Publié le 12 mars 2021

ÉCONOMIE

Les eurodéputés votent en faveur d'une taxe carbone aux frontières de l'Europe

Comment concilier hausse des exigences climatiques et compétitivité ? Les eurodéputés ont voté, le 10 mars, en faveur d'une taxe aux frontières pour les produits issus des pays dont les normes environnementales sont moins ambitieuses. En contrepartie, les quotas de droits à polluer alloués gratuitement au sein de l'Union européenne devraient être supprimés.

Commission européenne drapeaux européens lobbying transparency international stevenallan istock
Parmi toutes les pistes proposées pour la mise en place de la taxe aux frontières, la Commission doit trancher en juin.
stevenallan istock

Alors que l’Union européenne a réhaussé ses ambitions climatiques et s’est engagée à réduire de 55 % ses émissions de CO2 d'ici à 2050, l’enjeu est parallèlement d’améliorer l’empreinte carbone du continent en verdissant ses importations. Les eurodéputés se sont prononcés le 10 mars en faveur d'une "taxe carbone" pénalisant les importations de produits issus de pays aux normes climatiques moins strictes. Le mécanisme devrait entrer en vigueur d'ici 2023.

La proposition d'un "ajustement des émissions de carbone" aux frontières vise également à éviter les délocalisations des activités industrielles de l'UE vers des pays tiers moins regardants et moins ambitieux en matière de politiques environnementales. 

Plusieurs pistes sont évoquées

La question est aujourd'hui de déterminer comment mettre en place cette taxe. Plusieurs pistes sont évoquées et la Commission européenne tranchera d’ici juin. La proposition sera ensuite soumise aux États membres et aux parlementaires. Pour l’eurodéputé vert Yannick Jadot, rapporteur du texte, “une taxe sur la consommation sans contrepartie sociale serait malvenue. Il y a aussi l’idée d’un droit de douane, ce qui serait plus simple à comprendre pour l’opinion publique mais il faut l’unanimité” des Vingt-Sept. 

Selon lui, la piste la plus probable et celle de la mise en place d'un quota d’émissions, c’est-à-dire de droits à polluer. L’entreprise exportatrice devrait prouver l'impact carbone de sa production et si celle-ci est supérieure au standard européen, elle devrait acquérir un quota. L’Union européenne pourrait fixer un niveau maximal d’émissions carbone liées à ses importations – qui se traduirait par un nombre limité de quotas mis en vente. Quant au prix de ces quotas, ils seraient équivalents à ceux du marché du carbone déjà existants au sein de l’UE, pour respecter les règles de non-discrimination de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Parallèlement, la vente des quotas constituerait une nouvelle source de revenus pour le budget de l’UE puisque ce mécanisme pourrait générer entre 5 et 14 milliards d’euros par an. Bien que ce soit "d’abord un outil au profit d’une politique climatique", précise cependant Yannick Jadot. Cet instrument permettra notamment de "financer notre plan de relance, ajoute l’eurodéputée Valérie Hayer (Renew, libéraux). Mais ce n’est pas un mécanisme protectionniste".

Suppression des quotas d'émissions gratuits 

Cette taxation aux frontières bouleversera aussi le marché intérieur du carbone. Le texte prévoit la suppression rapide des quotas d’émission gratuits distribués au sein de l’UE. Ceux-ci permettaient en effet aux entreprises des secteurs les plus polluants (sidérurgie, bâtiment, chimie…) de rester compétitives face aux importations. “Les industriels ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent du beurre” et ces quotas gratuits sont “une faille qui protège une vaste majorité des secteurs gros émetteurs de carbone”, souligne Doreen Fedrigo, de l’ONG Climate Action Network (CAN).

Mais certains eurodéputés s’inquiètent d’une transition trop rapide et d’un possible fardeau pour des entreprises devant soudainement s’acquitter d’un coût supplémentaire pour leurs émissions – même si la résolution prévoit un éventuel "rabais à l’exportation" pour les aider. "Il ne faut pas que cela fasse peser une charge disproportionnée sur les entreprises européennes, en particulier nos PME, déjà soumises à de trop nombreuses exigences administratives", observe l’eurodéputée Agnès Evren (PPE, droite pro-UE). "C’est le point le plus tendu des discussions”, admet Yannick Jadot, qui redoute l’adoption d’amendements pour édulcorer le texte et un débat difficile entre les gouvernements des Vingt-Sept.

Pauline Fricot avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...