Publié le 01 avril 2022

ÉCONOMIE

Pascal Demurger, Maif : "Pour accélérer la transition écologique des entreprises, les pouvoirs publics ont un rôle à jouer"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Les entreprises ont ainsi un rôle important à jouer pour assurer la transition écologique du pays mais, pour Pascal Demurger, directeur général de Maif, les pouvoirs publics devraient être plus incitatifs pour orienter leurs actions. Conditionnement des aides publiques, fiscalité écologique… il formule des propositions concrètes.

Photo Pascal Demurgerdgmaif
Pascal Demurger, directeur général de Maif, plaide pour une fiscalité différenciée des entreprises en fonctions de leurs externalités.
Sylvie Humbert/MAIF

Comment la puissance publique doit-elle pousser les entreprises à se transformer ?

Compte tenu de l’attente sociale forte, les entreprises sont conduites à rechercher un impact positif de leurs activités. Elles communiquent énormément sur leurs engagements mais il n’y a pas suffisamment d’actes concrets. La pression de l’opinion publique permet de faire évoluer les situations mais ce mouvement reste encore trop lent.  Donc pour accélérer les changements, les pouvoirs publics ont un rôle à jouer. Nous l’avons notamment constaté avec la loi Pacte qui a contribué à faire évoluer les gouvernances au sein des entreprises. De la même façon, des changements de politiques économiques au niveau de l’État pourraient encourager certains mouvements.

Quelles mesures pourraient faciliter un plus grand engagement de la part des entreprises ?

Il faut modifier la fiscalité car elle n'incite pas assez les entreprises à prendre une voie durable. Aujourd’hui, l’impôt sur les sociétés repose uniquement sur les bénéfices des entreprises. Il prend en compte uniquement la richesse produite. Par exemple, certaines entreprises qui polluent ou délocalisent tout ou partie de leurs activités ne sont pas fiscalement pénalisées. Pourtant ces comportements ont un coût à la fois sur l’environnement, la santé ou encore la société puisque cela détruit des emplois. À l’inverse, des entreprises qui se transforment pour réduire leurs impacts sur l’environnement ou pour rapatrier certains appareils productifs par exemple ne sont pas, ou pas assez, encouragées à le faire. Résultat, qu’elles soient positives ou négatives, les externalités ne sont nullement prises en compte.

Mais comment réformer la fiscalité en ce sens, il n’y a pas de mesures objectives des externalités sur lesquelles baser de nouvelles taxes ?

Des référentiels et des outils de mesure de plus en plus performantes émergent au niveau européen. Nous aurons une vision de plus en plus précise des impacts des entreprises sur les écosystèmes. Ainsi, une fiscalité différenciée basée sur des mesures objectives est envisageable. En conséquence, une entreprise qui délocaliserait et provoquerait des externalités négatives serait pénalisée. À l’inverse, une société devenant plus durable serait récompensée. Un tel dispositif aurait le mérite de rétablir une forme d'équité.

Vous plaidez aussi pour un conditionnement des dispositifs publics ?

Oui, à commencer par une réforme des aides accordées aux entreprises. Aujourd’hui les subventions ne sont pas conditionnées par des critères environnementaux ou sociaux. Au total, 150 milliards d’euros sont versés chaque année y compris aux sociétés polluantes ou destructrices d’emplois, ce qui est choquant.

Il faut également assurer un meilleur fléchage de la commande publique. Ces dépenses représentent 8 % du PIB, ce qui constitue un puissant levier d’action. Un acheteur public peut aujourd’hui intégrer des critères environnementaux mais le critère de choix final d’un sous-traitant restera le prix avec une obligation de choisir le moins cher même si c’est le moins-disant sur des critères environnementaux ou sociaux.

Quelles sont les réactions des candidats à vos propositions ? 

Bonnes, et pas seulement du côté des écologistes ! Des patrons du CAC 40 soutiennent aussi ce socle de mesures qui concilient les exigences de performance des entreprises aux contraintes budgétaires de l’État.

Mathilde Golla, @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...