Publié le 08 septembre 2022

ÉCONOMIE

Grande démission, manque de personnel : modifier les règles de l’assurance chômage ou lutter contre les discriminations ?

Changer son nom d’Ait-Taleb en Le Clerc a ouvert des dizaines de propositions d’emploi à l’écrivain, titulaire de deux masters, qui a témoigné sur France Inter des discriminations dans l’emploi. Que ce soit par le nom ou l’âge, les statistiques montrent que la France se prive, à cause des discriminations, de viviers de talents diplômés et formés. Mais pour répondre aux tensions sur l’emploi, le gouvernement mise sur une nouvelle réforme de l’assurance chômage pour inciter les chômeurs à retravailler. 

Dicrimination embauche Aleutie iStock
En raison des discriminations à l'embauche, de nombreuses personnes cherchant du travail n'arrivent pas à trouver un emploi.
@Aleutie iStock

Auteur de "L’homme sans titre", l’écrivain Xavier Le Clerc était invité à parler de son livre sur France Inter le 7 septembre. Il s’appelait auparavant Amine Ait-Taleb et a raconté à Léa Salamé comment son changement de nom lui avait ouvert un marché de l’emploi auquel ses deux masters ne lui permettaient pas d’accéder.

Ce témoignage sur la réalité des discriminations dans l’emploi par le nom rappelle que la France a un lourd handicap dans ce domaine. Plus d’un jeune sur trois, âgé de 18 à 34 ans, rapporte avoir vécu une situation de discrimination ou de harcèlement discriminatoire dans le cadre de sa recherche d’emploi ou de sa carrière, selon le dernier Baromètre sur la perception des discriminations dans l’emploi réalisé par le Défenseur des droits avec l’Organisation internationale du travail (OIT). Près d’un jeune sur cinq déclare y avoir été confronté à plusieurs reprises !

Changer les pratiques à l'embauche

Des affirmations confirmées par l’opération de testing menée sous la responsabilité du Ministère du Travail début 2022 sur près de 10 000 candidatures. À compétence égale, un tiers des profils avec des noms à consonnance maghrébine étaient clairement discriminés, alors que c’est illégal.

La discrimination par l’âge est, elle-aussi, très répandue. Seuls 55 % des 55/64 ans travaillent en France contre plus de 70 % en Allemagne. L’âgisme est aujourd’hui reconnu comme une catégorie de discrimination par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui a lancé une campagne mondiale sur ce thème en 2021, intitulée #oldlivesmatter. En France, au printemps 2022, le club Landoy, cercle de réflexion du groupe de presse Bayard, a lancé une charte sur la non-discrimination liée à l’âge qui a été signée par une cinquantaine de grandes entreprises comme L’Oréal, La Poste, Michelin ou Sodexo.

Comme le rappelait Gilles Gâteau, le Directeur Général de l’APEC, à l’occasion du rendez-vous annuel du MEDEF, "les entreprises ont la capacité de se réinventer avec un changement de pratiques plus inclusives pour que chacun et chacune ait sa place dans le monde du travail". Les syndicats sont sur une position similaire. Pour eux, attirer et garder les talents dépend d’abord de la formation et de l’attractivité des emplois par le niveau de salaires, les conditions de travail, mais aussi la nature de l’activité de l’entreprise qui recrute et la capacité à les repérer.  

Les discriminations absentes de la lutte contre le chômage

Pour résoudre les difficultés de recrutement rencontrées par de nombreux secteurs, alors que le taux de chômage dépasse les 7 %, le gouvernement prévoit une nouvelle refonte du système de calcul des indemnités chômage. Le projet de loi, lancé le 7 septembre, doit traduire la volonté d’Emmanuel Macron, de moduler les indemnités. Elles doivent être "plus strictes quand trop d’emplois sont non pourvus, plus généreuses quand le chômage est élevé".

La concertation avec les partenaires sociaux sur la refonte de l’assurance chômage commence à peine. Mais le gouvernement n’utilise qu’un levier pour résoudre les tensions sur le marché du travail. La lutte contre les discriminations, que ce soit par l’âge ou l’origine, reste un parent pauvre des politiques de l’emploi. Cela s’explique sans doute par le fait que, selon le Défenseur des droits, seules 7 % des personnes discriminées entament des démarches et seules 2 % portent plainte.

Anne-Catherine Husson Traore, @AC_HT_ directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...