Publié le 29 avril 2021

ÉCONOMIE

Les entreprises du CAC40 vont verser 51 milliards d’euros de dividendes, bien plus que leurs bénéfices

Avec la crise du Covid-19 et l’influx massif d’aides publiques pour aider les entreprises à survivre à une activité partiellement ou totalement arrêtée, la question du versement des dividendes est très sensible. Les entreprises aidées du CAC40 ont dû s’abstenir en 2020, mais elles semblent bien décidées à se rattraper en 2021 en versant bien plus que leurs bénéfices.

Dividendes 2021 JantaneeRungpranomkorn
En 2021, les entreprises du CAC40 vont verser collectivement 51 milliards d'euros de dividendes.
@JantaneeRungpranomkorn

Le versement de dividendes aux actionnaires d’une entreprise est un fondamental du capitalisme. Mais en cette période de Covid-19, leurs montants sont au cœur des débats. En 2020, celles qui ont bénéficié des prêts garantis par l’État ou ont eu recours au chômage partiel ont dû largement les diminuer. En 2021, il semblerait que les grandes entreprises françaises du CAC 40 entendent opérer un rattrapage massif.

L’observatoire des multinationales, très critique sur les pratiques des entreprises de l’indice phare français, calcule que celles-ci s’apprêtent à verser collectivement 51 milliards d’euros de dividendes. Cela représente une hausse de 22 %, alors que les bénéfices engendrés l’an passé sont seulement de 37 milliards d’euros, en chute de 55 %. Au final, les grandes entreprises vont en moyenne verser 140 % de leurs bénéfices sous forme de dividendes

L’Observatoire des multinationales critique cette générosité alors qu’une large partie de ces sociétés continue à bénéficier d’aides publiques. "Les grandes entreprises continuent à toucher des aides publiques massives (chômage partiel, plans d’urgence, plan de relance, soutien de la BCE, etc.), auxquelles devraient s’ajouter bientôt les sommes issues du plan de relance européen. Le reste de l’économie (PME, petits commerces, services publics, secteur culturel et non lucratif) reste enfoncé dans la crise", écrit l’organisation.

Des aides publiques qui demeurent

Ce montant distribué est d’autant plus important que les grandes banques françaises n’y contribuent pas. En effet, les autorités financières européennes les ont appelées une nouvelle fois à la modération afin d’avoir les moyens de soutenir les entreprises en difficulté et l’économie en général.

L’observatoire met en avant les cas des entreprises prévoyant de verser les plus gros dividendes : "Total (7,6 milliards d’euros, malgré une perte nette sur l’année de 7,2 milliards), Sanofi (4,8 milliards), Axa (3,7 milliards), LVMH (3 milliards) et Vivendi (2,8 milliards)".

Le CAC40 est loin d’être un cas unique de choix paradoxaux en matière de dividendes. En mars dernier, une étude de l’Institute for energy economics and financial analysis (IEEFA, institut d’analyse économique et financière de l’énergie) révélait que, en 2020, les cinq plus grands pétroliers - ExxonMobil, Chevron, BP, Shell et Total – avaient versé 49,9 milliards de dollars de dividendes. Pourtant, toutes avaient affiché de lourds déficits en 2020 dont 40 milliards de dollars cumulés pour les seuls BP et Shell.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...