Publié le 28 août 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Après avoir détruit un site aborigène historique, Rio Tinto coupe les bonus de ses dirigeants

Rio Tinto fait son mea culpa pour la destruction, en mai dernier, d’un site aborigène vieux de 46 000 ans dans l’ouest australien. Le conseil d’administration a décidé de sanctionner trois dirigeants, dont Jean-Sébastien Jacques, le directeur général du groupe, en supprimant leurs bonus. Une sanction que certains investisseurs trouvent bien légère.

RioTinto Pilbara Australie
En étendant une mine de fer dans la région de Pilbara en Australie, Rio Tinto a détruit un site aborigène à haute valeur historique et culturelle.
@Rio Tinto

Trois hauts dirigeants de Rio Tinto devront s’asseoir sur leurs bonus, cette année. Le géant minier a en effet causé la destruction de grottes dans les Juukan Gorges, en Australie, dans lesquelles se trouvait un patrimoine aborigène vieux de près de 46 000 ans. Par mesure de sanction, le conseil d’administration de Rio Tinto a décidé de supprimer pour près de quatre millions de dollars de bonus à Jean-Sébastien Jacques, le directeur général du groupe, Chris Salisbury, le directeur général en charge de l’activité minerais de fer, et Simone Niven, responsable de la communication.

Les faits remontent à la fin du mois de mai dernier. Rio Tinto a fait détonner plusieurs charges d’explosifs afin d’étendre sa mine de fer située dans la région de Pilbara, dans l’ouest australien. L'objectif était de mettre à jour un gisement d’une valeur de 135 millions de dollars. La destruction des sites aborigènes a aussitôt provoqué l’indignation dans la population australienne, obligeant les dirigeants de Rio Tinto à s’expliquer sur leur décision. L’entreprise anglo-australienne a d’abord fait valoir l’autorisation que lui avait donnée le gouvernement pour étendre sa mine. Cela n’a pas suffi à la dédouaner.

Revue interne par le conseil

L’entreprise connaissait en effet la valeur archéologique du site, un rapport qu’elle avait commandé l’avait souligné dès 2018. Les dirigeants ont déclaré ne pas l’avoir lu et appris l’intérêt historique et culturel des grottes qu’après leur destruction… Face au tollé général, le conseil d’administration a décidé de mener une revue interne sur les causes de la décision. Celle-ci a conclu qu'"aucun individu ou aucune erreur seule n’était responsable de la destruction des grottes de Juukan, mais il y a eu de nombreuses occasions manquées, pendant près d’une décennie, et l’entreprise n’a pas réussi à défendre l’une des valeurs fondamentales de Rio Tinto, le respect des communautés locales et de leur patrimoine".

Le conseil ne met donc personne en cause directement, et ne prévoit a priori aucun licenciement. Il sanctionne cependant les trois dirigeants du groupe qui, selon lui, ont la responsabilité ultime de la gestion du patrimoine culturel. Ils ont donc fauté par omission… La suppression des bonus pour une raison liée au patrimoine historique des communautés locales est plutôt rare.

Mais la réaction de l’entreprise a paru bien légère, notamment pour les investisseurs qui demandaient à Rio Tinto de prendre ses responsabilités. Louise Davidson, la directrice générale de l’ACSI, l’association des fonds de pension australiens (Australian Council of Superannuation Investors), regrette que la revue des processus de décisions n’ait pas été faite par un tiers indépendant. Cela aurait permis aux investisseurs d’être plus certains de la bonne proportionnalité des sanctions.

"La destruction des grottes a engendré une perte culturelle dévastatrice", regrette-elle. Elle s’inquiète également du risque que cela entraîne pour les investisseurs dans Rio Tinto. "Cela fait peser un risque sur la relation de Rio Tinto avec ses parties prenantes clés et sur sa licence sociale pour opérer", souligne-t-elle.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Après Rio Tinto, BHP autorisé à détruire des sites aborigènes historiques en Australie

Le géant minier BHP vient de recevoir l'autorisation de détruire 40 sites aborigènes pour étendre une mine de fer dans l’État d’Australie-occidentale. Une annonce qui survient quelques jours seulement après la destruction de deux grottes aborigènes vieilles de 46 000 ans par l'autre géant...

Le géant minier Rio Tinto vend sa dernière mine de charbon

Le géant minier anglo-australien Rio Tinto a confirmé son désengagement du secteur du charbon avec l'annonce mardi 27 mars d'un accord pour céder le contrôle d'une mine de charbon en Australie pour 2,25 milliards de dollars.

 

 

La leçon de management responsable d'Abigail Disney face aux bonus des dirigeants du groupe

La crise du Coronavirus n’est pas une excuse pour Abigail Disney. Dans une longue série de tweets, elle s’emporte contre la direction du groupe fondé par son grand-oncle, Walt Disney, qui a décidé de se séparer de 100 000 salariés pour faire face à sa perte d’activité, tout en se réservant...

La rémunération des dirigeants, de plus en plus basée sur des critères extra-financiers, reflète une entreprise qui change

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est de plus en plus prise en compte dans la rémunération des dirigeants des sociétés cotées, selon une étude du cabinet Deloitte. C’est vrai pour la France, mais aussi ailleurs dans le monde. Cela prouve l’ancrage des questions...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

Devoir de vigilance : les entreprises sont de plus en plus poursuivies en justice par des ONG

La France a été le premier pays de l'Union européenne à se doter d'une loi sur le devoir de vigilance obligeant les multinationales à prendre en compte leurs impacts environnementaux et sociaux sur l'ensemble de leurs chaînes de valeur. Deux ans après, onze procédures ont été lancées contre Casino,...

Reporting alphaspirit

Reporting ESG : la France veut faire preuve d’exemplarité au risque de la complexité

Comment traduire la loi Pacte en pratiques environnementales et sociales homogènes des entreprises pour démontrer l’excellence française ? Comment imposer par la loi de nouvelles obligations de reporting sur le climat et la biodiversité aux investisseurs ? Le gouvernement accélère pour rendre plus...

Olivia Gregoire secretaire d E tat Bercy Clarisse Gallois Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le gouvernement lance Impact, une plateforme pour enseigner aux entreprises le reporting extra-financier

Faire des rapports sur des données financières, c’est facile pour une entreprise. Mais reporter son impact environnemental, être transparent sur ses vertus sociales ou mesurer sa gouvernance, un casse-tête pour des milliers de PME qui devront pourtant se prêter à l’exercice dès 2023 selon le droit...

Les écarts salariaux dans les grands groupes deviennent un risque RSE surveillé par les actionnaires

Les rémunérations ahurissantes des dirigeants de grands groupes cotées ne passent plus. Aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, les votes contre les rémunérations se sont enchaînés comme jamais lors des premières assemblées générales qui se sont tenues en 2021. En pleine crise sanitaire, quand ces...