Publié le 07 octobre 2021

ÉCONOMIE

Malgré les catastrophes, les réassureurs sous-estiment gravement les risques climatiques

Selon une nouvelle enquête publiée par Standard and Poors, les réassureurs sous-estiment de 30 à 50 % leur exposition aux catastrophes climatiques. Or ces dernières vont se multiplier et s'intensifier à mesure que la planète se réchauffe. Pour l'expert Thibault Laconde, c'est tout le système de gestion des risques qu'il faut revoir pour anticiper et non pas déléguer des risques qui frapperont inévitablement.  

Inondation chine Noel Celis AFP
Des pluies torrentielles ont touché Zhengzhou, dans le centre de la Chine, le 20 juillet 2021.
Noel Celis / AFP

Nuages cracheurs de feu en Australie, dôme de chaleur en Amérique du nord, sécheresse historique à Madagascar, inondations records en France, Allemagne et Belgique… lors du premier semestre 2021, et particulièrement cet été, les évènements climatiques se sont succédés à un rythme soutenu. Malgré cette situation, selon une nouvelle note publiée par la société de notation financière Standard & Poors, trois quarts des réassureurs considèrent le changement climatique comme un facteur de moyenne importance dans leur prise de décision. 

"Notre analyse de scénario suggère que les estimations des réassureurs concernant leur exposition au risque de catastrophe naturelle -et donc au risque climatique physique- pourraient être sous-estimées de 33 % à 50 %", notent les experts de S&P. Une donnée qui pourrait elle-même être sous-estimée car dans sa méthodologie, S&P projette que la fréquence des événements extrêmes des trois dernières décennies est représentative du futur. Or le dernier rapport du Giec, le groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat, montre bien que les sécheresses, les inondations, les catastrophes naturelles en général vont s’intensifier et se multiplier dans les prochaines années à mesure que la planète se réchauffe. Et ces dernières ont un coût.

"On ne gère pas un risque quand il se réalise"

L’institut de recherche du réassureur suisse Swiss Re estime qu'au premier semestre 2021, les évènements climatiques ont causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés. L’addition est salée pour les assureurs. En Allemagne, le secteur a déjà prévenu : "Si rien n’est fait pour maintenir le réchauffement en dessous de 2°C, nous devrons arrêter l’assurance contre les risques de catastrophe naturelle". En France, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) prévoit que le coût des sinistres climatiques sera multiplié par cinq d’ici 2050, entraînant une hausse de 130 à 200 % des primes d’assurances.

"Aujourd’hui, c’est le système même de gestion des risques qu’il faut revoir", estime Thibault Laconde, ingénieur spécialiste des risques climatiques. "On est dans un système de rétrocession où une entreprise va déléguer ce risque à un assureur qui va lui-même le déléguer à un réassureur. Or, à la fin, ce sont les assurés qui payent. C’est le serpent qui se mord la queue", analyse Thibault Laconde. Pour le spécialiste, c’est en amont qu’il faut gérer le risque. "Il faudrait essayer de trouver une solution avant de se débarrasser du problème", suggère-t-il. 

L’anticipation est le maître mot. On l’a vu avec le géant américain de l’énergie, PG&E qui représente la première faillite au monde liée au changement climatique. L’énergéticien, qui, faute d’entretien de ses lignes à haute tension, a alimenté des incendies hors norme en Californie en 2019, est de nouveau accusé d’avoir déclenché un véritable brasier dans le même État l’été dernier. S’il a dévoilé un plan prévoyant d’enterrer un tiers de son réseau, la mise en place prend du temps. "On ne gère pas un risque quand il se réalise", résume Thibault Laconde. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...