Publié le 01 avril 2022

ÉCONOMIE

Pascal Demurger, Maif : "Pour accélérer la transition écologique des entreprises, les pouvoirs publics ont un rôle à jouer"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Les entreprises ont ainsi un rôle important à jouer pour assurer la transition écologique du pays mais, pour Pascal Demurger, directeur général de Maif, les pouvoirs publics devraient être plus incitatifs pour orienter leurs actions. Conditionnement des aides publiques, fiscalité écologique… il formule des propositions concrètes.

Photo Pascal Demurgerdgmaif
Pascal Demurger, directeur général de Maif, plaide pour une fiscalité différenciée des entreprises en fonctions de leurs externalités.
Sylvie Humbert/MAIF

Comment la puissance publique doit-elle pousser les entreprises à se transformer ?

Compte tenu de l’attente sociale forte, les entreprises sont conduites à rechercher un impact positif de leurs activités. Elles communiquent énormément sur leurs engagements mais il n’y a pas suffisamment d’actes concrets. La pression de l’opinion publique permet de faire évoluer les situations mais ce mouvement reste encore trop lent.  Donc pour accélérer les changements, les pouvoirs publics ont un rôle à jouer. Nous l’avons notamment constaté avec la loi Pacte qui a contribué à faire évoluer les gouvernances au sein des entreprises. De la même façon, des changements de politiques économiques au niveau de l’État pourraient encourager certains mouvements.

Quelles mesures pourraient faciliter un plus grand engagement de la part des entreprises ?

Il faut modifier la fiscalité car elle n'incite pas assez les entreprises à prendre une voie durable. Aujourd’hui, l’impôt sur les sociétés repose uniquement sur les bénéfices des entreprises. Il prend en compte uniquement la richesse produite. Par exemple, certaines entreprises qui polluent ou délocalisent tout ou partie de leurs activités ne sont pas fiscalement pénalisées. Pourtant ces comportements ont un coût à la fois sur l’environnement, la santé ou encore la société puisque cela détruit des emplois. À l’inverse, des entreprises qui se transforment pour réduire leurs impacts sur l’environnement ou pour rapatrier certains appareils productifs par exemple ne sont pas, ou pas assez, encouragées à le faire. Résultat, qu’elles soient positives ou négatives, les externalités ne sont nullement prises en compte.

Mais comment réformer la fiscalité en ce sens, il n’y a pas de mesures objectives des externalités sur lesquelles baser de nouvelles taxes ?

Des référentiels et des outils de mesure de plus en plus performantes émergent au niveau européen. Nous aurons une vision de plus en plus précise des impacts des entreprises sur les écosystèmes. Ainsi, une fiscalité différenciée basée sur des mesures objectives est envisageable. En conséquence, une entreprise qui délocaliserait et provoquerait des externalités négatives serait pénalisée. À l’inverse, une société devenant plus durable serait récompensée. Un tel dispositif aurait le mérite de rétablir une forme d'équité.

Vous plaidez aussi pour un conditionnement des dispositifs publics ?

Oui, à commencer par une réforme des aides accordées aux entreprises. Aujourd’hui les subventions ne sont pas conditionnées par des critères environnementaux ou sociaux. Au total, 150 milliards d’euros sont versés chaque année y compris aux sociétés polluantes ou destructrices d’emplois, ce qui est choquant.

Il faut également assurer un meilleur fléchage de la commande publique. Ces dépenses représentent 8 % du PIB, ce qui constitue un puissant levier d’action. Un acheteur public peut aujourd’hui intégrer des critères environnementaux mais le critère de choix final d’un sous-traitant restera le prix avec une obligation de choisir le moins cher même si c’est le moins-disant sur des critères environnementaux ou sociaux.

Quelles sont les réactions des candidats à vos propositions ? 

Bonnes, et pas seulement du côté des écologistes ! Des patrons du CAC 40 soutiennent aussi ce socle de mesures qui concilient les exigences de performance des entreprises aux contraintes budgétaires de l’État.

Mathilde Golla, @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...