiques s'engager, car agir collectivement pour un avenir meilleur pour tous est un impératif moral", a réagi Christiana Figueres, ancienne responsable climat à l’ONU.

Depuis 2015 et la COP21, 745 institutions à travers le monde, gérant 5 500 milliards de dollars d’actifs, ont choisi de désinvestir les énergies fossiles. Un quart d’entre elles sont des institutions religieuses.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres