Publié le 02 juin 2017

ENTREPRISES RESPONSABLES

La lutte contre le changement climatique, une question de survie pour les entreprises

Donald Trump a tranché : les États-Unis sortiront de l’Accord de Paris. Mais dans la sphère économique, des entreprises et investisseurs montent au créneau, insistant sur l’importance de suivre l’objectif de limitation de la hausse de la température globale à moins de 2°C d’ici la fin du siècle. Rien de philanthropique dans une telle position mais bien un calcul économique.


istock

"La décision de quitter l’Accord de Paris est mauvaise pour notre planète. Apple est engagée dans la lutte contre le changement climatique et nous ne vacillerons pas". Le tweet est signé Tim Cook, le patronde la marque à la Pomme, et a été publié quelques heures après l’annonce du président américain.

Comme lui, plusieurs dirigeants d’entreprises, de tous secteurs, y compris et même surtout, des énergies -fossiles et renouvelables - ont exprimé leur désaccord avec la stratégie de Donal Trump. La Business Rountable, qui réunit les grands patrons américains, a souligné les conséquences "potentiellement graves et entendues" du changement climatique.

Lutter contre le changement climatique, un atout pour les entreprises et l'économie américaine

Certes, toutes les entreprises ne sont pas au diapason. La puissante Chambre de commerce américaine et de nombreuses petites entreprises du pays ont salué la décision de Donald Trump y voyant une façon d’échapper à de nouvelles contraintes. Mais pour combien de temps ? Car la prise de position des grandes entreprises en faveur de l’Accord de Paris n’a pas grand chose à voir avec une position morale. Elle est surtout guidée par des considérations économiques.

Il n’y a qu’à voir ce que les patrons de Facebook, Unilever, Salesforce, Gap, Schneider Electric et autres Google écrivent dans une lettre adressée à Donald Trump, quelques heures avant l’annonce de sa décision. "La participation des États-Unis à l’Accord bénéficie aux entreprises et à l’économie américaine de multiples façons", écrivent-ils, précisant qu’ils continueront, quoi qu’ils adviennent, à poursuivre leurs efforts en matière de réductions de leurs émissions de gaz à effet de serre.

 

Les entreprises en première ligne du changement climatique

Ils l’expliquent très bien : le changement climatique présente à la fois de nombreux risques pour les entreprises mais aussi de nombreuses opportunités si elles décident de le combattre avec des mesures fortes de réduction de la consommation énergétique, de développement des énergies renouvelables ou de création de nouveaux produits et services par exemple.

Le mouvement mondial de lutte contre le changement climatique, avec la multiplication des réglementations environnementales, renchérira le coût des activités polluantes et rendra à terme, les entreprises qui n’auront pas pris les mesures nécessaires, plus vulnérables.

Ce, sans compter, que les entreprises sont en première ligne face aux effets des dérèglements climatiques. La multiplication des sécheresses, des cyclones et des inondations induits par le changement climatique en cours rendra leur approvisionnement en eau et en matières premières (notamment agricoles) de plus en plus difficile. Tout comme en produits manufacturés car, comme on l’a déjà vu en Thaïlande en 2011, de graves inondations peuvent paralyser tout un secteur de l’économie (l’automobile et l’électronique) par la mise à l’arrêt d’entreprises sous-traitantes.

En éludant la question climatique, les entreprises prennent un risque financier considérable. A +4°C, le monde ne sera plus assurable, avait ainsi avertit l’ancien PDG d’Axa, le numéro 1 mondial de l’assurance, Henri de Castries, lors de la COP21.  

La transition énergétique source d'opportunités

A l’inverse, comme le soulignent les patrons américains dans leur lettre, la lutte contre le changement climatique est source de création d’emplois, de nouveaux marchés et de croissance. Un récent rapport de l’IRENA, l’agence internationale sur les énergies renouvelables montre qu’en 2016 ces dernières représentaient 9,8 millions d’emplois dans le monde. Aux États-Unis, ce sont 777 000 Américains qui travaillent dans le secteur contre…160 119 dans le charbon.

