Publié le 10 mai 2021

ÉCONOMIE

Élection en Écosse : la poussée des Verts donne la majorité aux indépendantistes

Le résultat des élections au Parlement écossais a donné une large victoire au Parti National Écossais, dirigé par la Première ministre Nicola Sturgeon. S’il n’obtient pas la majorité absolue, le SNP peut néanmoins compter sur les Verts Écossais, également favorables à l’indépendance, qui ont vu leur nombre de sièges augmenter. Les deux partis espèrent pouvoir organiser un nouveau referendum d’autodétermination après la crise du Covid-19 et, s’ils obtenaient l’indépendance, pouvoir réintégrer l’Union européenne.

Lection Ecosse 2021 Jeff J Mitchell Getty Images via AFP
Le parti des Verts Écossais, mené par Patrick Harvie et Lorna Slater, a remporté huit sièges au Parlement, garantissant une majorité en faveur de l'indépendance.
@Jeff J Mitchell Getty Images via AFP

La majorité absolue a été manquée de peu. Le Scottish National Party (SNP, parti national écossais) a remporté 64 sièges sur les 129 du Parlement écossais, à un siège de la majorité absolue espérée par le parti indépendantiste. La poussée des verts aux élections de jeudi 6 mai donne cependant une large majorité aux députés écossais en faveur de l’indépendance. Les Scottish Greens ont remporté huit sièges, contre cinq dans la précédente législature, en militant pour une Écosse plus verte, indépendante et rattachée à l’Union européenne.

La sortie de l’Écosse du Royaume-Uni semble donc se préciser. Nicola Sturgeon, Première ministre écossaise reconduite à son poste et dirigeante du SNP, a en tout cas affirmé immédiatement après les résultats de l’élection tombés le samedi 8 mai son intention d’organiser un nouveau referendum sur l’indépendance du pays. "C’est la volonté du pays, a-t-elle déclaré dans un discours. Et étant donné ces résultats, il n’y a simplement pas de quelconque justification démocratique pour que Boris Johnson, ou n’importe qui d’autre, cherche à bloquer le droit du peuple d’Écosse à choisir son propre futur."

Le parti des Verts écossais a également enfoncé le clou. Pour Lorna Slater, la co-tête de liste avec Patrick Harvie, "il est clair que nous devons commencer à travailler à un futur plus vert pour notre pays, et une partie de cela doit prendre la forme d’un referendum sur la manière dont l’Écosse est gouvernée. Les votants ont livré une majorité pro-indépendance au Parlement écossais, dans laquelle les Verts Écossais jouent un rôle vital, et il incombe désormais à Boris Johnson de reconnaître ce mandat démocratique".

Un peuple écossais en majorité pro-Union européenne

Le précédent referendum s’était tenu en 2014, le "non" à l’indépendance avait gagné avec 55 % des voix. Depuis le Brexit, les cartes ont cependant été rebattues. La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne avait également été décidée par voie référendaire en 2016, organisé cette fois par le parti conservateur britannique. Le peuple écossais, traditionnellement plus europhile, s’était en majorité prononcé contre le Brexit avec 62 % des votes. Les membres du SNP et des Scottish Greens n’ont donc pas hésité à miser sur un potentiel retour de l’Écosse dans l’Union européenne s’ils obtenaient l’indépendance.

Le parti de Boris Johnson qui avait œuvré pour le vote sur le Brexit ne veut cette fois pas entendre parler d’un nouveau referendum écossais. Dans sa lettre à Nicola Sturgeon, suite à la victoire du SNP, Boris Johnson insiste sur les défis communs que devront relever les nations du Royaume-Uni. "Je crois passionnément que les intérêts du peuple au Royaume-Uni et en particulier du peuple d’Écosse sont mieux servis quand nous travaillons ensemble", écrit-t-il. Le Premier ministre britannique a normalement le dernier mot pour la mise en place d’un referendum d’autodétermination.

Les indépendantistes écossais semblent cependant bien déterminés. Nicola Sturgeon prévoit, certes, de se concentrer d’abord sur la résolution de la crise du Covid-19 avant d’ouvrir le dossier sur l’indépendance. Mais une fois la crise passée, la Première ministre déposera la demande d’un referendum et n’acceptera pas de refus du gouvernement britannique. Si tel était le cas, "ils seraient en opposition directe avec la volonté du peuple écossais et ils démontreraient de manière concluante que le Royaume-Uni n’est pas un partenariat entre égaux", affirme-t-elle. L’Écosse a en effet volontairement intégré le Royaume-Uni en 1707, puis a obtenu un statut de région semi-autonome en 1998, avec des compétences dans de nombreux domaines dont la fiscalité.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...