Publié le 24 mars 2021

ÉCONOMIE

Pour les trois hivers à venir, la France va se retrouver sous tension sur le plan électrique

L’image de la France, base électrique de l’Europe et grande exportatrice vers ses voisins, a du plomb dans l’aile. D’ici 2024, le pays va manquer de marges de production sur son territoire pour répondre à la demande particulièrement en cas de vague de froid en hiver. RTE appelle à mettre en service l’EPR et les champs éoliens en mer au plus vite.

RTE met le système électrique français sous surveillance jusqu'en 2024.
@ChloeCast

Lors de la grande vague de froid en janvier dernier, le système électrique français a commencé a approché ses limites. Et à en croire RTE (Réseau de Transport Électrique), qui a présenté son bilan prévisionnel jusqu’en 2030 ; cet épisode risque de se répéter au moins jusqu’en 2024 lors de chaque hiver. En cause, on compte la crise sanitaire, les retards de l'EPR mais aussi dans le développement des énergies renouvelables.

"Le système électrique ne disposera que de marges très faibles sur la période 2021-24 et l'hiver prochain présente un risque plus élevé qu'un hiver normal", a expliqué Xavier Piechaczyk, président du gestionnaire du réseau haute tension, lors d'une conférence de presse. "Les marges sont successivement insuffisantes entre 2021 et 24, tout juste acceptables entre 2024 et 26 puis plus confortables entre 2026 et 2030", Précise-t-il.

Travaux sur le nucléaire

La vigilance pour les trois prochains hivers est la conséquence de la plus faible disponibilité du parc nucléaire à la suite de la crise du Covid-19 et du premier confinement, qui ont bousculé le planning de maintenance des réacteurs d'EDF. C'est aussi une période pour laquelle EDF avait prévu de grands travaux pour entretenir son parc nucléaire, dont la France dépend toujours à plus de 70 %.

 S'ajoutent les retards du chantier de l'EPR de Flamanville (Manche) - qui ne démarrera pas avant la fin 2022 au mieux - mais aussi dans le développement des énergies renouvelables, surtout le solaire et l'éolien en mer. RTE avait déjà exprimé sa "vigilance" pour l'hiver 2020-2021, qui s'est finalement passé sans encombre grâce à une météo clémente et à une baisse de la consommation électrique avec la crise.

Par la suite la situation devrait s’améliorer, à la condition que l'EPR en construction à Flamanville soit bien mis en service (avec 1O ans de retard) et que les parcs éoliens offshores au large des côtes françaises, attendus depuis plus d’une décennie, voient bien le jour.

Préserver Cordemais

D’ici là, RTE suggère des pistes pour "retrouver des marges": en particulier "le maintien en disponibilité ou la conversion à la biomasse de la centrale de Cordemais" (Loire-Atlantique), aujourd'hui au charbon, pendant quelques années. Cet impératif est aussi lié à la situation particulière de la Bretagne, traditionnellement plus fragile.

Dans sa volonté de moins dépendre du nucléaire, la France envisageait aussi de fermer deux réacteurs entre 2025 et 2026. Mais les conditions pour ce faire "pourront très difficilement être remplies", prévient Xavier Piechaczyk. Dans compter que pour 2030, RTE prévoit par ailleurs une hausse modérée de la consommation d'électricité, de l'ordre de 5 % par rapport à 2019. Elle sera notamment tirée par le développement des véhicules électriques mais aussi la production d'hydrogène.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...