Publié le 19 janvier 2021

ÉCONOMIE

Entreprises en difficulté : les banques donnent plus de temps pour rembourser les crédits

Le remboursement des prêts garantis par l’État pourra être décalé d’une année supplémentaire. La crise sanitaire persistante met toujours une forte pression sur de nombreuses entreprises, qui ont besoin de trésorerie pour survivre. Cette mesure doit leur permettre de faire le gros dos jusqu’à la reprise normale de l’activité. Mais l’endettement global des entreprises demeure préoccupant.

Reconfinement faillite entreprise Istock
La fermeture de nombreuses entreprises en raison des mesures sanitaires met la pression sur leurs trésoreries.
@iStock

Baisse de chiffre d’affaires, arrêt total de l’activité… le couvre-feu généralisé à 18 heures et la fermeture de secteurs comme la restauration ou la culture, continuent de mettre la pression sur les entreprises. Pour aider les sociétés les plus en difficultés, les mesures de soutien financier ont encore été prolongées à la demande de Bercy. La Fédération Bancaire Française (FBF) s’est notamment engagée à repousser d’encore un an le début du remboursement des prêts garantis par l’État (PGE) pour tout chef d’entreprise qui le demande.

Presqu’un an après leur création et alors que la crise n’est pas encore terminée, les PGE vont en effet arriver à leur première échéance au printemps. Ce dispositif avait été lancé dès le début de la crise sanitaire, avec pour objectif de fournir de la trésorerie aux entreprises le temps que la situation économique se rétablisse. Ils sont distribués par les banques commerciales, l’État ayant créé un fonds de garantie de 300 milliards d’euros pour compenser le risque de défaut de paiement des entreprises. En tout, plus de 638 000 prêts garantis par l’État ont été octroyés depuis le début de la crise, pour un montant de 130 milliards d’euros.

5 à 10 % d’entreprises en difficulté pour le remboursement

Les banques ne savent pas combien d’entreprises demanderont de décaler d’encore un an leurs remboursements. Dans une interview sur Radio Classique, Philippe Brassac, le président de la FBF et directeur général du Crédit Agricole, a déclaré que "au vu des sondages, une majorité des entreprises estiment que leur situation est saine aujourd’hui". Selon lui, la moitié des PGE pourraient être remboursés dès la première année et, au total, les trois quarts en deux ans. Environ 5 à 10 % des entreprises devraient rencontrer des problèmes pour rembourser ce prêt.

La CPME, l’organisation des patrons de PME, s’inquiète néanmoins des difficultés que les petites et moyennes entreprises auront pour rembourser leurs dettes, si la croissance ne repart pas suffisamment vite. L’organisation patronale propose qu’une entreprise puisse réunir tous ses prêts, dont le PGE, dans un seul "prêt consolidation", qui serait garanti par l’État et remboursable sur dix ans.

Une telle mesure se semble pas être à l’ordre du jour. Mais pour ces entreprises en grande difficulté, et particulièrement dans les secteurs économiques dont l’activité est retreinte, les banques s’engagent à repousser les échéances des autres emprunts. Contrairement au différé d’un an du PGE, il ne s’agit toutefois pas d’une mesure généralisée, elle sera octroyée au cas par cas, selon la situation des entreprises.

Ce décalage des échéances doit permettre de reporter les remboursements pour l’après-crise, dans l’espoir qu’un retour de la croissance économique desserre les contraintes financières des entreprises. En attendant, leur endettement ne cesse de grimper, à tel point que la Banque de France le juge préoccupant pour la stabilité financière, en cas de reprise économique lente.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Manifestation climat Lyon 28 septembre NICOLAS LIPONNE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Loi climat : sept points chauds qui seront au cœur des débats à l'Assemblée Nationale

Un an et demi après le lancement de la Convention citoyenne pour climat, le projet de loi Climat et résilience, issu des propositions des 150 citoyens tirés au sort, débarque à l'Assemblée Nationale. À partir de ce lundi 29 mars et jusqu'au 18 avril, les députés seront chargés de statuer sur les 69...

Manifestation marche pour le climat paris Concepcion Alvarez

Un appel à marcher pour une "vraie" loi climat dimanche 28 mars

À la veille de l'examen de la loi Climat et résilience à l'Assemblée Nationale, les membres de la Convention citoyenne pour le climat et plus de 400 organisations organisent dimanche 28 mars une marche en faveur d'une "vraie" loi climat. Parallèlement, 225 personnalités politiques ont publié le 26...

IStock Chinnapong code environnement

La création d'un "Défenseur de l’environnement" pourrait être inscrite dans la loi Climat et Résilience

Alors que la préservation de l'environnement devient omniprésente dans les débats à travers l'étude de la future loi climat et résilience, l'objectif est parallèlement de pouvoir garantir le respect et la compréhension des mesures à venir. Dans ce but, le gouvernement étudie la mise en place d'un...

Assemblee nationale hemicycle plein vue panoramique

Referendum : l'Assemblée Nationale veut "garantir" la protection de l'environnement dans l’article 1er de la Constitution

La tenue du référendum pour "garantir" la protection de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution vient de franchir une nouvelle étape. Sans surprise, l'Assemblée Nationale a voté le 16 mars en faveur du projet de loi. Mais rien n'est encore gagné : le Sénat doit encore valider l'article...