Publié le 10 septembre 2019

FINANCE DURABLE

Objectifs de développement durable (ODD) : un référentiel émergent pour les grands investisseurs institutionnels européens engagés

À l’occasion des PRI in Person, le rendez-vous annuel des acteurs de la finance responsable, qui à Paris du 10 au 12 septembre, les objectifs de développement durable (ODD) sont mis à l’honneur. Novethic a étudié comment les investisseurs institutionnels signataires des PRI les utilisent au dans leurs pratiques d’investissement. Pour ces acteurs, ils apparaissent comme un référentiel intéressant mais seulement émergent.

ODD illustration Novethic
Les ODD sont un référentiel émergents pour guider les investisseurs institutionnels européens selon une étude Novethic
@Novethic

Adoptés en 2015 par l’ONU, les objectifs de développement durable (ODD) doivent permettre à tous les acteurs, politiques, économiques et citoyens de s’engager dans la même direction pour répondre aux grands défis économiques, sociaux et environnementaux mondiaux. Les grands acteurs économiques et financiers répondent présents. Mais ils ne savent pas toujours comment intégrer ces objectifs dans leurs activités opérationnelles.

À l’occasion des PRI in Person, le rendez-vous annuel des acteurs de la finance responsable, qui se déroule à Paris, Novethic s’est penché sur les pratiques des 228 investisseurs institutionnels européens signataires des Principes pour l’investissement responsable (PRI) dans une étude publiée ce 10 septembre. "La bonne nouvelle est que plus de la moitié d'entre eux y font référence, mais cela reste un engagement assez vague. Rares sont ceux qui essaient de mesurer quelle est la contribution aux ODD de leur stratégie d'investissement. La tendance principale est de sélectionner certains ODD comme celui sur le climat comme indicateur d'impact", souligne la directrice de Novethic, Anne-Catherine Husson-Traore. 

Les ODD, passage obligé des grands institutionnels

Il apparaît que les ODD sont un référentiel encore en devenir pour guider leurs investissements. Les investisseurs institutionnels européens les plus importants en termes d’encours - plus de 100 milliards d’euros - tirent le mouvement. Leur grande visibilité internationale et le fait d'être fortement interpellés par leurs parties prenantes, ONG en tête, les poussent à communiquer sur les ODD "pour légitimer leurs stratégies de gestion".

Les plus petites institutions, spécialisées ou à mission (fondations, fonds de dotation, institutions spécialisées) sont aussi mobilisées et mentionnent les ODD comme cap de leurs actions. En termes géographiques, les pays nordiques font figure de pionniers. Les investisseurs néerlandais, suédois, danois ou allemands sont fortement mobilisés (entre 60 et 80% d'entre eux sont mobilisés).

Les Français ne sont pas en reste avec 67 % des investisseurs institutionnels signataires des PRI sensibilisés. Ces derniers sont d’ailleurs les plus mobilisés au sein du réseau francophone des PRI (52 membres dont des Suisses, Luxembourgeois, Belges, Canadiens ou Marocains). Pour la Caisse des dépôts (dont Novethic est une filiale), "les ODD sont devenus un cap en termes de stratégie globale", indique Héléna Charrier, la directrice des projets d’investissement du Groupe.

Une mesure de contribution encore complexe

Parmi les 17 ODD, les priorités des investisseurs du panel sont largement focalisées sur la lutte contre le changement climatique. Au titre de leurs actions, ils mentionnent : l’exclusion du charbon thermique ou des sables bitumineux, l’engagement au sein de coalitions climatique (IIGCC) ou l’investissement dans les énergies renouvelables. Autres ODD favoris : le travail décent et la croissance économique (ODD 8), la ville durable (ODD11) et la santé (ODD3), pour lequel les institutions mentionnent notamment l’exclusion de l’industrie du tabac et du cannabis.

Roue ODD fr

Les ODD considérés comme prioritaires par les investisseurs institutionnels européens signataires des PRI (étude Novethic)

Pour autant, si près des deux tiers des institutions européennes sensibilisées aux ODD déclarent les utiliser comme un guide pour leurs investissements, peu d’entre eux fournissent des détails. Quant aux indicateurs d’impact de leurs investissements par rapport aux ODD, ils restent rares et permettent peu de comparabilité. Ainsi, pour Michèle Lacroix, responsable de la politique d’investissement du réassureur Scor, les ODD "présentent un intérêt" mais restent encore peu opérationnels.

Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Siege Banque Mondiale Washington WorldBank

Allègement de la dette des pays pauvres contre investissements verts : l'idée venue du FMI et de la Banque Mondiale

Les pays à faibles revenus se retrouvent pris en étau d’une dette trop élevée et de la nécessité de réaliser des investissements verts pour assurer l’avenir de leur pays. La Banque Mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont monté un groupe de travail pour tenter d’apporter une réponse...

Emissions CO2 Olivier Moal

43 grandes banques s’allient pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050

Les banques sont souvent pointées du doigt pour leurs financements à des projets qui ne vont pas dans le sens de la transition énergétique. Celles-ci sont bien décidées à donner des gages en lançant une initiative pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Les assureurs préparent une annonce...

European Commission CCO

Taxonomie européenne sur les activités vertes : pourquoi tout le monde en parle

La Commission européenne doit publier les détails de la taxonomie des activités vertes. Ces décrets d’application, dits actes délégués, permettront de définir ce qu’est, en Europe, une activité contribuant à l’atténuation du réchauffement climatique. Les milieux d’affaires sont en train de s'emparer...

Declin energies fossiles

Une coalition de sept pays européens veut supprimer tout soutien pour les énergies fossiles à l'export

Sept pays européens veulent interdire le soutien public aux projets liés aux énergies fossiles. France, Allemagne, Royaume-Uni, Danemark, Espagne, Pays-Bas et Suède lancent la coalition "Export Finance for Future" dans laquelle ils s’engagent à refuser les garanties publiques pour les projets...