Publié le 30 juillet 2019

FINANCE DURABLE

La Banque européenne d’investissement tourne le dos aux énergies fossiles

La Commission européenne a déjà publié une stratégie climat ambitieuse. La Banque européenne d’investissement, son outil financier de mise en œuvre de sa politique, s’y met à son tour en décidant de ne plus financer les projets liés aux énergies fossiles. Une petite révolution pour la BEI, souvent pointée du doigt par les ONG. Sa nouvelle stratégie doit cependant encore être validée par les États membres, à partir de septembre.

Banque européenne d'investissement @EIB
La Banque Européenne d'Investissement, basée à Luxembourg, veut arrêter d'octroyer des prêts au secteur des énergies fossiles.
@EIB

C’est un changement d’ampleur qu’envisage la Banque européenne d’investissement (BEI). Elle souhaite aligner l’octroi de ses prêts avec les objectifs de l’accord de Paris. Pour cela, dans sa nouvelle stratégie pour l’énergie publiée le 26 juillet, la BEI déclare vouloir arrêter tous les financements aux énergies fossiles d’ici fin 2020. Une annonce qui s'inscrit dans l'engagement climatique européen avec le plan finance durable de mars 2018, la stratégie climat début 2019, et la publication d’une classification des activités favorables à la transition écologique en juin dernier. 

La décision est le fruit d'un processus de concertation auprès des parties prenantes de la BEI (ONG, citoyens, entreprises, etc.) mis en place depuis le mois de janvier. Ce sont eux qui ont fait remonter la nécessité de mieux prendre en compte le réchauffement climatique dans son activité. Début juillet, les Amis de la Terre dénonçaient les 7,9 milliards d’euros les prêts octroyés entre 2015 et 2018 au secteur des énergies fossiles, soit 21 % du total des prêts de la banque.

Prise de conscience de la BEI

Les dirigeants de l’institution luxembourgeoise semblent donc avoir pris en compte ces critiques. "Bien qu’elle comprenne totalement le rôle que les énergies fossiles continueront de jouer dans les systèmes énergétiques européens pour au moins la prochaine décennie, la banque fournit une plus grande additionnalité* en se concentrant sur les défis et les besoins d’investissement de plus long terme du secteur de l’énergie", écrivent-ils dans leur rapport.

La BEI prévoit d’agir dans quatre directions pour lutter contre le réchauffement climatique : l’efficacité énergétique, notamment dans le secteur de l’immobilier résidentiel ; le renforcement des énergies renouvelables pour atteindre l’objectif de 2030 (27 % de renouvelable dans la consommation) ; l’investissement dans les nouvelles technologies bas carbone ; et le développement des infrastructures énergétiques. Pour parer aux critiques des États fortement dépendants des énergies fossiles, les dirigeants de la BEI veulent également mettre en place un programme d’aide à la transition ("Energy Transition Package").

Cette nouvelle stratégie a été bien accueillie par les ONG, qui attendent depuis longtemps que l’organe de financement européen aligne sa stratégie de prêt à l’économie sur un objectif de 1,5 degré. Elles restent toutefois en alerte. Le document publié par la BEI doit encore être validé par les États membre de l’Union européenne, tous actionnaires de la banque. Ils se réunissent pour en discuter à partir du 10 septembre prochain.

Les ONG aux aguets

Tout se jouera à ce moment-là et les ONG commencent déjà à mettre la pression sur les États. Notamment sur la France, l’un des principaux actionnaires. L’idée de transformer la BEI en une banque européenne du climat, reprise en partie par Ursula von der Leyen, la prochaine présidente de la Commission européenne, est portée en effet par Emmanuel Macron. 

Les Amis de la Terre se tiennent aux aguets pour vérifier si les positions pro-climat de la France sont bien sincères. "Si oui, le gouvernement doit soutenir publiquement la fin du soutien aux énergies fossiles de la banque publique, assure Cécile Marchand, chargée de campagne climat et acteurs publics des Amis de la Terre. Ce sera le crash test. Nous attendons des réponses claires de la part de Bruno Le Maire (ministre des Finances et membre du Conseil des gouverneurs de la BEI) sur cette question."

Arnaud Dumas @ADumas5

*L'additionnalité est la valeur additionnelle apportée par l'investissement public aux financements privés. 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

La grande bataille de la taxonomie européenne des activités durables commence

Les membres du groupe d’experts techniques créé par la Commission Européenne, dévoilent le fruit d’un an de travail intense : une proposition de référentiel d’activités durables pour l’Europe. Colonne vertébrale du plan d’action pour la finance durable, elle doit permettre de créer un...

[Europe] L’Union européenne, moteur puissant pour le développement de la finance durable

Au crédit des institutions européennes, il faut porter l’incroyable impulsion donnée à la finance durable. En moins de trois ans, celle-ci est devenue un axe majeur de la politique de la Commission sur les marchés financiers. Elle est susceptible de transformer l’économie européenne, à...

L’Union européenne incapable de s’accorder sur un objectif de neutralité carbone en 2050

Quatre États, face à 24, ont réussi à bloquer les discussions. Réunis en Conseil européen jeudi 20 et vendredi 21 juin, les pays membres de l’Union européenne n’ont pas réussi à s’accorder sur un objectif de neutralité carbone en 2050, conformément à ce qui est inscrit dans l’Accord de...

[Europe] Climat, énergie... l’Union européenne fixe le cap mais peine à tenir ses ambitions

Objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, marché carbone… L’Union européenne met en place depuis plus de dix ans des réglementations visant à inciter les États-membres à prendre en compte le réchauffement climatique. À quelques semaines des élections européennes,...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

City de Londres FreeImages @SimonRogers

[Brexit] La finance britannique part à la conquête du monde avec un étendard vert

La City de Londres voit déjà l’après Brexit. Le secteur financier britannique affûte ses arguments pour continuer d’attirer les capitaux étrangers, notamment asiatiques. Au nombre de ces arguments, la finance durable figure en bonne place. Et si l’Union européenne prend son temps pour s’accorder sur...

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

À la place des green bonds, Enel priorise l’émission de SDG bonds, dédiés à l'atteinte des Objectifs de développement durable

Début septembre, le groupe énergétique italien Enel émettait le premier SDG bond, soit la première obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD). Un moyen de financement qui, après et avec les green bonds, pourrait prendre de l’ampleur dans les prochaines...

Unicredit banque

[Décryptage] Financiariser la finance supprime des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur bancaire

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire a supprimé 44 000 emplois. Un mouvement qui se fait à la faveur d’une banque sans humain. Mais, s’affranchissant de leurs ressources humaines, les banques se mettent en risque. Les algorithmes gérant à la nanoseconde des portefeuilles ne gèrent pas...

Epargne pxhere com

[Indicateur Novethic] L’offre de fonds durables explose mais gare au manque de clarté

L’offre de fonds durables grandit. L’indicateur Novethic recense 531 fonds au 30 juin 2019, totalisant 185 milliards d’euros d’encours en augmentation de 27 %. Cette progression suit la demande toujours plus forte pour des produits responsables. Mais elle s’accompagne également d’un foisonnement...