Le secteur des énergies renouvelables ne serait cependant pas le seul gagnant : le PIB des pays du G20 gagnerait 2,8 % supplémentaires à l’horizon 2050 grâce à des politiques climatiques cohérentes avec l’Accord de Paris, selon l’OCDE.

Les pétroliers eux mêmes comment à s'engager en faveur de l'Accord de Paris car ils ont compris que l'avenir est à la diversification: beaucoup comme Total ont investi dans les énergies renouvelables, mais l'ensemble mise surtout sur le gaz, moins émetteur d'émissions de gaz à effet de serre que le pétrole et le charbon et considéré comme une "énergie de transition".  

De toutes ces données, l’essentiel à retenir est que l’engagement des entreprises dans la lutte contre le changement climatique et la transition énergétique n’est plus une option mais bien une question de survie.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Accord de Paris : le secteur privé américain continuera le combat pour le climat contre Donald Trump

Comme attendu, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l’Accord de Paris obtenu en 2015 lors de la COP21. Mais cette décision, censée protéger l’économie et les emplois selon la Maison Blanche, est loin d’être alignée sur la conviction des entreprises et investisseurs américains. Ces...

[Infographie] Après le retrait des États-Unis, qui est dans l’Accord de Paris ?

À ce jour, 147 parties ont ratifié l’Accord de Paris qui vise à limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés, voire 1,5 degré, d'ici la fin du siècle. Ces pays représentent 83 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais, le 1er juin, l'annonce par Donald Trump du retrait...

Les actionnaires d’Exxon défient Trump et votent pour le climat

Lors de l’Assemblée générale du premier pétrolier américain, les actionnaires ont adopté la résolution 12 qui impose à l’entreprise de proposer une stratégie compatible avec un réchauffement climatique inférieur à 2°C. Si la Direction d’Exxon s’y est opposée, les grands gestionnaires...

Accord de Paris : le retrait des États-Unis est imminent

Si Donald Trump laisse planer le suspense sur son retrait de l’Accord de Paris, la presse américaine assure que la décision est déjà prise. Face à cette imminence, les autres puissances, l’ONU et les investisseurs rappellent que les États-Unis vont s’isoler et se retrouver à la remorque...

Le G7 ne parvient pas à aligner Donald Trump sur l'urgence climatique

Pour la première fois de son histoire, les dirigeants du G7 se sont séparés sans s’entendre sur le climat. Les États-Unis de Donald Trump font bande à part, même si Emmanuel Macron estime qu’il y a eu un progrès et de vrais échanges.

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

La France compte plus de 200 entreprises à mission, employant 500 000 salariés

Si elles ne sont encore qu’une toute petite poignée, le nombre d’entreprises ayant adopté le statut de société à mission croît rapidement. Elles sont désormais 200 entités, allant de la microentreprise au très grand groupe, et comptent plus d’un demi-million de salariés. De quoi montrer l’exemple et...

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

Découvrez sept raisons d’être qui ont vraiment du sens

De plus en plus d’entreprises adoptent une raison d’être. Ce dispositif de la loi Pacte doit être un mantra de la structure sur son rôle dans la société, au-delà de ses seuls impératifs économiques. Si beaucoup sonnent creux, d’autres, issues de concertations globales avec les équipes, ont un sens...

Biodiversite nature renard Xeppo

Donner une valeur à la nature, le défi à relever pour les entreprises

Et si les services rendus par la nature ou les impacts des entreprises sur l’environnement étaient intégrés dans les comptes des entreprises ? Des méthodologies de comptabilité multi-capitaux, prenant en compte le financier, l’environnement et l’humain, ont vu le jour pour pousser les entreprises à...

Camif bannit produits hors union europeenne

Pour être plus responsable, Camif retire de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l’Union européenne

C'est un changement radical pour Camif. Le distributeur de meubles et d'appareils électroménagers a banni de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l'Union européenne. L'entreprise mise sur le local et le durable quitte à ce que cette décision plombe à court terme son bilan. Une...