Publié le 18 novembre 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

B corp veut consolider son implantation en France

Cinq ans après son arrivée en France, B lab, l’association qui labellise les B corp, crée un bureau dans l’Hexagone. À l’heure de la loi Pacte et des réflexions sur le rôle de l’entreprise dans la société, celle-ci mise sur le marché français pour développer l’économie à impact qu’elle promeut. À l’image de Nature et Découvertes, des laboratoires Expanscience, Innocent ou Les 2 vaches (Danone), plus d’une centaine d’entreprises françaises, de différentes tailles, sont aujourd’hui labellisées B Corp.

B corp montagne
B Lab, l'association qui labellise les B corp, vient d'ouvrir un bureau en France. Objectif : développer le marché hexagonal, prometteur.
@Bcorp

Novembre 2019, la barre de la centaine d’entreprises françaises labellisées B Corp vient d’être franchie. Le chiffre, symbolique, est annoncé fièrement à l’occasion du lancement officielle de la branche française de l’association initiatrice et labellisatrice de "ces entreprises qui ne veulent pas être les meilleures du monde mais les meilleures pour le monde".

La France, l’un des premiers pays européens en termes de labellisation

L’objectif de B Lab est clair : "accélérer la transition vers une économie à impact environnemental et sociétal positif" en réconciliant le but lucratif de l’entreprise et l’intérêt collectif. A cet égard, la France apparaît comme une terre d’élection naturelle. "Il y a une conjonction d’éléments qui pousse les entreprises françaises à se remettre en question sur leur façon d’opérer : les réglementations comme la loi Pacte ou anti-gaspillage mais aussi la jeunesse qui se mobilise sur le climat et plus spécifiquement sur la transition écologique des entreprises comme le montre le Réveil écologique", souligne ainsi le tout nouveau directeur général de B Lab France, Augustin Boulot, venu des rangs d’En marche.

De fait, en 2019, le label a connu une croissance record sur le territoire. Une trentaine d’entreprises, sur la centaine labellisée (600 en Europe) l’a été cette année. Et plus de 1 500 entreprises françaises ont fait la démarche d’évaluation gratuite proposée par B Lab en 2019 (le BIA), sur les 2 400 qui l’ont réalisée depuis cinq ans.

Une B Academy et un outil sur les ODD en collaboration avec le Global Compact

Pour renforcer la communauté, B Lab prévoit plusieurs actions de développement. Au niveau français, le lancement d’une B Academy est annoncé en partenariat avec Campus responsables, avec l’engagement de professeurs d’écoles de commerce, de management ou d’ingénieurs (Science Po, l’ESSEC, l’école des Ponts, l’INSEAD, Kedge, Audencia…).

D’autres rapprochements pourraient voir le jour avec des collectivités territoriales. Et le bureau français entend bien peser sur les décisions et actions prises au niveau européen et global de B corp. Deux initiatives internationales sont particulièrement attendues : des plans Zéro Carbone Net à horizon 2030 par les entreprises certifiées B Corp et le lancement, début 2020, d’un outil gratuit élaboré avec le Global Compact pour évaluer sa contribution et ses progrès par rapport aux 17 Objectifs de Développement Durable.

S’imposer sur le territoire français

Le label a cependant encore du chemin à faire pour s’imposer en France. En termes de notoriété d’abord, auprès des entreprises, des investisseurs, des pouvoirs publics et des consommateurs. Mais aussi pour faire oublier ses origines américaines qui font tiquer certains patrons comme Antoine Frérot de Véolia ou Pascal Demurger de la Maif, qui prônent tous deux, avec l’oreille du gouvernement, un label européen.

Présent lors de la soirée de lancement, le Haut commissaire à l’Economie sociale et solidaire, Christophe Itier, a toutefois joué une fois de plus le rôle de rassembleur, en soulignant l’intérêt du côté "international" du label et sa complémentarité avec les autres initiatives. "Nous sommes à un tournant, où il est nécessaire de multiplier les leviers de l’engagement pour permettre à chacun de trouver sa place. Il n’y pas d’opposition, j’y vois plutôt un système de vases communicants", a tenu à préciser celui qui a lancé l’initiative 10%.

Celle-ci tente de regrouper les différentes communautés de l’économie positive, foisonnantes. "Face à l'urgence du changement, l'heure n'est pas aux querelles de chapelle", souligne Augustin Boulot. Avec les sociétés à mission et autres réseaux, "B corp est un mouvement de coalition et d’ouverture dont les membres partagent la même réflexion sur le rôle de l’entreprise et la transformation durable en cours en France", a assuré de son côté Helle Liautaud, la présidente de B Lab France. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Neutralité carbone, échanges d'émissions, alignement sur 1,5°C... Les entreprises attendent de la visibilité à la COP25

La COP25, qui se tient à Madrid du 2 au 13 décembre, est technique. Celle-ci doit préparer la relève générale de l’ambition des pays participants, ainsi qu’à la définition des mécanismes de coopération internationale volontaire. Les entreprises scrutent de près les discussions en cours car elles...

Nutriscore RSE

Le "nutri-score de la RSE", défendu par les socialistes, ne convainc pas le gouvernement

Les députés socialistes et apparentés ont déposé une proposition de loi portant sur la création d’une certification publique des performances sociales et environnementales des entreprises. Celle-ci entend créer un système de notation proche du nutri-score des produits alimentaires. Mais le...

Hackathon generation starteupeuses

Avec le club Génération Startupeuse, les startups aussi s’emparent des objectifs de développement durable

Beaucoup de startups veulent changer le monde. Mais bien peu mesurent leur contribution à ce stade de leur développement. Le club Génération startupeuse, qui incube des femmes entrepreneures, a tenté de relever le défi en faisant travailler 12 de ses membres sur les objectifs de développement...

Remuneration istock PrettyVectors jpeg

La rémunération des dirigeants, de plus en plus basée sur des critères extra-financiers, reflète une entreprise qui change

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est de plus en plus prise en compte dans la rémunération des dirigeants des sociétés cotées, selon une étude du cabinet Deloitte. C’est vrai pour la France, mais aussi ailleurs dans le monde. Cela prouve l’ancrage des questions environnementales et...